Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 16:20
MGM - Le tour de la plaine de Saoû

Sous un ciel particulièrement bleu et un soleil intense quel plaisir de remettre mes chaussures de marche que j'avais abandonnées depuis si longtemps et de rejoindre Josette et le groupe pour justement cette randonnée. Saoû est si beau que Jacky n'a pas résisté à visiter en passant par le Pas de Lauzun et la Forêt ! C'est presque le printemps : sur les talus des primevères sont fleuries et les petits oiseaux s'agitent.

 

MGM - Le tour de la plaine de Saoû
MGM - Le tour de la plaine de Saoû

J'ai relaté maintes randonnées ayant pour cadre Saoû et sa Forêt dont je ne me lasse pas. Je vais donc surtout afficher des photos.

D'abord nous sommes partis à l'ouest, vers le pied de Rochecolombe en passant par la Briance. Peu à peu les arbres nus se sont écartés pour révéler l'immense rocher rond qui ferme le synclinal, la colonne de la Poupoune et la ligne de falaises.

 

MGM - Le tour de la plaine de Saoû
MGM - Le tour de la plaine de Saoû

Ensuite nous avons obliqué  plein sud, vers Soyans dont nous apercevions la silhouette du château en ruines. A Biègue il fallait absolument garder l'image du groupe sur cet horizon de roches.

 

MGM - Le tour de la plaine de Saoû
MGM - Le tour de la plaine de Saoû

Tout à l'est dans la plaine nous avons longé des terres labourées au milieu desquelles des cabanes des champs sont encore débout, témoignage de l'ancien  mode de vie agricole. Les rondins de la passerelle bougent ,mais ils sont bien en place et le passage est sûr.

MGM - Le tour de la plaine de Saoû
MGM - Le tour de la plaine de Saoû

Après une truffière nous avons choisi l'abri d'un muret bordant le chemin pour pique-niquer juste en face du soleil.

Chapeau indispensable pour les plus sensibles et vin de chicorée pour tous !

 

MGM - Le tour de la plaine de Saoû
MGM - Le tour de la plaine de Saoû
MGM - Le tour de la plaine de Saoû

Le tour de la plaine se poursuit en traversant la route de Bourdeau et en suivant le flêchage "Auberge de l'Etang".

A  l'horizon se découpent alors le Grand Pommerol, le Gourdon et le Grand Delmas au loin, qui accroche les nuages. Car ils sont arrivés, poussés par le vent du sud qui rend le soleil plus supportable.

Un patou est venu jusqu'à la clôture qui protège tout le monde, les troupeaux des passants et ceux-ci des chiens. Le second semblait venir pour vérifier, beaucoup plus calme, et plus grand.

MGM - Le tour de la plaine de Saoû
MGM - Le tour de la plaine de Saoû

Nous avancions maintenant vers le Pas de l'Estang. Aux abords des hameaux de grands arbres vénérables lancent dans le ciel l'énorme rondeur de leur ramure nue. Ils sont impressionnants.

Tout comme le rocher de la pointe de l'Estang aux strates courbesn par endroit spiralées. A notre droite elles sont horizontales, et en face, sur l'autre rive de la Vèbre elles sont verticales. Ce désordre nous laisse imaginer les tumultes des origines et les puissances qui ont fait surgir ce massif. Difficile d'imaginer aussi le travail d'érosion qui  a permis le percement du Pertuis ...

Finalement la vie de la centaine d'agriculteurs éleveurs chasseurs dont on a fortuitement découvert le village ici dans les années 1980 c'était hier par rapport au temps géologique qui a façonné ce cadre.

Merci Michel pour la photo des petits enfants des Hommes du Pas de l'Estang !

 

MGM - Le tour de la plaine de Saoû
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 16:06
MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Lorsque nous sommes arrivés au village de Rochebaudin un soleil parcimonieux et blanchâtre éclairait la barre rocheuse de la cluse traversée par la Rimandoule. Les noms sont beaux et me semblent vraiment provençaux.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Il faut partir depuis la place de la mairie .C'est l'ancienne école de ce village de 124 habitants. Il y a dû en avoir beaucoup lorsqu'il a fallu une si grande école.

Josette, notre pilote s'entretient au passage avec les ânes qui portent une clochette.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

On dirait qu'une buée s'élève au-dessus de la Rimandoule qui babille avec les poissons en lissant les cailloux de son lit.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Avec les discussions que nous sommes encore capables de tenir, tous ces sons font un brouhaha qui va bientôt cesser.

Car le chemin bien balisé, boucle 13 de l'ancien guide des randonnées en Drôme, se met à grimper rapidement.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Entre deux fortes pentes à escalader il y a quelques replats très agréables qui permettent de souffler. Les conversations reprennent alors. J'entends parler de loup, sur les flancs du Serre de l'Ubac mais aussi vers Vercheny ... La Drôme serait-elle devenue si appréciée de ses animaux sauvages qui effraient encore tant et que les bergers redoutent pour les pertes causées aux cheptels et pour les traumatismes qui affectent les brebis.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Nous escaladons la montagne qui fait une falaise au-dessus de la gorge de la Rimandoule. Des troupeaux y passent l'été. Il faut les protéger du loup, mais aussi des falaises. Donc il y a des clôtures tout autour des prairies. Et pour les passer des escabeaux doubles, sans poignée, à passer avec les sacs à dos qui nous déséquilibrent ... Ca nous retient un certain temps, mais nous les passons.

Profitons de l'attente pour admirer les couleurs d'automne des feuillages encore abondants, et entre les arbres le village de la Rochebaudin et les lames de pierre qui font un mur à l'est.

 

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Nous sommes arrivés dans une prairie hirsute, avons longé une truffière et pris à l'ouest pour passer la troisième barre de falaises. Nous sommes passés juste aux pieds des roches. Les arbres semblent s'en nourrir, entortillant leurs racines autour, se forant des passages pour aller chercher leur nourriture au coeur de ces murs.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Si on y ajoute l'effet du gel et de l'érosion car rend la falaise bien fragile, et ce n'est pas surprenant qu'il y ait autant de pierres dans le chemin.

Le chemin ? Où est-il ? Nous sommes nous égarés ? Ne serions nous pas en train de suivre des passages pour animaux plutôt que notre itinéraire ? Non seulement nous ne voyons plus de marques mais nous nous prenons des branchages dans le visage et dans la tête, nous devons nous contorsionner pour passer sous des branches basses et nous débattre avec les ronces qui nous agrippent ... Et nous finissons par avoir deux blessés. A l'aide, compresses et désinfectant !

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

En haut des rochers il y a encore une clôture qui nous empêche de prendre le couloir étroit qui se dessine à notre droite. Des murmures furtifs de demi-tour précèdent une réunion plénière pour prendre la bonne décision sans tohu-bohu : demi-tour.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Nous avons ainsi retrouvé le chemin que nous avions perdu, sommes arrivés sur le plateau du Serre de Briesse et alors notre randonnée a été plus calme. Cependant nous n'avons pas trainassé après le pique-nique. Nous avons retrouvé le couloir fermé d'une haute clôture précédemment vu du bas, avons continué à l'ouest pour prendre un chemin plus facile et admiré le paysage à l'ouest, la vallée juste en bas, et au loin la grande plaine de Montélimar, les panaches de vapeur de la centrale nucléaire de Cruas et les montagnes d'Ardèche .

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Le ravin de la Rimandoule à nos pieds, le Serre de l'Ubac au second plan avec tout à gauche la chapelle Saint Maurice et à l'horizon le Gros Serre.

Voici la carte de cette randonnée, courte, mais avec un dénivelé et un profil intéressants.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Photo de groupe avant de redescendre, sans moi, je ne sais où poser mon appareil photo, même avec un pied ; il reste trop de fourrage dans la prairie.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

Et encore une vue du village avant que nous y revenions.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !

C'est de part et d'autre du ravin de la Malle que le village a été construit au Moyen-Âge. L'église construite au 14ème siècle au sommet d'un éperon rocheux a été dédiée à Saint Roch dont on s'est souvenu des talents de guérisseur lors de l'épidémie de peste de 1720.

Superbe vue depuis le vieux pont, juste avant que la route transperce la barre rocheuse.

MGM - Rochebaudin, le Serre de Briesse, randonnée verticale !
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 17:34
MGM - Comps

Le soleil d'automne brille au dessus de nos montagnes du Diois et baigne la prairie où paissent les moutons de la ferme voisine lorsque nous sommes arrivés au parking de l'église de Comps.

MGM - Comps

Nous ne sommes que cinq ce matin et c'est "pas mal" car les petits groupes sont vraiment sympathiques. Moins d'inertie ce qui permet quelques fantaisies comme commencer la journée par faire le tour de la si jolie église romane.

Un escalier escalade la façade ouest pour monter sur les toits et sûrement jusqu'au clocher.

 

MGM - Comps

Il est fait mention d'une église à Comps dans des documents du 11ème siècle. Elle appartenait alors tout comme les églises voisines à une abbaye de Savigny sur Rhône, elle totalement disparue aujourd'hui. Elle a été reconstruite au 12ème siècle, et a subi depuis des modifications qui n'ont pas abimé son architecture très singulière. On peut pousser la porte ouest pour voir l'intérieur tout en blancheur grâce à un nettoyage du 20ème siècle. De la grille on ne voit guère que la litre funéraire du 17ème siècle qui porte les armes des seigneurs de Vesc.

MGM - Comps

Nous continuons le tour de l'église et du cimetière tout en couleurs ce 2 novembre. L'abside est toute ronde, elle était flanqué de 2 absidioles dont l'une a été remplacée par une chapelle seigneuriale.

MGM - Comps

Bon, c'est pour marcher que nous sommes venus ici, alors prenons la direction du col de Vesc. Par un chemin creux nous arrivons au quartier du temple qui s'est moins bien sorti des vicissitudes du temps et des conflits de religion que l'église. Il ressemble maintenant à un corps de ferme.

MGM - Comps

Nous avons continué sur la route de Dieulefit jusqu'à une grande clairière où nous avons suivi le chemin de gauche qui monte dans les bois. Le nombre de pancartes qui nous interdisent tout ramassage est impressionnant. Et nous obtempérons sans problème, aucune odeur de champignon et les châtaignes sont très petites !

MGM - Comps

Nous avons déjà fait cette randonnée, mais un jour de brouillard qui nous a fait croire qu'il n'y avait, à Comps qu'une école-mairie, un château et l'église. Sous le soleil nous pouvons voir qu'il y a aussi un habitat très dispersé. C'est une commune de 158 habitants que je n'ose qualifier de petites, tant il y en a dans le canton, de beaucoup moins peuplées ; comme Orcinas à la lisière de laquelle nous marchons et qui n'a que 28 habitants ... qui jouissent d'une vue magnifique sur le Veyou !

MGM - Comps

Arrivés au col de Vesc nous avons fait un petit écart pour monter aux ruines du col et profiter ainsi du panorama. L'origine des ruines n'est pas précisée et je n'ai rien trouvé sur le web. Mais les pierres ont été bien remontées en théâtre où nous nous sommes installés pour pique-niquer à la chaleur du soleil. Photo de groupe !

MGM - Comps

Nous sommes au pied de la Montagne Ventée. Et ça ne doit pas être une légende car les tuiles de la maison la plus proches sont maintenues avec nombre de pierres.

MGM - Comps

Nous sommes redescendus au col de Vesc pour reprendre l'itinéraire vers la Motte. Un sorbier de l'oiseleur est magnifique avec ses feuilles dorées et ses fruits rouges. Il doit attirer tous les oiseaux de la forêt. Et Josette nous dit qu'il doit son nom à son bois dont les oiseleurs font des appeaux ... Quelle déception, je pensais depuis si longtemps qu'ils récoltaient les fruits pour nourrir leurs protégés.

MGM - Comps

Après avoir tourné à gauche nous avons descendu des pentes rapides, traversé des routes et sommes arrivés à un enclos où trois chevaux se sont approchés à notre arrivée. Nous n'avions plus grand chose dans nos sacs à leur offrir, alors nous avons transgressé les interdits et leur avons donné quelques châtaignes trouvées le long de la route. Ils en redemandaient et c'était un plaisir de les sentir les prendre délicatement de leurs lèvres et d'entendre ensuite les fruits craquer entre leurs dents !

MGM - Comps

Nous avons refait le tour de l'église à notre arrivée, remarqué que le ciel se voilait légèrement, refait une photo de groupe

MGM - Comps

et sommes partis faire le tour du château des Vesc transformé au 21ème siècle en maison d'hôtes.

La cour intérieure est grande, les quatre tours toujours bien debout, et du logis central on doit avoir une très belle vue sur la vallée.

MGM - Comps
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 21:45
MGM - Bezaudun sur Bine

Journée absolument magnifique sur la Drôme ce mercredi. Tu as bien fait de changer exceptionnellement le jour, Josette !

Beaucoup de contrastes sous la lumière encore rasante de cette belle matinée d'automne. Les verts profonds de la végétation, le brun clair du champ fraîchement labouré, le noir des marnes et le ciel très bleu contribuent au bonheur du départ sous un grand soleil.

MGM - Bezaudun sur Bine

Nous partons depuis la mairie de Bezaudun sur Bine. C'est un petit village de 83 habitants, dont le mitage est tel que nous avions pensé qu'ils étaient encore moins nombreux. Il est en pleine progression puisque la population était tombée à 47 en 1990.

Au nord la montagne Couspeau et plus loin le Veyou, le plus élevé des Trois Becs, font la limite du paysage. C'est pas mal !

MGM - Bezaudun sur Bine

Au sud quelles sont les montagnes qui se dessinent ? Non, pas notre Raye, mais la montagne au dessus d'Eyzahut, celle du Trou du Furet.

MGM - Bezaudun sur Bine

Nous suivons dans un premier temps les flèches "Pas la Baume", et passons entre des haies de ronces qui nous griffent au passage, longeons des prairies sèches.

MGM - Bezaudun sur Bine

"Hou, hou, messieurs revenez, au collet nous abandonnons le fléchage" et montons vers la tour. Même sans balisage ce sentier est bien marqué et nous partons peut-être à l'aventure, mais pas si audacieuse que ça !

MGM - Bezaudun sur Bine

Cet itinéraire monte constamment. Au début beaucoup, et nous avons tous abandonné très rapidement nos polaires. Maintenant régulièrement vers la tour qui semble s'éloigner au fur et à mesure que nous avançons.

MGM - Bezaudun sur Bine

Nous avons fini par la rattraper. De là le panorama est circulaire. Voici la route qui monte au col de la Chaudière; C'est la première fois que nous la voyons ainsi, superbe !

MGM - Bezaudun sur Bine

Mais l'état de la tour est tel que nous ne tenons pas trop à rester. Au dessus des fenêtres béantes il reste bien peu de pierres qui ne doivent pas être insensibles à la pesanteur.

Trouver par où il nous faut repartir nous a pris quelques minutes. Il n'y a qu'une possibilité, et elle est impressionnante : le sentier quitte le sommet occupé par le donjon d'une façon très abrupte, par des rochers qui font de hautes marches mais qui permet bien de rejoindre le sentier de crête bien dessiné.

MGM - Bezaudun sur Bine

Le sentier de crête est agréable, entre des arbres qui nous font une belle ombre légère. Mais il monte régulièrement, et parfois aussi brusquement. Deux ou trois efforts soutenus pour arriver à des replats sont nécessaires. Oh ! c'est impressionnant ce mur devant nous !

Mais non, voyons ! Nous connaissons déjà cet endroit et il ne faut pas continuer tout droit, n"est-ce pas Josette ? A gauche, s'il te plait, par le GR 9.

MGM - Bezaudun sur Bine

Oui, justement c'est ça ! Un peu plus loin nous avons trouvé des clairières où quelques sapins épars font une belle ombre sur des herbes pas trop sèches. En face du col de la Chaudière c'est un endroit idéal pour un pique-nique.

MGM - Bezaudun sur Bine

Puis repos, discussions et photo de groupe,

Remarquez comme les brins d'herbe du premier plan sont nettes, au détriment du groupe.

MGM - Bezaudun sur Bine

A l'est la tour de Bézaudun est très en dessous de nous.

MGM - Bezaudun sur Bine

Encore un col, et avant de prendre le chemin complètement à gauche nous jetons un coup d’œil vers l'ouest et Rochecolombe qui se profile entre les arbres.

MGM - Bezaudun sur Bine

La pente que nous devons maintenant descendre est rude. Raide, avec beaucoup de cailloux et de pierres, et longue, si longue ... Quelques unes en avaient gardé un mauvais souvenir.

Nous avons rejoint la plaine, traversé le Rastel, hameau où semblent vivre bien des familles et sommes arrivés à la ferme des Bourelles.

MGM - Bezaudun sur Bine

Nous sommes sur le sentier des Huguenots. Régulièrement des panneaux rappellent les grands moments de la guerre de religions qui mis à sang et à feu la Drôme et la région de Bourdeaux en particulier.

"1683, deux ans avant la révocation de l’Édit de Nantes, la police multiplie les arrestations de chefs protestants. Une quarantaine d'entre eux venus de la plaine de Valence se réfugient dans la Forêt de saoû où ils fondent "le Camp de l’Éternel".

Le dimanche 30 août, alors qu'ils assistent à l'office à Bezaudun ils apprennent que le marquis de Saint Ruth, à la tête de deux régiments de dragons, vient investir Bourdeaux.

Les capitaines ^protestants et leurs hommes se divisent en deux colonnes qui descendent vers le village. Au quartier des Bourelles ils affrontent les dragons venus à leur rencontre. Après huit heures de combat acharné les protestants sont débordés. Quelques uns réfugiés dans une grange sont brulés vifs.

Le combat fit une soixantaine de morts chez les dragons, autant chez les protestants."

MGM - Bezaudun sur Bine

C'est la grande boucle bleue que nous faisons. Il nous faut maintenant rattraper la route, longer la rivière Bine qui court sur ses pierres avec un débit surprenant en ces jours de sècheresse, et nous arriverons à la mairie.

C'est pas loin du ruisseau que nous avons dégusté le gâteau aux pommes de Josette. Avec de l'eau pétillante bien fraîche, c'était délicieux.

Quelle belle randonnée !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 14:32
MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Il y a bien des façons d'aller randonner vers Gilhac et Bruzac. Josette a choisi de partir depuis le col de Rotisson en passant par Saint-Georges-les-Bains.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Après nous visons le Moulin à Vent qui est à une douzaine de kilomètres par la route.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Heureusement nous la quittons rapidement. C'est mauvais pour la colonne vertébrale le goudron, et c'est tellement plus long que les chemins, mêmes ceux qui sont larges comme des avenues.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

L'itinéraire choisi passe souvent dans la forêt de Rotisson, bien plus à l'abri du vent que les espaces découverts tournés vers le nord.

Les buis sont assez peu touchés par la pyrale qui a dévoré ceux de la vallée du Rhône et des premières Pré-alpes.

Il y a beaucoup de houx dans cette partie de forêt. La sortie permet un repérage pour les besoins de fin d'année.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Dans les fougères le long des chemins creux, quelques châtaignes sont tombées, mais elles sont loin d'être mûres, toutes blanches dans leurs bogues.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Nous sommes passés par le Moulin à vent où on n'en voit plus trace. Des maisons sont en cours de construction, le nombre d'habitants de cette commune ne cesse de progresser depuis les années 1975 où il n'était plus que de 108. Il atteint maintenant 165. Cette partie de la commune est le hameau de Bruzac, celui de Gilhac est autour de Pierregourde que nous apercevrons cet après-midi.

Un tout petit peu plus bas nous arrivons au temple, très isolé et assez bien caché dans la végétation.

Entre le camion ERDF et le générateur d’électricité la façade du temple sera un excellent fond pour la photo de groupe du jour.

Avez-vous remarqué que Danielle est revenue ? C'est vraiment une grande joie pour tous de l'avoir à nouveau avec nous pour randonner !

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

L'organisation du village est étrange, il y a si peu de maisons autour de nous, et pourtant nous passons l'annexe de la mairie, ouverte deux fois par semaines, et arrivons immédiatement à l'église. Son cimetière placé à l'ouest est bien petit, et pourtant si vide, si peu de tombes apparaissent dans l'herbe.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Une ferme semble gardée par des ânes qui nous rejoignent dès qu'ils nous aperçoivent. Ils ont raison, Nadine a du pain bien frais dans son sac et leur en donne un morceau à chacun.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Maintenant le chemin offre des vues panoramiques à l'est et la vaste forêt de Rotisson, au nord et au hameau que nous venons de traverser.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Nous nous sommes arrêtés pour le pique-nique au Combeau, avec vue au loin à l'ouest. Et sommes rapidement repartis. Nous avions 8 kilomètres avant le repas, ça va faire plus de 12 au total !

La nature du chemin a changé. Il y a dans les bois des rochers qui affleurent, et sont même à découvert. La bruyère ici est en fleur, alors qu'elle était fanée ce matin.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

A un endroit le chemin est détourné à l'écart d'un "bachas" formé dans un creux du chemin ; une cuvette assez importante car elle est encore pleine d'eau doit être le point de rendez-vous des sangliers et autres animaux sauvages pour se désaltérer et se baigner. Ils vont bientôt pouvoir aussi manger : c'est sous un châtaignier.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Nous sommes passés par les Tuilières puis par un sentier escarpés, ou peut-être bien le lit d'un oued ardéchois, Ça descend vraiment beaucoup, avec des pierres qui roulent, des roches pointues et des ronces qui nous accrochent (car il y en a eu tout au long de nos chemins, avec des mures). Il faut avoir les yeux partout pour éviter les pièges.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Nous finissons par arriver au fond du ravin, là où le Turzon a creusé son lit, en roulant quelques énormes rochers. Ce que c'est que l'érosion ! Il ne semble pourtant pas en mesure de bouger quoi que ce soit aujourd'hui.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Il faut alors remonter sur l'autre rive, heureusement moins accidentée. D'ailleurs la rando est recommandée dans ce sens, monter la rive par laquelle nous sommes descendus doit être redoutable.

Et c'est le moment du gâteau de Lyne. Pommes et rhum, délicieux, mais juste un petit morceau après tout ce que j'ai mangé la semaine dernière !

Belle remise en jambes. Épatante randonnée !

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 00:31
MGM - Vassieux

Le projet initial de Josette était "départ 8 H ...à la Clairière de Malatras .nous nous intéresserons à la montagne de Montué. 470 m de dénivelé et 13 km environ…(vent du Nord )"

Après presque 2 mois sans randonner l'appel est irrésistible.

Hors, non seulement le vent du nord est fort, mais il plaque sur nos montagnes un brouillard d'une densité exceptionnelle. On ne voit pas à 10 mètres à la clairière de Malatras, quelques kilomètres plus loin ce n'est guère mieux à Chaud Clapier, donc Josette décide de pousser jusqu'à Vassieux où le vent dégage en général le ciel.

MGM - Vassieux

Bien vu ! Passé le col de la Chau et le mémorial de la Résistance le plateau apparaît bien dégagé.

La randonnée du jour sera en fait tranquille pour les jambes avec peu de dénivelé et c'est parfait pour une reprise.

Mais pas pour la mémoire. Vassieux fut un village martyre de la Résistance. Et le souvenir de la tragédie de juillet 1944 est respectueusement conservé avec le mémorial au creux du col, le cimetière dans la boucle d'un virage, le musée dans le village et les plaques devant des maisons familiales à la mémoire de familles assassinées.

Au 21ème siècle l'activité est celle d'un village de montagne : accueil des touristes été comme hiver, et élevage de bovins, ovins et même des ânes pour accompagner les randonneurs ?

MGM - Vassieux
MGM - Vassieux

Mais pas pour nous ... Nous traversons le plateau karstique qui occupe une partie du synclinal du plateau de Vassieux avec scialets et dolines, ces cuvettes plus ou moins profondes entourées de rochers. Certaines sûrement dangereuses sont entourées de clôtures pour que les animaux les évitent.

MGM - Vassieux

Au hameau du Château pas de traces d'un castel, mais un socle bien original pour une vieille croix de fonte.

MGM - Vassieux

Il est bien tard pour trouver une flore originale. Quelques rares fleurs, œillets ou scabieuses que j'ai déjà bien souvent photographiées sont malmenées par le vent. Ce sont les chardons qui sont là intéressants. Enfin, je veux dire les carlines acaules butinées par des insectes élégants : une punaise à la carapace rayée ou un papillon qui cache ses couleurs chatoyantes.

MGM - Vassieux
MGM - Vassieux

Nous sommes passés par le Sapin d'Aimé puis avons pris la direction du hameau de la Mure. Une clairière bien dégagée et abritée du vent est l'endroit choisi pour notre pique-nique, nos papotages de rentrée et la photo de groupe. Toujours un peu difficile avec des camarades facétieux !

MGM - Vassieux

Là sur fond de Grand Veymont les moulins du hameau de la Mure sont visibles de loin. Construits à la fin du 17ème siècle ils furent actionnés par "la bise glaciale du nord ou les rafales humides du sud" pendant plus d'un siècle. Ils furent ensuite transformés en bergerie et en juillet 1944 en nid de mitrailleuse allemande.

Ces ruines de moulins à vent sont les seules des Alpes du Nord nous indique le panneau pédagogique voisin. Il nous dit aussi que des expériences de réhabilitation de ces moulins ont permis de produire l'électricité nécessaire à un groupe d'une dizaine de maisons. Intéressante expérience qui permet des rêves de nouvelle vie aux vieux moulins !

MGM - Vassieux

Au hameau les oies sont aussi vaillantes que pendant l'Antiquité. Elles ont lancé l'alerte de notre arrivée bien avant tous les autres animaux, dindons, canards et même les chiens qui ont été les derniers à se manifester.

Les maisons reconstruites après les incendies des villages et hameaux par l'armée allemande en 1944 l'ont été avec les mêmes matériaux sur tout le plateau du Vercors, et sont souvent restées comme celle-ci.

MGM - Vassieux

Une petite chapelle où ils avaient trouvé refuge évoque pour beaucoup le souvenir d'un court séjour très pluvieux précédent à Vassieux.

Aujourd'hui le ciel est parfaitement bleu, au-dessus de Vassieux. Mais également de part et d'autre, en ce début d'après-midi : clair au-delà du col de la Chau et bien dégagé sur les crêtes voisines du grand Veymont.

Qui l'eut cru ce matin ?

MGM - Vassieux

Je maintiens Alféo et voici une photo de groupe complet.

MGM - Vassieux

Revenus aux voitures il y a eu ceux qui sont redescendus dans nos vallées par le col du Rousset et les autres qui ont repris par le col de la Bataille.

Avec une étape au refuge de Gardiol où Josette veut nous montrer le saut de la Truite.

C'est tout le cirque étroit et profond de 500 mètres au-dessus de Bouvante le Haut qui s'appelle "la truite".

En ce début de septembre bien sec, dire que le ruisseau de Toulau se jette dans le vide est beaucoup dire. Car il y a bien peu d'eau.

En fait, juste assez pour observer un phénomène assez singulier créé par le vent du nord : il oblige l'eau à remonter le rocher en se répandant en fine pluie dans l'herbe abondante qui pousse au-dessus et que nous avons traversée. On comprend pourquoi il est recommandé de ne pas s'aventurer sur le sentier de la Truite en hiver.

On voit sur la ligne de falaise, au milieu droit les traces sombres d'humidité. C'est leruisseau qui n'arrive pas à couler !

MGM - Vassieux

Nous avons continué le sentier des anciens forestiers qui débarder les grumes de la forêt et les transportaient jusqu'au fond de la vallée à Bouvante. Il fut un temps où ce chemin livrait passage à des engins motorisés ... Enfin, ce n'était peut-être pas pire que la piste que nous avons prise pour aller à la Vallée des Merveilles. Les engins devaient être moins bien équipés pour ce genre de route.

MGM - Vassieux

Merci Josette pour cette étape qui a été une découverte pour tous.

Je suis sûre que tu sais que la route forestière peut donner l'occasion d'une randonnée au départ de Bouvante le Haut. Mais sais-tu que le dénivelé n'est que de 600 mètres ? Lorsque les forêts de fayards ont leur feuillage d'or d'automne, ça doit être superbe.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 15:43

Sur un devers de la montagne du Jocou, 2051 mètres, point culminant du Haut-Diois le vent soufflait très fort en ce jeudi.

C'était un paysage de début du monde qui s'ouvrait devant nous, sous les nuages qui s'effilochaient dans le ciel après avoir longtemps plongé depuis les crêtes.

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Nous nous sommes transformés en ethnologues pour étudier une étrange tribu. Crayon à la main et appareil photo en place.

il paraît qu'il s'agit d'un groupe de "bipedarius rigolarium", de la fin du 20ème et (ou ?) début du 21ème siècles venant de la vallée du grand fleuve à l'ouest.

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Nous avons trouvé des inscriptions rupestres faites au charbon de bois. Oui, charbon de bois nous pouvons l'affirmer puisque nous avons aussi trouvé un foyer plus ancien proche de cette pierre. Ces traces ne vont pas défier les siècles ni même les années. Petits joueurs par rapport aux hommes du néolithique qui ont laissé les gravures de la vallée des Merveilles.

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Tous les individus, mâles et femelles ne manquaient pas une occasion de tomber sous les coups de boutoir du vent qui devait souffler avec des pointes voisines des 100 km/heure.

En fait, ça avait l'air de beaucoup les amuser !

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Décidément ils avaient des comportements étranges.

Un grand mâle semblait être le mâle dominant ou leur "théoricien". Il prenait souvent la parole et la gardait longtemps. Mais y avait-il une guerre de pouvoir avec cet autre mâle qui s'est approché de lui, l'a bâillonné, lui a bouché les oreilles et les yeux pour obtenir enfin cette parole si précieuse ?

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Autre particularité comportementale, ils ont passé beaucoup de temps à observer les papillons très nombreux sur cette montagne qui ne doit pas être aussi polluée que la plaine. Et voici le résultat de leurs observations.

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Ils ont été obtenus par Alféo et Pierrette, alors que la tribu qui se roule dans l'herbe est de Michel,

et le mot de la fin de Marianne "Bêtes à manger du foin, mais que ça fait du bien d'être foutraques !"

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 13:12
La vallée des Merveilles

Nous sommes donc à pied d’œuvre au chalet des Merveilles, onze copains prêts à découvrir autour de nos deux guides, Franck et Robert.
Que découvrir dans ce haut lieu du parc du Mercantour ? J'ai déjà vu moult fois cette destination proposée par des tour-opérateurs spécialisés dans la randonnée ou pas, et en ai tiré la conclusion que c'est un endroit important mais sans vraiment chercher pourquoi !

Robert nous a parlé de lacs, de flore, de faune particulière, et surtout de gravures rupestres. (D'où les symboles qui ornent la façade du musée de Tende).

On en compte un nombre imposant, presque 100 000, toutes à plus de 2000 mètres dans les vallées qui descendent du Mont Bego (2872 mètres d'altitude) , la montagne au nord. Ce lieu a été élu en raison de sa richesse en eau et de son pouvoir d'attirer les orages (le sou-sol est riche en minerais divers), elle rassemble les puissances telluriques. Parfait pour qu'elle soit divinisée, et que les hommes du néolithique en fassent un lieu sacré, de culte où les shamans venaient entrer en contact avec les dieux.

La fréquentation des chemins ici est impossible avec des bâtons non équipés de protection caoutchouc ou plastiques. Dès la vérification terminée nous avons commencé à monter au-dessus des lacs, en admirant tout ce qu'il y a autour de nous. Au loin, à l'ouest la ligne de crêtes que nous voyons était la frontière française jusqu'en 1947.

La vallée des Merveilles

Nous avançons assez vite nous avons beaucoup à voir avant d'arriver au lac des Merveilles où nos guides ont décidé que nous pique-niquerions, tout en haut du couloir de pierres en face de nous.

La vallée des Merveilles

Je n'ai même pas pu sortir mon carnet. Photographier de temps en temps, écouter nos guides et avancer avec le groupe en évitant les pierres, exclut la prise de notes ! Je le regrette beaucoup, ça va être dur de raconter cette si riche rando !

La flore superbe mérite quelques clics. Ici des véroniques. Mais je montrerai avec beaucoup de photos ultérieurement.

La vallée des Merveilles

Nous arrivons devant un gigantesque amas de pierre interdit par un panneau "Monument historique - Accès interdit". C'est pour le moins surprenant et insolite !

Le GR 52 suit le ruisseau qui prend sa sort du lac des Merveilles et descend jusqu'au Lac Long supérieur.

La vallée des Merveilles

Seuls les randonneurs accompagnés par des guides professionnels ont le droit de sortir du GR pour traverser ces énormes éboulis de roche où sont les plus nombreuses gravures, et nous faisons partie de ces privilégiés (OK, ça a un coût) et voici d'ailleurs notre première pierre gravée.

La vallée des Merveilles

Les gravures ont été pratiquées sur des pierres assez lisses et inclinées par piquetage, percussion de la roche avec des pierres plus dures. Elles sont peu profondes et les différences de couleurs provoquées par des réactions chimiques naturelles sont légères, ça ne les rend pas faciles à voir.

Ici une figure avec de grandes cornes, une cupule, un poignard gravés. Ces représentations de taureaux ou figures corniformes, d'anthropomorphes, de vases et d'armes variées semblent figuratives mais sont surtout symboliques. Les armes ont permis la datation des gravures : environ - 5300 ans, juste à l'époque de Otzi, l'homme momifié retrouvé en 1991 à la frontière entre l'Autriche et l'Italie avec un poignard semblable.

C'est aussi à peu près à l'époque de l'écriture sumérienne, première écriture de Mésopotamie ...

Ces gravures, cette proto-écriture, ne sont systématiquement étudiées que depuis la fin du 19ème siècle, à la suite des travaux du britannique Clarence Bicknell. Maintenant par une équipe de l'université de Nice-Sophia-Antipolis. Les chercheurs qui travaillent sur les représentations rupestres et pariétales estiment qu'elles expriment une pensée, des préoccupations spirituelles et temporelles où qu'elles soient (ici, à Foz de Cao au Portugal, à la grotte Chauvet, en Suede, en Australie ou en Afrique). Ce lieu est considéré aujourd'hui comme le berceau de la pensée religieuse européenne.

La vallée des Merveilles

Et les formes anthropomorphiques enlacées que nous montre Robert sont interprétées comme la représentation du couple primordial, le père soleil venant du ciel et la mère terre sortant du sol se rejoignent en se tendant les bras.

Robert nous explique aussi la position des gravures par rapport à l'angle d'inclinaison des roches et l'écoulement de l'eau, choisie avec autant de soin que les dessins eux-mêmes.

La vallée des Merveilles

Nous sommes totalement happés par ces commentaires. Robert passe la parole à Franck et nous sommes sous un tir nourri éblouissant.

La vallée des Merveilles

Regardez ici la cupule dans laquelle il y a des petites graines : symbole de fécondité et de fertilité. Et ici les deux figures réticulées assemblées ...Et je ne prends pas de notes ... Quel regret !

La vallée des Merveilles

Tant de corniformes différentes, têtes rectangulaires ou triangulaire, cornes plus ou moins ouvertes qui ont été converties de bien des façons ...

Nous entourons nos guides et nous sommes des élèves attentifs !

La vallée des Merveilles

Nos guides semblent avoir chacun leurs spécialités et se relaient en changeant de sujet qu'ils connaissent très bien et nous expliquent simplement, comme des diffuseurs d'ouvrages de vulgarisation. Cependant nous avons repris notre ascension pour arriver au Christ qui illustre l'évolution des gravures au long des millénaires.

La vallée des Merveilles

D'abord un réticulé (menton) auquel deux cornes ont été ajoutées. La gravure a été anthropomorphisée ensuite avec l'ajout d'yeux, puis une barre horizontale pour les sourcils, une verticale pour le nez. Les cupules triangulaires qui forment une couronne d'épines datent du deuxième millénaire de notre ère ...

Nous avons pique-niquer au lac comme prévu, puis nos guides nous ont proposé d'aller sur le dos des baleines à notre droite (oui, ces énormes roches rondes bien au-dessus du lac), c'est là que se trouve le très fameux sorcier, figure emblématique de la vallée.

La vallée des Merveilles

Nous avons d'abord vu des graffitis à travers les âges. Cette vallée à la frontière franco-italienne pendant longtemps était gardée par l'armée italienne contre les velléités françaises. Et dans cette armée un mercenaire d'origine française a passé des loisirs ou des heures d'attente à graver son blason (queues d'hermines et fleurs de lis) à côté des dessins proto-historiques ... Intéressant !

La vallée des Merveilles

Jean Claude et Alfeo doivent en chercher quelques autres sur le dos de cette baleine. !

La vallée des Merveilles

aidés par Doris ?

La vallée des Merveilles

Franck attire notre attention sur le seul éboulement postérieur à la réalisation des gravures connu : une énorme roche dissimule une partie des dessins sur cette pierre.

La vallée des Merveilles

Et nous voici arrivés au sorcier !

La vallée des Merveilles

Finalement assez petit ce symbole de la vallée que nous détaille Franck.

La vallée des Merveilles

Du haut de la falaise qui nous surplombe un chamois nous observe. Est-ce celui que nous avons vu pendant des minutes ?

La vallée des Merveilles

Non, Franck nous dit qu'il y en a beaucoup et qu'ils ne sont pas farouches. Ils ont l'habitude des visiteurs et parfois cabotinent devant les photographes.

La vallée des Merveilles

Et nous sommes redescendus en nous arrêtant à chaque chamois, touffe de fleurs, ou petit lac dissimulé jusqu'aux derniers pas, toujours surpris par l'énormité des chaos rocheux qui témoignent de l'importance de l'activité géologique de cette vallée.

La vallée des Merveilles

La douceur retrouvée lorsque nous approchons du chalet ne devrait pas nous faire baisser la garde et trébucher sur un caillou du chemin ou des ruisseaux.

Et il ne reste plus qu'à affronter les cahots de la piste pour redescendre jusqu'à Tende les yeux encore emerveillés.

Repost 0
Published by Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 13:25

Découvrir la Vallée des Merveilles, finalement nous y voici !

Elle se mérite cette vallée qui nous fait rêver depuis des mois, depuis qu'Alféo nous l'a proposée comme lieu de randonnée. C'est lui l'auteur ce projet et il l'a réalisé avec une grande maîtrise de la vie de groupe et des possibilités de l'endroit.

D'abord ça ne semble pas si loin de la vallée du Rhône, Tende. Mais c'est dans les Alpes Maritimes, en pleines montagnes alors c'est tout sauf direct.

Départ pour l'itinéraire montagnard qui a beaucoup plus d'attraits que l'autoroute jusqu'à Nice : col de Cabre, Gap, Barcelonnette,et le col de Larche.

Là arrêt technique avec vue sur le lac et premières photos botaniques : lis des Alpes (sans bulbilles) et lis de Saint Bruno, asphodèle, orchis globuleux et un magnifique géranium des montagnes d'un bleu très lumineux.

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles
Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles
Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles
Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles
Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

Du col de Larche jusqu'au col de Tende nous sommes en Italie. Circulation dense, orages et travaux de doublement du tunnel de Tende, nous ne souhaitions qu'une chose c'est d'arriver à Tende et à l'Hôtel du Centre.

Alféo connait cet endroit depuis qu'il est venu grimper ici quelques cols à ajouter à son abondant palmarès. Aussi Aline, la maîtresse du lieu nous accueille avec de grands sourires.

C'est une adresse à recommander : à l'accueil, le prix, le pique-nique qui nous sera fourni pour la randonnée du lendemain, l'a collaboration avec le restaurateur du haut de la ville s'ajoute le charme d'un vieux relais de poste particulièrement fréquenté par les "princes de l'église" et des prélats plus modestes qui se rendaient auprès de leur hiérarchie ou en revenaient.

Il est temps que je fasse faire un tour de ville à mes lecteurs, même si ce n'est pas l'exacte chronologie de notre séjour. C'est une ville de montagne perchée sur un flanc très pentu, de part et d'autre d'un ravin où coule un ruisseau chantant (on entend l'eau courir partout dans le bourg, en souterrain).

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

Au sud, en dessous des maisons qui se serrent le long des ruelles, des jardins bordent ce ravin.

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

En face trois clochers dominent le quartier ainsi que la façade très colorée de la cathédrale baroque.

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles
Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

Avant de courir les venelles et les calades qui traversent et gravissent la ville, nous nous sommes régalés d'un bon repas préparé par un chef qui se dit en vacances ... et avons bu aux randonnées et à l'amitié.

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

Nous n'avons pas eu le temps de visiter le musée dont les piliers de la façade sont décorés des symboles si souvent représentés dans les gravures que nous nous sommes venus découvrir.

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

D'ailleurs le temps d'aller voir cette Vallée des Merveilles, haut lieu du parc du Mercantour est arrivé. Les guides Franck et Robert nous attendent avec leurs 4x4.

http://www.panzamerveilles.com/http://

Robert qui conduit le véhicule où je suis nous dit qu'ls sont prêts à répondre à toutes nos questions.

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

Et ça tombe bien car lorsqu'il nous présente la gare mussolinienne du bourg voisin, ça nous intrigue.

C'est ainsi que nous apprenons que cette région n'est française que depuis 1947, et a été rattachée à la France après la défaite de l'Italie lors de la guerre de 1939-1945 ... Surprise de tous !

Nous avons quitté la route pour la piste qui doit nous mener jusqu'au refuge des Merveilles. Je range mon carnet et mes crayons : c'est impossible de noter quoique ce soit, toute notre énergie est employée à ne pas trop nous faire bousculer par les cahots. Nadine s'emploie à diriger le chauffeur lorsqu'il lui faut s'y prendre à 2 ou 3 fois pour franchir certaines épingles à cheveux ... Mais tous nous ne manquons pas d'admirer les rhododendrons en fleurs sous les mélèzes courbés par le poids de la neige.

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

Nous essayons aussi de deviner où passe la piste dans les éboulis qui l'entourent, le ravin immense sur le côté, et aussi les randonneurs qui disposent de plus de temps que nous et qui sont à pied depuis le très grand gîte de l'ancienne mine.

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

Nous avons passé la ligne des 2000 mètres, et sommes sur une haute vallée où courent des ruisseaux et reposent des lacs. Superbe !

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles

Et nous avons fini par arriver, sûrement avec quelques ecchymoses ici ou là, mais entiers ! Maintenant nous sommes à pied d’œuvre n'est-ce pas Christiane avec polaires, lunettes de soleil et chapeaux ?

Allons-y découvrir toutes sortes les Merveilles de toutes natures !

Tende, "camp de base" pour la Vallée des Merveilles
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 13:34
MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Bon, je sens que certains de mes lecteurs commencent à penser qu'il n'y a pas que Mozart dans la vie !

Et c'est vrai, il y aussi la rando ! Surtout quand le temps se met subitement au beau et que le thermomètre s'affole. Il fera bien meilleur dans nos montagnes que dans la vallée du Rhône.

Josette a dit du Col des Limouches jusqu'à la Tête Chauve, sans préciser le kilométrage estimé. Ça fait beaucoup ... Mais nous avons biaisé : au col nous avons pris la petite route à gauche et avons parcouru en voiture jusqu'à un endroit bien connu d'une partie d'entre nous. "C'est d'ici que Rachel a souvent démarré des sorties."

Donc allons-y. Mais voici qu'une orchidée me fait des petits signes et des clins d’œil que j'aperçois sous le casque de ses fleurs rose pâle.

C'est l'orchis du Dauphiné, à feuilles étroites tachées de pourpre. Son labelle est à peine échancré.

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve
MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Et quelques dizaines de mètres plus loin, c'est au tour d'une rose magenta. Le labelle est nettement divisé en trois parties, c'est l'orchis tridenté.

Et maintenant je rattrape le groupe. Vite, mais pas trop ! Il y a tant à voir sur le bord du chemin et dans les prairies. Pour le montrer je vais consacrer un article à toutes ses fleurs dans la rubrique "Couleurs de la Drôme".

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Nous marchons sur le "sentier des moines". Il reliait l'abbaye de Léoncel au prieuré de Montmeyran qui en dépendait. Enfin, depuis le temps que j'en avais entendu parler !

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Donc sentier des moines, GR93, pas du Touet, Baranquand, je ne sais plus très bien l'ordre dans lequel nous avons passé tous ces lieux, entre prairies fleuries, troupeaux ruminant, forêt en pente, anciennes fermes et enfin troupeaux paissant. Mais là c'est plus délicat. Une vache c'est volumineux, ça a des cornes. Non, pas celles-là, on les leur a coupées. Mais elles allaitent et il ne faut surtout pas les approcher ... Où passer, il y a des buissons de l'autre côté ? En leur parlant tout doucement et en avançant sans avoir l'air d'hésiter ... Finalement celles qui occupaient le chemin s'en vont, le passage est libre !

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve
MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Nous sommes dans un étroit vallon en direction du nord qui va vraiment nous permettre d'atteindre la Tête Chauve que nous entrevoyons de temps en temps.

Encore un effort et nous voici sur un replat, au sommet d'une falaise avec panorama sur la vallée et sur Barbières qui se blottit au pied de ses rochers et se faufile le long du ruisseau jusqu'à la cluse qui ne laisse passage qu'au ruisseau et à la route qui grimpe dans le Vercors par le col du Tourniol.

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Le panorama est immense et nous nous en rassasions en attendant que le groupe se reconstitue ou presque.

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Car il faut donner encore un bon coup de collier pour arriver jusqu'à la croix plantée au sommet de la Tête Chauve. S'arrêter trop longtemps coupe les jambes. Alors nous repartons.

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Et au sommet où le vent souffle légèrement c'est une vue à 360° qui s'offre aux marcheurs : la vallée, je l'ai déjà montrée ; tout au nord voici les lacets de la route qui monte au col de Touniol, et les falaises qui le dominent !

Les souvenirs de courses assaillent les anciens cyclistes nombreux parmi nous (non, pas moi !)

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

A l'est dans le creux on distingue mal le clocher de Léoncel qui est emmailloté par des échafaudages en ce moment.

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Nous sommes tous là ? Photo de groupe ! un marcheur solitaire arrive juste à temps pour appuyer sur le bouton !

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Nous sommes redescendus par un sentier de chamois, croyez-vous ? Heureusement les buis sont solidement plantés car nous nous y sommes cramponnés pour descendre de roche en roche à travers les arbustes. Pas aussi chauve cette montagne que son nom le laisserait entendre.

Pique-nique dans une clairière et nous sommes repartis sans trop attendre. Vers le col de Tourniol pour prendre ensuite quel itinéraire ? Non, c'est au nord et nous devons aller plein sud.

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Quelques minutes d'échanges et de palabres plus tard nous avons pris plein sud par un beau grand chemin qui nous a conduit rapidement jusqu'à nos voitures ...

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve

Intéressant le diagramme de notre parcours du jour. Mince, il est à l'envers et je n'arrive pas à redresser l'image ...

Les performances, ce ne sont pas les meilleures de la saison : 10.8 kilomètres et 340 mètres de dénivelé. Mais c'était très beau.

MGM - du col des Limouches à Tête Chauve
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article