Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 18:47

                                             A  comme ...

Amitié

Amitié 2

Partager une semaine presque en tête à tête, en respectant le fonctionnement et l'autonomie de l'autre, en partageant et échangeant avec plaisir, ça peut marcher ?

Ça a marché !

 

Anémone : pulsatille des Alpes

Anemones

De la famille des Renonculacées, on la rencontre dans les pelouses et les sous-bois entre 1000 et 2700 mètres. Nous l'avons trouvée sur les pentes qui dominent le Torrent Chevalier à l'ouest en abondance. Superbe !

 

Aréa - Grand et Petit

Area

Le Grand Aréa est la montagne qui domine le chalet au nord-est du haut de ses 2869 mètres. C'est une montagne mythique que tous les enfants du chalet arrivés à l'adolescence ont dû grimper depuis le chalet. C'est la randonnée initiatique de la famille. Le Petit, c'est la croupe devant où nous nous sommes arrêtées !

 

Asfeld - pont d'

Asfeld (pont)Ce pont vertigineux et audacieux enjambe la Durance entre la ville de Briançon et le fort des Têtes. Vauban en 1700 avait préconisé l'occupation de la montagne des Têtes et la construction d'un pont pour s'y rendre. Ce n'est qu'en 1720 que son successeur, le marquis d'Asfeld projeta la construction d'un pont en maçonnerie. La décision fut prise en 1729 et la construction entreprise. Il fut inauguré en 1734.

Remarquable : il n'y a pas en d'accident pendant l'exécution de la maçonnerie. Malgré cela les habitants l'ont surnommé "pont du diable".

 

 

                                                   B comme ...

Bachat

Bachat du Puy la Salle

Tous les randonneurs qui ont marché dans les Alpes savent ce qu'est un bachat : un tronc évidé en réservoir dans lequel les sources se déversent pour abreuver les troupeaux et leurs bergers. Dans d'autres régions c'est une auge à cochons, ailleurs encore un bassin pour les papetiers.

Mais ici il ne faut pas croire Coco-le-dico qui prétend qu'il s'agit de la troisième personne du singulier de l'imparfait du subjonctif du verbe bâcher (ah oui, celui-ci a un accent circonflexe !)

 

 

Bleu

Bel échantillonnage de bleus autour du chalet du Bessey !

Beaucoup de fleurs bleues parmi lesquelles des myosotis éclatantsbleu

et des petites gentianes dont la couleur est à peine plus intense que celle du cielbleu les gentianes et le ciel au-dessus du bouquetinau-dessus du mont Aréa. Pureté de l'air ?

Le ciel est ainsi 300 jours par an ! La vallée de la Guisane est l'une des plus ensoleillées de France avec 2500 heures de soleil par an.

 

 

Bouquetin

Après notre pique nique au-dessus du Torrent Chevalier nous nous sommes tenues immobiles pour voir des marmottes. Seules notre tête bougeaient, et encore doucement et en silence. Et subitement en bas, au pied d'un névé j'ai vu une énorme bête, si grosse que j'ai pensé un instant à un cheval. Mais non, elle avait des cornes immenses. J'ai murmuré "UN BOUQUETIN !" à Marianne et nous ne l'avons plus quitté des yeux.Bouquetin Il a mis quelques minutes à nous voir et nous a alors observées avec attention surpris sans doute de voir deux femmes immobiles et silencieuses (enfin surtout moi !). Il a avancé en broutant, relevant régulièrement la tête pour nous regarder, s'est assis pour mieuxprendre son temps puis a continué en s'avançant vers nous. Il nous a approchées à presque 20 mètres. Nous n'en croyions pas nos yeux ! Un vieux mâle qui n'avait pas encore perdu sa toison hivernale et qui nous vient de si près. Il a disparu derrière un rocher, est réapparu de l'autre côté, a continué sa quête de nourriture en poursuivant son chemin vers le haut de la montagne et en nous négligeant. Après une demi-heure de contemplation nous commencions à avoir des fourmis dans les pieds. Il était temps de repartir essayer de voir des marmottes !

Je l'ai beaucoup filmé, mais je n'arrive pas à mettre en ligne ces vidéos comme je le faisais il y a quelques mois. Il me faut travailler de ce côté là ... Chapitre bouquetin à suivre !

 

 

Briançon

Briançon est la ville la plus proche du chalet du Bessey à laquelle on se rend seulement s'il y a de bonnes raisons.La visiter en est une car elle a un riche patrimoine.

Vauban y a fait construire quelques forteresses qui protégeaient la proche frontière italienne, et la vieille ville qui est entièrement ceinturée de remparts. Les fortifications ont été inscrites au patrimoine mondial par l'Unesco. 

Briançon

 

 

                                                   C comme ...

 

Cadrans solaires

Le soleil abondant sert aussi à donner l'heure. On trouve dans les villes et les villages de jolis cadrans solaires qu'on arrive à lire en s'appliquant. Ceux de Briançon sont particulièrement beaux et bien entretenus.Cadran SolaireLa région voisine du Champsaur est également réputée pour ses cacrans solaires.

 

 

Chalet

Le chalet est un ancien chalet d'alpage, construit sur une des terrasses qui domine de 200 mètres la vallée. Dans les années 50 la vie en montagne a commencé à changer et les bergers se sont débarrassés de ces bergeries qui tombaient en ruines. Aubaine pour des citadins courageux qui voulaient que leurs enfants passent leurs vacances au bon air de la montagne ! Le chalet a été remonté par tous les membres de la famille, parents et enfants, tour à tour maçons, menuisiers, porteurs. Depuis plus de 60 ans la famille qui s'est beaucoup agrandie revient se ressourcer ici, souvent accompagnée par des amis.Chalet

 

 

Chapelles

Il y a vraiment beaucoup de chapelles dispersées partout dans les villages, un peu à l'écart, dans les hameaux et isolées dans la montagne. Elles étaient toutes très fréquentées et l'été toutes avaient leur pèlerinage ou procession le jour de la fête du saint auquel elles sont dédiées. Elles sont généralement en bon état et fermées.Chapelle de Villeneuve la Salle

Seule celle juste avant la "Maison de la Cime" est en très mauvais état, mais nous avons constaté qu'elle est en cours de restauration : une bétonneuse y a été montée ainsi que des matériaux et on aperçoit que la voute a été consolidée.

 

Chaussures de montagne

Surprise ! J'ai découvert que mes grosses chaussures de randonnées que j'enlève d'habitude très rapidement sont confortables, chaudes, légères et isolantes ... Sûrement comme toutes celles de la famille qui sont parfaitement alignées et que les enfants se transmettent de cousin en cousin !Chaussures de montagne

 

 

 

                                              D comme ...

Dame de onze heures

fleur blanche de la famille des asparagaceae qu'il est très difficile de différencier de l'ornithogale à feuilles étroites, autrement que par la racine. Dames de onze heures

Deux raisons de la mettre là : je n'ai pas arraché de cette plante toxique pour voir ses racines et j'ai besoin d'elle à la lettre D !

 

Devant la cheminée !

Dès notre arrivée nous avons allumé la cheminée pour réchauffer le chalet dont la température était tombée bien bas pendant les quelques semaines où il était resté fermé.

C'est incroyable comme la cheminée dévore les buches dont nous voulons bien la garnir et je comprends maintenant pourquoi un grand week-end de début d'automne est absolument nécessaire au bon fonctionnement du chalet.

Nous avons dîné devant le feu, lu, discuté, joué au scrabble, autrement dit nous y avons passé beaucoup de temps en brulant beaucoup de bois ! Et ça se renouvelle toute l'année car à 1600 mètres d'altitude une flambée chaque soir est bienvenue.

 

Dîners sauvages

Nous avions nos provisions ramenées de la ville ou du supermarché. Mais qu'il est agréable de préparer les champignons que nous avons trouvés au cours de notre randonnée ou de faire une belle sauce verte acidulée avec le persil qui risquerait de se faner et les immenses feuilles d'oseille sauvage que nous avons trouvées dans la vallée. Jamais vu ça, elles faisaient plus de 50 cm de long ! Nous avions assez d'une douzaine de feuilles pour notre sauce.Diner

Le dessert que nous avons préparé pour notre dernier dîner avait une autre forme de "sauvagerie" ! Nos voisins nous avaient invitées à condition que nous apportions une tarte. Et nous n'avons vu l'invitation et ses conditions qu'à notre retour de la longue randonnée vers Pont de l'Alp. Improvisation avec ce qu'il reste ! De la farine, des oeufs, des yaourths, de l'huile, du lait, du sucre et enfin des brugnons. Eh bien ,elle n'avait pas si mauvaise mise notre tarte qui fit fort bien l'affaire pour l'appétit de ceux qui avaient travaillé et celles qui avaient randonné toute la journée !

 

 

Doubleaux (arcs)

Se dit des arcs qui renforcent la voute en berceau d'une église et à Briançon de la collégiale construite au début du 18ème siècle.Doubleaux (arcs renforçant la voute en berceau en plein ci

 

 

Durance

La Durance prend sa source près du Mont Genèvre et n'est qu'un petit torrent au fond d'une gorge boisée lorsqu'elle traverse Briançon après être passée sous le pont d'Asfeld. Durance

 

A bientôt pour le deuxième chapitr! Maintenant il me faut aller randonner.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 16:44

rd13 04 02 00Sinistre. Le week-end pascal avait été sinistre : ciel gris, vent, froid et pluie. Et la météo du mardi était sinistre ... Juste ce qu'il me fallait pour me donner envie de rester chez moi, bien au chaud ! Mais le pouvoir des messages de Josette est immense ; dès que j'ai lu que nous irions à la Voulte où les pluies ne seraient qu'intermittentes, j'ai cherché dans le frigo de quoi composer un pique-nique d'hiver !

Il pleuvait sur le chemin des écoliers que nous avons pris pour arriver à la grande place de la Voulte, et ça a heureusement cessé à notre arrivée.

Pour arriver au château nous sommes passés devant la fontaine Giroud (classée) du 18ème siècle, rd13 034 02 01puis avons suivi la route. Quelques arches du pont qu'empruntaient les wagonnets des mines pour arriver à la fonderie s'ouvrent sur un ravin où des buissons en fleurs bordent un ruisseau.rd13 04 02 02On arrive sur la place de l'église aux pierres rougies par les poussières de la fonderie. Tout au fond les ruines du château n'ont pas incité mes compagnons à s'arrêter. Et pourtant quelle histoire que la sienne !

Construit au début du 14ème siècle il dominait une ville franche : exonérée de taille, de taxes, de corvées, exempte de milice, elle était prospère. Du 15ème au 17ème siècle la ville, le château et les seigneurs ont connu une pétiode très faste, renforcée par des mariages avec des enfants de la deuxième plusd grande famille du royaume.

La demeure avait été décoré par les plus grands artistes venus de Bourgogne, des Flandes, d'Espagne ...

A la Révolution les Rohan-Soubise, propriétaires émigrent, leur château est saisie et mise en vente en 1792.

En 1810 une ordonnance impériale en fait un "dépôt de mendicité" : un abri pour les gueux et les malades qui errent sur les chemins ...rd13 04 02 03

Changement de régime à la tête du pays, en 1820 une ordonnance royale le restitue aux héritiers des Soubise.

En 1823 il est racheté par le Compagnie des Fonderies et forges de Terre Noire, la Voulte et Bessèges qui exploite et traite le minerai de la Voulte. Il est revendu en 1893, et le dernier grand propriétaire connu est la galeriste Katia Granoff. Les Allemands l'ont incendié en 1944 et ce ne sont que des ruines qu'elle revend à la commune en 1961.

Bon, il me faut maintenant courir pour rejoindre le groupe qui est parti sur le chemin qui domine bien la ville, et ce qui reste de l'ancienne fonderie.rd13 04 02 04

Une grande cheminée a été conservée, sur notre droite il reste la base de deux autres. La grande fonderie du 19ème siècle avait succédé à celle qui se glorifiait de produire la meilleure fonte du royaume sous Louis XIV puis les boulets de canons des guerres napoléoniennes.

Mais il pleut à nouveau, c'est le moment d'enfiler les capes.rd13 04 02 05Au sommet de la colline nous ne savons plus très bien : il ne pleut plus, par contre l'air est tellement chargé de brume qu'il y a de l'eau partout autour de nous. Et pourtant nous apercevons de temps en temps le soleil, très voilé.

Où allons-nous trouver un endroit pour pique-niquer ?rd13 04 02 06Juste ici, sur cette pente au dessus de la vallée de l'Eyrieux et de Saint Laurent du Pape, de part et d'autre du chemin boueux, sur l'herbe ...

rd13 04 02 08rd13 04 02 07

Heureusement que Michel a toujours ce qu'il faut pour améliorer le moral de la troupe !

Il faut redescendre maintenant dans la vallée. Le chemin a été emprunté par des motos qui l'ont sauvagement creusé et transformé en fondrière. Un ralentissement, des cris et des rires devant nous ... voici un passage délicat. rd13 04 02 09En effet l'ornière au fond de laquelle court un filet d'eau est si profonde qu'il nous faut la passer un pied sur chaque côté, nos bâtons bien plantés pour ne pas glisser, et même parfois, accrochés aux arbustes qui nous servent de pivot ! Attention certains ont des épines !

Tout le monde a fini par passer. Les pantalons sont pleins de boue. Il faudra juste vérifier que les kleenex et les téléphones ne sont plus dans les poches avant de les mettre dans la machine ce soir.rd13 04 02 10

Nous avons rejoint la "promenade de l'Eyrieux", aménagée sur l'ancienne voie de chemin de fer qui a desservi la vallée jusqu'en 1968.rd13 04 02 12La montagne regorge d'eau et des ruisselets sortis de chaque repli de terrain se déversent dans l'Eyrieux.rd13 04 02 11Voici le Perpaud et un des nombreux repères qui signalent chaque carrefour de l'itinéraire.rd13 04 02 14Nous passons les gares de Saint Laurent, de Beauchastel. Photo de groupe complet (je suis derrière l'appareil photo !) sur ce beau chemin.rd13 04 02 13Nous laissons la zône industrielle nord de la Voulte pour grimper la colline et faire le tour par le château d'eau. La vue sur la vallée est superbe. La ville, le Rhône, la gare, l'ancienne usine de Rhône Poulenc et le stade de rubgy s'étendent à nos pieds.

Voici encore de quoi évoquer une bien grande période de célébrité pour La Voulte, celle de la grande équipe de rugby des années 50 et 60 ... La nostalgie a rendu nos messieurs poêtes.rd13 04 02 15

Décidément quel passé que celui de cette ville !

Mais au moment de déguster le cake aux noix de Danielle, nous ne pensons plus qu'au plaisir de ce goûter et à celui de mettre nos orteils à l'air !rd13 04 02 16Côté botanique j'ai enrichi mon album "Flore de la Drôme" de la belle corolle jaune d'une ficaire fausse renoncule et d'une fougère polypode. OK, nous étions en Ardèche ...

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 17:41

rd13 03 26 00Que le ciel est gris ce matin lorsque nous quittons Montmeyran. Heureusement nous allons au sud, à la hauteur de  Montélimar, le ciel y est souvent plus clair. rd13 03 26 01

Le point de départ de l'itinéraire 22 est à un kilomètre à l'est de Condillac, par la route D107, au chemin des Béraud. Il y a juste assez de place pour les quatre voitures que nous avons ce matin. Une carte commentée de trois boucles est affichée à quelques pas de là. Les deux autres font 5 et 7.5 km.

L'ascension de la montagne commence immédiatement, en pente douce ou presque, nous sommes juste à la limite entre le ciel bleu et les nuages que le vent pousse vers le sud. Le soleil nous chauffe agréablement et nous avons vite chaud, il faut enlever un vêtement !rd13 03 26 02Pause banane. Mais que dit Rachel (qui a abandonné ses adeptes du mardi après-midi pour venir avec nous vers les jonquilles de la forêt de Marsanne) à Michelrd13 03 26 03 que Claudie n'aime pas ?

On continue toujours tout droit jusqu'à la Borne Rousse,rd13 03 26 05la première de celles qui jalonnent le sentier sur la crête. Elles doivent marquer les limites des communes. Un vaste panorama se devrait s'offrir sur notre gauche : la vallée du Rhône avec Cruas et le chateau de la famille d'Andigné avec sa cour intérieure semblable à un cloître, jusqu'aux ruines du chateau de Crussol tout au nords, mais elles sont perdues dans la brume.rd13 03 26 06Le sentier continue sous une voute de buis qui nous protège du vent. Que j'aime cette partie du sentier que j'ai maintes fois parcourue. On y arrive aussi en partant de Marsanne.rd13 03 26 04Quelques jonquilles ont été perdues par des cueilleurs qui viennent toujours nombreux à cette saison. La floraison des buis est beaucoup moins spectaculaire, tout comme celle des lauriers des bois, ce très discret arbuste qui nous reste des forêts primaires.

03 Mars Laurier des bois Forêt de Marsanne203 Mars Buis en boutons Marsanne

Et nous voici arrivés dans les clairières aux jonquilles. Il y en a tant que c'est incroyable ! C'est ici que nous faisons halte pour le pique-nique. Impossible de ne pas en écraser quelques unes.rd13 03 26 07Le soleil nous chauffe si agréablement que nous nous accordons un peu de temps pour le papotage ou la sieste avant de faire nos bouquets.rd13 03 26 09On voit bien qui porte les bouquets des couples marcheurs, ils sont tout simplement deux fois plus gros que ceux des autres !

La clairière du Gros Fayard est un cadre idéal pour la photo de groupe ... complet ! C'est rare.rd13 03 26 08Arrivés au col de la Papillère il faut tourner très à gauche pour poursuivre l'itinéraire. Heureusement le sentier se poursuit dans la forêt de hêtres qui nous protègent encore du vent. Merci à celle qui a suggéré (Josette sûrement ? ) que les arbres tout frêles à fleurs jaunes pouvaient être des cornouillers, c'est bien ça et je ne les avais pas identifiés en 2009 ... Cornouillers mâles, en voici encore dont la sexualité doit être intéressante !03 Mars Cornouiller mâle Condillac Des tronçonneuses ronflent devant nous, et nous arrivons à des flancs de collines tout nus où le vent nous incite à filer le plus rapidement possible.

Nous arrivons à une clairière bien abritée, excellente pour une pause et un point d'organisation pour la sortie des 10 et 11 mars sur les hauteurs de l'Ardèche, il est temps, ce n'est que dans deux semaines !rd13 03 26 10Nous rejoignons des hameaux de Condillac et la boucle est maintenant rapidement bouclée. C'est Claudie qui a prépârer la "gaterie" cette semaine. Avec un peu de vin de chicorée ? Il m'en reste encore un peu !rd13 03 26 11

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 08:54

rd13 03 21 00Quelle chance nous avons, le ciel est bleu ce matin, aucune giboulée n'est prévue pour aujourd'hui !

Robert nous emmène sur les chemins de la région de Crest, au Serre de l'Aigle. Aouste est le point de départ pour ce circuit.

Nous passons devant la papeterie où un petit panneau relate la vie industrielle de la région de Crest qui produit du papier depuis le 17ème siècle. Belle référence de qualité, c'est sur du papier Latune de l'usine de Mirabel qu'écrivait Voltaire !

Aouste était alors spécialisé dans le foulage des draps de lin. Cette opération les rendait plus solides.

L'activité industrielle principale d'Aouste se porta sur la production de papier (je n'ai pas trouvé à quelle date, mais en 1789 il y avait deux usines de production de papier dans le village), en feuilles, en continu et en 1926 les premiers sacs industriels en papier y virent le jour. C'est encore actuellement la principale production de l'usine, avec intégration de poignées et impression en quadrichromie.

Longue vie à cette activité, dans ce village !

Nous avons gagné les champs à l'est. Les amandiers sont en fleurs, la tour de Crest se découpe au-dessus de la ville, et au fond les monts d'Ardèche sont couverts de neige.rd13 03 21 02

Au sud, derrière les vignes de Clairette, seuls les sommets des Trois Becs scintillent encore, mais ça a bien diminué par rapport à mardi, me semble-t'il.rd13 03 21 01Nous verrons mieux tout ça ce soir en rentrant, quand le soleil ne nous fera plus un contre-jour.

Amhed en tête nous montre les sentiers à prendre. Il a déjà fait cette randonnée il y a quelques années et fait travailler sa mémoire. Pour moi, c'est encore une première, et que j'aime ça !

Des forêts couvrent la chaîne de montagnes entre les vallées de la Sye et celle de la Gervanne. Des petit chênes pubescents, des buis sur les pentesrd13 03 21 03

qui laissent place à des pins et à des genévriers sur les crêtes. Le sentier que nous y suivions est superbe !rd13 03 21 04Les vues sur les vallées et les montagnes tout autour valent tous les efforts que nous faisons aujourd'hui !rd13 03 21 06

Le Vercors vers le nord-est avec le Roc de Toulaud qui culmine tout au fond,rd13 03 21 07le synclinal de Saoû et les montagnes du Diois au sud, rd13 03 21 05et le groupe presque au complet (il manque juste Anne Marie qui se cache !) au Serre des Aigles, montagne qui culmine à 460 mètres. A cet endroit le sol est plat, l'inclinaison est juste due au support sur lequel j'ai posé mon appareil photo qui n'est pas horizontal ...

Le sentier en montagnes russes se poursuit vers le nord entre Cobonne et Suze sur Crest que nous apercevons juste un peu sur notre droite, avant de rester en vue de Cobonne et de la tour déchirée qui domine le village.rd13 03 21 08Il est à peine midi lorsque nous avons viré à l'ouest, passant entre une grosse ferme bien exposée au sud, et une prairie au nord. Le vent nous a attrapés là, à l'endroit traditionnel du pique-nique. Heureusement près du bois, derrière les touffes de buis on est à l'abri, et le soleil nous chauffe agréablement.rd13 03 21 09Le chemin se poursuit vers Cobonne que nous apercevons entre les branches depuis la clairière dominée une vierge en bien mauvais état.rd13 03 21 10Nous avons descendu vers la Sye, l'avons traversée, pris la route bien au sud du village pendant quelques centaines de mètres, puis à la hauteur d'une grande ferme où des chiens surveillent de leur enclos grillagé le passage nous reprenons un chemin qui monte sur les collines à l'ouest et que nous connaissons bien car il fait partie de nombreuses randonnées du pays de Crest. Là, rien de nouveau sauf

rd13 03 21 12

ce vrai coussin de violettes qui parfument tout l'espace autour d'elles.

Cette boucle est une grande classique, mais elle n'est pas bien balisée. Les aigles ont disparu, pas possible de se fier à eux pour trouver l'endroit ...

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 18:39

rd13 03 19 00

Aleyrac sur la D9 au sud de la Bégude de Mazenc, tout petit village planté au sommet d'une colline calcaire de la région de Dieulefit, c'est vraiment un point de départ de randonnée qui nous a beaucoup tenté puisque nous sommes 16 ce matin sous le ciel bleu prêts à partir.rd13 03 19 01Il faut suivre pendant quelques centaines de mètres la route à grande circulation avant de prendre à gauche la D809 en direction des ruines du prieuré. A l'horizon le mont Ventoux est encore bien enneigé.

L'étape touristique au prieuré ne fait pas partie de l'itinéraire, mais qu'il serait dommage de ne pas y passer !rd13 03 19 02Nous avons écouté avec attention Josette nous lire les lignes d'information sur ces ruines. On trouve mention de ce prieuré dépendant des Bénédictines de Lyon dans des documents de 1105. Mais déjà en 1385 il était en ruines, et il fut supprimé au 15ème siècle.rd13 03 19 03

Pourtant il était pourvu de tout ce qu'il fallait pour être un lieu de culte assidu : il y a même une source qui soignait les maux de tête et les maladies de peau à l'intérieur de l'église, près de l'entrée.

Nous sommes repartis par la route, par des chemins qui longent des truffières et les champs de lavande.rd13 03 19 05

Tout à l'ouest les monts d'Ardèche sont tout blancs. Il a dû y neiger samedi dernier.

Nous abandonnons de GR 29 à l'Oulette pour un chemin caillouteux. Entre les collines nous apercevons le synclinal de Saoû de Rochecolombe jusqu'aux Trois Becs.rd13 03 19 06Dans l'échancrure à droite le Grand Delmas apparaît tout enneigé.

De rares fermes occupent des fonds de vallons ; des troupeaux sont sortis et les vaches ont l'air d'avoir plus de boue que d'herbe autour d'elles. Le sentier en sous-bois clairs est très agréable, et nous avançons sans nous en apercevoir.rd13 03 19 07C'est au bord du ruisseau du Pouzet que nous nous arrêtons pour pique-niquer. Les primevères qui sont à nos pieds nous permettent de réviser l'importante question de la sexualité de ces fleurs que nous avons un peu oubliée ! Et pourtant c'est simple : l'abondance des étamines dans la collerette est masculine, alors qu'il n'y a qu'un pistil qui porte l'ovaire dans les fleurs féminines !

Nous reprenons le chemin en contournant la tourbière où le ruisseau prend sa source, descendons encore un peu. Les endroits ombragés sont ponctués des fleurs bleues des hépatiques, une des premières fleurs du printemps.rd13 03 19 08

La fiche précisait qu'il fallait passer deux gués. Aujourd'hui nous avons passé deux ruisseaux, combien de fois chacun ? Beaucoup plus d'une !

rd13 03 19 11rd13 03 19 09

Parfois étroit où l'eau coulait abondamment en chantant, parfois beaucoup plus large et calme. Calme ? qui a dit ça ? C'est idéal pour les jets de pierres et les éclaboussures !

Nous avons passé un étang fermé, encore des truffières,rd13 03 19 10le ruisseau de la Chabotte et sommes arrivés aux lacets de la Grande Pigne.rd13 03 19 12C'est la grimpette sérieuse de cette randonnée. Mais ça ne dure pas. Nous sommes revenus sur le plateau d'où le regard porte encore au loin.rd13 03 19 13Tout au fond, c'est la montagne de Couspeau dont la crête est toute blanche.

Nous avons traversé un hameau et savons maintenant que la chapelle et les maisons voisines sont le coeur du village dispersé dont la population de 55 habitants en 2012 croit régulièrement depuis dix ans.

12,600 kilomètres et 310 mètres de dénivelé plus tard (super, la montre de Jacqueline lui dit tout) nous sommes revenus devant la mairie où le "gâterie" de Josette nous attend.rd13 03 19 14

Super suisse, spécialité valentinoise des Rameaux. C'est en souvenir du pape Pie VI prisonnier à Valence et des  gardes suisses qui veillaient à sa sécurité que les pâtissiers de Valence ont créé ce biscuit. Malgré ça le pape est mort en 1799 et son coeur serait toujours à la cathédrale.rd13 03 19 15Il n'en est pas resté une miette du suisse si bien réussi, délicieusement parfumé à l'orange confite !

Et voici la carte de la rando, qui fait partie du livret  "Pays de Dieulefit".rd13 03 19 16

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 17:40

Nous avons eu de la chance mardi pour la sortie apéritive à Divajeu, non seulement le temps était beau, mais en plus le vent avait cessé. 

C'était donc agréable de marcher sur ce coteau ensoleillé au sud du village, sur l'itinéraire 49 que nous avons parcouru souvent depuis quelques années, alors que nous sortions surtout les après-midis, guidés par Rachel.

Et c'est aussi pour faire la fête à nos guides, Rachel et Josette qu'après cette randonnée matinale nous avions ce repas à la ferme Ranchi où étaient réunis les deux groupes du mardi.rd13 02 01Merci à vous Rachel et Josette pour votre constance à nous emmener sur des chemins que vous connaissez bien et ceux que vous avez juste découverts !

Et ainsi nous sommes allés ce jeudi,  Lilette, Guy et moi derrière Josette dans le creux de Combe Laval repérer un sentier qui relierait le chemin des Chartreux à l'abbaye orthodoxe Saint Antoine le Grand, presque au pied du col de la Machine.

Il ne figure pas sur la carte IGN qu'a Josette dans son importante "cartothèque" ni dans celle qu'elle se procure à l'Office de Tourisme de Saint Jean en Royans, éditée par le Parc Régional du Vercors ...  N'y a-t'il pourtant pas un passage représenté sur la superbe maquette de la combe au fond du bureau ? Il faut aller voir sur place puisque nous sommes là pour ça !rd13 02 04Saint Laurent en Royans est juste à l'ouverture de la reculée de Combe Laval d'où démarrent plusieurs randonnées. Nous avons laissé la voiture sur la place de la mairie aussi faut-il faire appel aux cartes pour savoir quel chemin prendre aux Commanderies, rd13 02 06près de l'arboretum où sont rassemblés les essences régionales suivant la nature des sols, l'exposition, l'altitude et l'humidité des terrains. 

Nous traversons la route qui va vers Saint Jean et son grand pont de fer un peu caché derrière des noisetiers en fleurs. Il reste de la neige sur le versant en face où le soleil doit difficiement arriver.rd13 02 07

Le pont des Chartreux n'est qu'à quelques centaines de mètres en amont, caché par la végétation. Il permet au chemin de passer le ruisseau du Cholet, pour transporter autrefois vers les forges du comte de Sassenage le bois et le charbon récoltés sur le plateau et descendus dans la vallée par un treuil, une machine installée au col qui porte depuis le nom de "col de la Machine".

Mais je ne raconte pas tout ... que me resterait-il lorsque nous viendrons en groupe ? Voici juste les images qui seront alors bien différentes !

Nous sommes allés jusqu'au pied de la cascade du Frochet, toute gelée au sommet. L'eau jaillit entre les stalactiques.rd13 02 08pour tomber d'oule en oule jusqu'au lit du Cholet. Le soleil ne viendra pas jusqu'au chemin où la neige reste ; par contre il illumine la falaise en face.rd13 02 09

Nous nous arrêtons là pour aujourd'hui car les pierres du gué nous paraissent trop incertaines et nous n'avons pas envie de vérifier qu'elles glissent !rd13 02 10

Nous savons maintenant que le chemin continue, large, bien empierré, sûr, mais jusqu'où ?

Nous allons essayer de l'apprendre autrement.

En revenant le pont de tuf offre un meilleur profil, mais dans quelques mois nous pourrons même descendre pour le voir depuis le ruisseau.rd13 02 11

Nous avons trouvé un endroit idéal près du pont routier, bien à l'abri, ensoleillé pour notre pique-nique. Pour un peu après le délicieux gâteau caramélisé aux pommes et aux amandes nous aurions pu faire la sieste !rd13 02 12

Tant de choses agréables à la fois, ça ressemble à un grand moment de bonheur !rd13 02 14

C'est en voiture que nous sommes allés jusqu'au monastère orthodoxe, presque au bout de la combe.rd13 02 16Les visites sont possibles tous les jours, les fresques qui ornent toutes les parois intérieures sont très colorées et le dessin est très byzantin ... Nous n'avons pas bien l'habitude d'en voir de semblables dans nos montagnes ! Nous avons eu des explications sur les scènes et les symboles représentés, des commentaires sur les différentes influences et avec un peu de chance ce sera encore un moine prêt à répondre à toutes nos questions qui nous accueillera lors de notre prochaine visite !rd13 02 18

Mais il n'est pas possible de prendre de photos. Par contre il y a des cartes postales à la porterie près de la croix de bois sculptée.rd13 02 19

Nous n'avons pas cherché à aller vers la grande cascade derrière le monastère, la neige cachait des ruisselets un peu partout, et le terrain est loin d'être plat.

Josette a glané à la mairie, au monastère quelques précisions sur le tracé et l'état des chemins, assez pour concocter un itinéraire.

Mais voilà bien des promesses de découvertes, petites et grandes pour un beau grand jour de printemps !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 17:24

Le temps est gris, un peu moins froid qu'hier, et l'on pouvait même apercevoir le soleil se lever au-dessous de la couche de nuages de la vallée de la Drôme. Vraiment Robert, tu es sûr de vouloir nous emmener en Ardèche au dessus de Saint Fortunat sur Eyrieux ?

Nous avons eu quelques gouttes d'eau en traversant le Rhöne, quelques autres en nous garant pas loin des immenses serres de tomates entre la route et l'Eyrieux.rd130110 03

Nous avons suivi le ruisseau Charnut, ne prenons ni les passerelles ni le pont, et arrivés à un abri où deux chevaux attendent des heures plus douces, nous prenons un sentier à gauche. Eh devant, il faut revenir, nous n'allons pas jusqu'à la ferme !

Nous sommes montés jusqu'à Chanteperdix par un sentier visiblement plus pratiqué par les sangliers et les chevreuils que par les randonneurs ... Par endroit il est  très fraîchement retourné, fouillé par des sangliers la nuit dernière ? Nous empruntons aussi le lit d'un ru : itinéraire beaucoup plus rapide que le grand chemin pratiqué par les 4x4, et qui nous fait éliminer les excès des jours récents. Nous nous découvrons.rd130110 04

Les chasseurs viennent aussi ici, ils ont balisé les sentiers d'affiche annonçant une battue. C'est le moment de recouvrir quelques sacs de gilets fluorescents. Ahmed troque son bonnet bleu pour un bonnet orange : bonne idée il est ainsi repérable de tous les côtés.

Le chemin qui va vers Saint Julien le Roux est pavé de grosses pierres creusées par les roues de charrettes qui sont allées du pays de Vernoux à la vallée de L'Eyrieux pendant des siècles.On peut supposer que c'est depuis la nuit des temps car les traces sont profondes.rd130110 05

Nous arrivons sur le plateau  de roches et de garrigue un peu avant le col d'Aurelle, croisons un groupe de chasseurs qui vont se prendre leur poste et attendre le passage de sanglier(s).rd130110 06

Après avoir bien échangé avec eux Edgar, Gérard et Ange ferment maintenant la marche du groupe de 17 personnes que nous sommes aujourd'hui.

Nous poursuivons direction Saint Julien le Roux, sous le soleil ! Il faut encore se dévêtir ! Mais après avoir passé la décharge sauvage qui empuantit et sème des plastiques partout autour d'elle (Ça existe encore ça ?), juste au moment de rejoindre la route, le paysage est dégagé et le mistral bien froid tournoie entre les vallées et la forêt. On se rhabille !

On prend même l'onglée dans le bois humide où les arbres secouent le givre qui les a recouverts lka nuit dernière.

Nous continuons encore vers le Suc et le Serre de Bouchet pour trouver une place de pique-nique, bien au soleil sur de grands rochers qui réverbèrent la chaleur, surtout lorsque le brouillard cesse de filer bien vite au-dessus de nos têtes, poussé par le vent dont nous sommes protégés.rd130110 01On repart un peu plus à l'ouest, passons par un "repaire" de chasseurs, qui sont installés entre un brasero et une marmite de lentilles et saucisses et quelques bouteilles.rd130110 02

Quelques uns de nos compagnons arrivent toujours à y trouver des connaissances ! Ils n'ont pas un tableau aussi brillant qu'en début de saison où il leur arrive de prendre jusqu'à trois "cochons" dans une battue.

Nous redescendons par la "ferme collective" dont les bâtiments, en dur et en moins dur deviennent de plus en plus nombreux . Nous redescendons par le sentier rapide, plein de pierres qui roulent, d'autres plus solides qui font de grandes marches ... Nous nous y sommes engagés en ordre dispersé, en deux groupes et nous sommes rejoints presque au ruisseau, un peu avant de rejoindre la route. Là nous avons constaté qu'à l'évidence c'est en trois groupes que nous nous sommes séparés, et qu'il manque maintenant deux personnes. Coups de sifflet de partout, coups de fusils sur les collines autour ... Appels, c'est le désordre et ça dure.

Nous avons, bien sûr, fini par tous nous retrouver, même les chasseurs qui avaient une jeune bête de 35 kilos. Mais cet incident nous a permis d'échanger nos idées sur la responsabilité d'un groupe, de ses membres. Et va nous permettre de continuer notre réflexion sur celle du meneur, celle de chacun des membres du groupe, y compris ceux éperdus d'autonomie ... Quelles en sont les limites et comment les respecter ?

C'est sérieux tout ça ... On en reparlera la semaine prochaine ?

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 16:58

Tous groupes des "joyeux marcheurs du mardi" mélangés pour échanger des voeux et pour se mettre en jambes après la longue interruption des fêtes de fin d'année.

Nous avons de la chance, il faisait un temps gris déprimant ce matin et le soleil est apparu quelques minutes avant l'heure de rendez-vous sur le champ de foire.rd130108 01

C'est sous un vrai ciel bleu que nous avons contourné la colline boisée dominée par  une statue de la vierge. Nous ne sommes pas allés jusqu'au sommet, quelques personnes rentrent juste après des mois sans randonnée, alors il leur faut être prudent. Le groupe, nombreux s'étire sur le sentier,rd130108 02

nous nous sommes même livrés à une glissade, pour tester nos pantalons et notre esprit. Les résistants ont contourné jusqu'au bout du chemin. Quoi ? Renée qui descend tant de pentes sur le derrière n'a pas voulu ici ?rd130108 03 C'était pourtant idéal : l'herbe est épaisse et sèche !

Nous allons savoir maintenant exactement nos performances : Jacqueline a eu un joli cadeau de randonneuse pour Noël : une montre-GPS. Ça semble encombrant, mais ça révèle tant d'informations !rd130108 04

Mais ces instruments sont si complexes qu'aujourd'hui nous ne saurons que la distance parcourue, 6.1 km. La semaine prochaine nous aurons sûrement en plus le dénivelé !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 16:55

frise12 12 13 013Le ciel est gris, les prévisions météorologiques locales annoncent la pluie. Robert a ses programmes spéciaux pour des journées comme ça, qui permettent des replis rapides.

Les randonnées sur les montagnes autour de Loriol sont de celles-ci.

Fany qui file toujours comme une flèche ouvre la voie jusqu'à la crête du bois de Lagier.rd12 12 13 002De là nous tournons au nord vers le mont Brian par la draille Chapoutier.rd12 12 13 003Nous rencontrons des chasseurs, engageons un brin de conversation qui peut durer lorsque les gens d'ici déclinent leur identité : il y a toujours deux personnes qui ne tardent pas à se trouver une parentèle ou une connaissance commune.

Là ce sont des chasseurs de Grâne qui souhaitent chasser le sanglier sur les terres délimitées par les panneaux ACCA de Grâne. Ils ne sauraient même pas penser regarder derrière eux si leurs chiens se mettaient à aboyer sur les terres de Cliousclat ou celles de Loriol ...

rd12 12 13 004Nous les laissons à leur attente et continuons vers Brian sud, négligeons le point culminant avec son bataillons d'antennes relais pour continuer ver le sud, puis le creux de la combe qui sépare les deux collines que nous avons gravies ce matin.

Ceux qui filent sans regarder autour n'ont pas vu les pieds de mouton qui ressemblent à des pierres blanches dissimulées sous les feuilles de chênes.rd12 12 13 008Nous nous sommes tous mis à chercher et avons aussi trouvé quelques petits gris. Voici de quoi faire quelques poêlées d'automne ! Certains champignons ne craignent pas le froid et les gelées !

Au creux du vallon passe un ruisseau, et juste à côté les habitués connaissent un endroit à l'abri du vent. Quelques ruches y sont installées pour cette raison, et nous y prenons notre pique-nique.rd12 12 13 010Les abeilles sont endormies au chaud de leur abri enveloppé de feuilles plastique et de treillage métallique, mais je préfère quand même me mettre en face, et non pas juste le dos aux ruches comme le font les plus optimistes d'entre nous.rd12 12 13 011Le plus pessimiste a choisi de se mettre à l'abri d'une grosse bobine, la pluie va peut-être finir par arriver !

Nous avons rapidement avalé notre repas et les chocolats qui le suivent afin de reprendre notre marche. Il ne pleut pas encore  mais l'humidité dans ce vallon est très fraîche.

Nous avons dû marcher très vite pour contourner le mamelon, revenir sur Loriol et arriver aux voitures juste au moment où la pluie commence à tomber. Il n'est pas encore 14 heures.

Aussi Nicole et Robert nous ont invité à prendre une infusion et manger quelques muffins familiaux pour éclairer cette randonnée des jours gris.rd12 12 13 016

rd12 12 13 017rd12 12 13 015

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 17:41

frise12 12 11 010Mais c'est bien l'irrésistible sourire d'Angela que je vois dissimulé sous tout ce rouge sortant de la voiture rouge ! Avec Chantal ! Ça fait des années que je n'avais plus marché avec elles. Leur présence un jour si froid est bon signe : elles vont bien.rd12 12 11 001

Depuis le col de Rotisson (428 mètres) nous sommes partis jusqu'au le Moulin par un large chemin très venté, couvert d'un peu de neige glacée sur les traces de voitures et assez peu éclairé par un soleil glacé. L'itinéraire choisi est orienté au nord : ce qu'il ne faut pas faire pour quelques branches de houx pourvues de boules rouges ...rd12 12 11 005Au moulin nous montons en face dans la forêt où les arbres et arbustes de houx sont nombreux, mais les baies rouges rares. Nous sommes assez loin, et beaucoup plus bas que l'endroit où nous étions jeudi dernier, et ne savons pas ce qui est favorable à la formation de ces baies qui semblent devenir moins nombreuses d'années en année à cet endroit où mes compagnes ont leurs habitudes. Nous coupons cependant  tout ce que nous pouvons atteindre. Nous nous partagerons la récolte lorsque nous serons revenus aux voitures.

Pour le moment c'est le partage des papillotes de Renée, celles avec le trait rouge sont de chocolat noir, celles au trait jaune plaisent aussi, et les autres ? Que les amatrices sont difficiles !rd12 12 11 012Le moelleux au chocolat de Geneviève fait jaillir des exclamations de plaisir.rd12 12 11 014Très réussi ! Bravo et merci mesdames.

Les rayons de soleil passent le même sommet que nous pour toucher les arbres en lisière de la prairie que nous longeons. Les roux s'illuminentrd12 12 11 016et les jaunes deviennent dorés.rd12 12 11 017On regarde vite car nous avons les doigts gelés malgré les gants de soie enfilés sous les polaires. Il va falloir penser à des moufles !

Nous avons tous, même Josette, notre bouquet de houx pour les tables de Noël.Alors on rentre vite au chaud.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article