Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 15:39

OK, les chiffres ne sont pas fameux. La performance, mardi dernier, c'était de sortir malgré le temps ! Par des chemins détrempés, sous un ciel uniformément bas et gris mais pas seulement, car au fur et à mesure que nous montions vers Comps l'air s'opacifiait jusqu'à devenir brouillard épais.

Il suffit de voir la photo prise du mur du cimetière de la très belle église pour en juger.

MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...

La carte sous les yeux pour être sûrs de ne pas manquer notre itinéraire.

MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...

C'est un village étrange Comps. Sa population de 158 habitants se répartit dans des hameaux dispersés. Sur la route de Bourdeaux à Dieulefit on ne voit que la mairie, le château, et l'église.

Enfin, ce jour-là le château avait disparu dans le brouillard.

L'église, une très belle romane isolée au sommet d'une colline, flanquée du cimetière qui mérite un chapitre dans la catégorie "belles romanes" , nous l'avons vue car nous nous avons démarré la rando depuis on parking ...

Et j'ai découvert ce jour-là qu'il y avait eu dans ce village un temple protestant, apparemment sécularisé.

MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...

Quelques uns de mes amis m'ont fait remarqué que c'était une journée "point de vue" au sens négatif.

Cependant ceux qui savent poser leurs yeux tout près ont vu quelques merveilles.
Comme ces toiles d'araignée transformées en colliers de perles de rosée, enfin de brouillard, accrochés aux panneaux indicateurs en beaux festons.

MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...

Et nous les avons aussi posés à nos pieds, et sur le bord des chemins (plus loin, interdit !). Il y avait des champignons partout ... De tous, de toutes les couleurs.

Des anamites tue-mouche, des petits gris, des trompettes de la mort, des girolles, des bollets, des mousserons, des pieds de mouton, des sanguins, des chanterelles, des rhizines, ou peut-être des helvelles, des clavaires. Enfin un vrai catalogue. A manipuler avec prudence comme toujours. Se contenter de ceux que l'on connaît.

MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...
MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...
MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...
MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...

De rares trouées dans les bois et le brouillard nous faisaient juste regretter le temps.

MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...

Nous nous sommes arrêtés au point culminant du jour, à la croisée de chemin du Serre de la Motte et du GR 9 pour le pique-nique et la photo de groupe, pas à plus de 20 mètres, nous ne nous reconnaîtrions pas.

MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...

Heureusement que le son n'est pas complètement absorbé par le brouillard, car nous aurions bien perdu quelqu'un ! Mais nous prenions la sage précaution de nous recompter régulièrement.

MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...

Nous avons eu vite bouclé notre tour en ce jour où Comps ne méritait pas complètement sa devise !

MGM - Comps, 7.280kilomètres et 220 mètres de dénivelé ...
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 08:27

Puisque nous sommes consignés à la maison en ce mardi 6 octobre pour cause de pluies partout en Drôme et Ardèche, c'est le moment de reprendre le récit de randonnées passées.

J'ai enfin rechaussé avec un vif plaisir, mes chaussures de marche après les avoir laissées pendant 4 mois ... Pour une découverte indispensable, les cuves du Duzon, ruisseau ardéchois.

Nous nous sommes rendus au pont du Duzon, un peu en amont de Douce-Plage à l'est de Tournon. Le Duzon descend du plateau de Vernoux où il prend sa source au col de la Justice. Après une course de 32.2 km sur un lit de roche nue, ou au plus profond de gorges étroites il se jette dans le Doux. Les pluies abondantes des épisodes cévenols récents alimentent un débit tumultueux en automne, alors qu'il est très réduit le reste de l'année. C'est donc bien le moment d'y aller faire un tour !

D'abord la carte extraite du panneau didactique planté sur le parking, juste au départ de la course.

MGM - Les cuves du Duzon

Les aspects faune et flore e la région y sont décrits. Des lézards, des circaètes Jean-le-Blanc, des couleuvres vertes et jaunes ou des coronelles girondines ??? K'es ako ?

Sous les chênes, essence principale des forêts qui couvrent les pentes abruptes qui nous entourent il y a deux variétés de serpents, la couleuvre diurne, la coronelle nocturne que nous ne devrions pas rencontrer, le temps n'est pas assez chaud pour l'une et ce n'est pas l'heure pour l'autre. Pas plus de fleurs de genets. Par contre celles des touffes de callune fausse bruyère sont là sur la pente dès notre départ.

MGM - Les cuves du Duzon

Nous sommes passés par Mouret et avons suivi la route jusqu'à Grange de Vaure, où elle s'arrête. Deux petites chèvres nous accueillent là, sûrement habituées à faire les stars ardéchoises pour des randonneurs puisque son propriétaire nous a dit qu'il serait riche s'il s'était fait payer à chaque prise de vue !

Moi, c'est le pont d'où nous avons démarré, tout au fond, que j'ai photographié !

MGM - Les cuves du Duzon

Le fléchage pour les cuves du Duzon est régulier et ne permet pas le doute. Il n'y a qu'à le suivre régulièrement. Donc nous sommes passés au Bec et avons ensuite dévalé un chemin plein de pierres jusqu'à une clairière bien plate. on y entend le grondement du Duzon qui bondit entre ses parois en écumant.

MGM - Les cuves du Duzon

Le chemin sur la rive droite permet juste de voir les eaux bouillonnantes, la cascade impétueuse qui se jette dans une marmite pas encore parfaitement ronde et tout en haut une retenue d'eau dont ne saurons pas si elle est naturelle..

MGM - Les cuves du Duzon

Car le chemin s'arrête juste là. Fermé. Au-delà il est écroulé, sans protection, défoncé avec quelques cuvettes d'eau .... il faudrait vraiment une sacrée témérité pour franchir les branchages qui forment barrière !

La baignade est interdite dans ce torrent, même lorsque les eaux sont plus calmes, par contre on peut lire sur Wikipédia que le canyoning y est possible.

Demi-tour, ce chemin et les cuves sont un cul-de-sac. Nous choisissons de remonter la partie très pentue du chemin avant de pique-niquer ; les pentes sont si rudes avec l'estomac plein, et je n'ose dire les bouteilles de Mado, de Michel ou de Bernard ... Heureusement nous étions 19 pour les partager !

Donc pique-nique au Bec. Josette nous a révélé qui est son nouvel ami. Le suspens était quasiment insoutenable ! Un GPS qui semble mieux fonctionner que le précédent. Ne sommes-nous pas un peu déçus ?

Elle vérifie régulièrement les données grâce à celui de Gérard qui a encore bien recours aux cartes pour affermir quelques unes de ses convictions.

MGM - Les cuves du Duzon

Passer par Laréal nous a fait franchir deux clôtures qui n'interdisaient peut-être pas qu'aux ânes le passage, et nous sommes arrivés sur le plateau. Vue superbe.

MGM - Les cuves du Duzon

Nous sommes redescendus à Grange de Vaure où Michel n'a pas pu jouer au berger, les chèvres n'étaient plus là !

MGM - Les cuves du Duzon

A Mouret nous avons pris le grand chemin qui conduit jusqu'à Ferrand. Nous avons choisi une clairière à côté d'un ruisseau cascadant pour la photo de groupe un peu tardive, il manque 3 participantes.

MGM - Les cuves du Duzon

Depuis Ferrand un sentier à la descente très rapide nous a ramenés juste en face du pont.

MGM - Les cuves du Duzon

Chiffres du jour : 11,100 kilomètres et 460 mètres de dénivelé ... Vivent Josette et son GPS !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 16:17

D'abord la carte ! dont il ne faut pas douter ! vérifiée par le GPS de Gérard et par ses instruments de mesure de latitude et longitude ! C'est la signalisation qui pose problème en Ardèche et fait parfois préférer le chemin qui descend plutôt que de revenir sur nos pas par le chemin qui maintenant monte !

Donc il faudra revenir pour "la pierre qui branle" que nous n'avons pas trouvée, mais finalement nous avons bien vu quelques mégalithes et avons parcouru le chemin des crêtes qui fut le clou de notre sortie.

Alors qui se plaint ?

MGM - Alboussière, le chemin des Crêtes

Nous avons cheminé entre des prairies d'élevage de cochon noir (sans s, nous n'en avons vu qu'un), de chevaux, d'ânes et de vaches laitières.

MGM - Alboussière, le chemin des Crêtes

Nous sommes bien passés par la Pichonnière, sommes arrivés à la Faurie où un chemin bordé de haies et de grosses pierres était bien tentant. Mais nous avons continué sur 2 kilomètres la route que nous ont indiquée des habitants du hameau. Elle suivait par endroit de grandes dalles de basalte qui devaient faire partie ou presque de ce que nous cherchions, les mégalithes. Parmi des bruyères sèches quelques unes avaient réussi à résister à la canicule de l'été et offraient leurs corolles légères au zéphyr qui rafraichissait l'air.

MGM - Alboussière, le chemin des Crêtes

Et nous sommes bien arrivés au panneau "Circuit des mégalithes" ... Enfin !

Nous avons gagné par un large chemin tracé dans une forêt un ensemble de pierres colossales. Elles sont là depuis que les volcans ardéchois ont répandu leur magma, finalement il n'y a pas si longtemps.

En effet, alors que les volcans du Cantal et du Puy de Dôme ont 14 millions d'années, ceux du Coiron 8 millions, on situe l'activité des"jeunes volcans d'Ardèche", (ceux de ce plateau) entre -180 000 et -40 000 années. Incroyable ! A l'échelle géologique c'était hier.

Allez, on escalade pour se mettre en appétit !

MGM - Alboussière, le chemin des Crêtes

Et ces grosses croupes rondes nous ont fait un excellent coupe-vent pour le pique-nique.

Et un fond idéal pour la photo de groupe.

MGM - Alboussière, le chemin des Crêtes

Sans sieste, et sans continuer le circuit des mégalithes nous sommes repartis vers Alboussière. Nous avons traversé le Duzon que nous entendions sauter d'invisibles rochers et pentes, camouflés par la végétation sauvage qui tapisse le ravin là dont les terrasses étaient entièrement cultivées encore au 20ème siècle .

Nous sommes passés par le Vivier, Montepiat, un chemin de Compostelle sur quelques centaines de mètres, Rosières et avons remonté le long d'un immense champ en cours d'ensemencement. Du sommet le panorama est magnifique. Tout à l'ouest, là-bas, bien loin c'est la Pichonnière avec son grand bâtiment, mairie de la commune de Champis constituée de multiples hameaux assemblés, là où nous nous sommes trompés ce matin.

MGM - Alboussière, le chemin des Crêtes

En plus du panorama il faut aussi lire une plaque commémorative du combat de Leyrisse le 8 juillet 1709 entre les camisards d'Abraham Mazel et les troupes royales. Voici un lien qui donne les éléments historiques de cet épisode douloureux.

Nous avons continué sur le GR 42, puis les GR 420 et GR42A pour arriver finalement au lac artificiel sur le Duzon, au niveau très bas. La vanne était complètement ouverte. En voyant une berge défoncée nous avons pensé qu'il avait fallu évacuer un trop-plein provoqu" par de très grosses pluies qui avaient dû s'abattre sur la région récemment.

MGM - Alboussière, le chemin des Crêtes

En avançant juste au bord j'ai découvert d'immenses empruntes de pattes d'oiseaux. Josette m'a rassurée, ce n'étaient pas des empruntes fossilisées de dinosaures volants Troödontidés ou Droméosauridés qui avaient disparu depuis bien longtemps lorsque les volcans d'Alboussière sont rentrés en éruption ! Ce serait plutôt les empruntes d'un héron venu chercher ici quelques tétards !

Quelle déception !

MGM - Alboussière, le chemin des Crêtes

Le goûter offert par Claudie est un "gâteau de femme pressée". Gérard lui, nous a offert de l'eau pétillante et les chiffres du jour : 15.1 km et 368 mètres de dénivelé.

Des performances bien supérieures à celles qui étaient annoncées. Pour le plaisir de tous.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 10:54

Vraiment nous sommes le 21 mai, juste un mois avant le début de l'été ? Ça ne se sent pas du tout ... Ciel très gris au-dessus de la vallée du Rhône et des falaises du Vercors et température assez basse.

La randonnée du jour démarre à Beauregard Baret, un village blotti juste sous des barres rocheuses qui doivent être instables : les pentes sont couvertes de grosses résilles de métal chargées de bloquer les roches qui se détachent de la montagne.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Sonnaize, Pas du Loup et ravin des Tourniers : l'itinéraire est nouveau pour beaucoup d'entre nous et nous aimons ça !

Nous avons quitté le village par le sud-est en suivant le lit large et plein de roches du Sonnaize, ruisseau déjà sec. Nous tournons le dos aux rochers qui ferment la cluse. Derrière se trouve une petite vallée, la Combe et les ravins qui descendent du plateau du Vercors.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

L'itinéraire de notre randonnée est sage. Il se faufile entre les toutes premières montagnes à l'altitude plus modeste (750 à 950 mètres), dont les cols flirtent avec la courbe de niveau des 800 mètres.

Nous avons suivi la Draye des Vachers puis continué par Saint Isérat (altitude 710 mètres). De temps en temps les arbres s'écartent et le regard porte alors jusqu'au fond du ravin par lequel nous devons revenir. Large, riche de tous les verts du prointemps, profond, superbe quoi !

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Nous avons croisé un employé du Département dont la mission était ce jour-là de vérifier l'état des balises pour éventuellement les restaurer voire les remplacer. Nous lui avons dit que c'était vraiment un "boulot de rêve" qu'il ne partage pas avec nous : "Pas toujours, les jours où le blizzard me fouette avec la neige, ou ceux où le soleil m'étourdit de ses ardeurs ne sont pas faciles, et alors un bureau est plus tranquille !" Eh oui, qu'allions-nous imaginer ?

En attendant, il a raison d'être là car il y a des panneaux à réparer un peu plus bas. Bien sûr qu'il doit y aller à pied sans le beau 4x4 marqué "la Drôme" qui l'attend au col de Sonnaize sous un cytise en fleur.

Bien sûr nous trouvons des fleurs en route, de la mélisse, des sceaux de Salomon, des raiponces, et aussi quelques orchidées, de celles que nous voyons déjà depuis quelques semaines et qui commencent à faner. J'en parlerai plus tard ...

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Nous avons poursuivi par le Pas du Loup, 810 mètres. Là le chemin est très rocheux, et comme il bruine maintenant avec régularité et constance, ça glisse. Attention au loup ! Est-ce lui qui se cache sous une cape noire, derrière les petits chênes ?

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Par petits groupes nous gagnons la plate-forme juste au col. De là on peut découvrir le vallon de Saint Genys là juste en bas, et les falaises du Vercors. C'est un panorama impressionnant, légèrement voilé par un rideau de brume.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Nous sommes à quelques mètres de l'entrée de la grotte des Ussets et il est presque midi. Est-ce un endroit où nous pourrions nous mettre au sec pour le pique-nique ? Non, elle est trop petite ... Alors nous ne regrettons pas d'avoir manqué son accès, un étroit chemin escarpé difficilement praticable pour nous tous aujourd'hui.

Avez-vous remarqué qu'Hubert est avec nous, dans le groupe de tête ? Il n'a pas marché pendant trois ans et aujourd'hui avec sa cheville et son genou remis à neuf, il a retrouvé sa bonne humeur, et nous aussi. Quel plaisir d'entendre sa voix, chansons, sourires et humour bien particulier ... Son retour nous ravi !

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Les garçons qui agitez les bras, attendez un peu, il faut faire un regroupement. Sous un cytise c'est parfait.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Après une descente est en forte pente glissante nous arrivons dans une prairie où les orchidées sont très nombreuses : orchis pourpres et pyramidaux, ophrys bourdon et de la Drôme, il y en a partout et tant ...

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres
MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Pique-nique et photo de groupe, heureusement redressée par Alféo. Merci !

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Nous avons continué vers l'est et le fond du vallon, en-dessous du Pas de la Pierre, 1165 mètres, en nous limitant au col des Tourniers, 746 mètres. Je ne pense pas que ce soit par ce sentier que nous sommes passés il y a quelques années pour arriver au pas de la Pierre, nous devions venir du sud.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Ce sont des souvenirs qui donnent un peu le vertige ... et la lecture des panneaux épuise : c'est en 1.6 kilomètre que l'on grimpe les 420 mètres de dénivelé. Pas prévu au programme du jour : ouf !

Nous sommes redescendus par Champ Rians dans le ravin des Tourniers. Au loin la cluse de Beauregard Baret.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Et en chemin des fleurs bleues. Nous avons traversé la Combe, la cluse et sommes revenus au village où nous attendait le Suisse d'Elisabeth. Un vrai régal ! Elle avait aussi apporté des biscuits, des fois que le Suisse ne soit pas bon ... Il était excellent, et nous avons aussi fini les bixcuits. Bonne opportunité d'avoir oublié de les emmener pour ta réunion hier soir !

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 22:38

Le temps était gris et le mistral très présent mardi matin à l'heure du rendez-vous. Alféo nous avait dit que la météo nous serait favorable vers Saint Nazaire le Désert, et il avait raison !

Pour rejoindre le point de départ, il faut prendre la route qui remonte la Drôme, au pont d'Espenel traverser et remonter la Roanne jusqu'au pas du Loup, et continuer sur la D135 quelques centaines de mètres pour laisser les voitures au parking des carrières des Suzettes.

De là, parce que marcher sur du goudron est plus facile le matin on redescend à pied un peu après le pas du Loup.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

On finit par arriver à la piste forestière (c'est la première le long de la route) qui monte en décrivant de nombreux lacets. En haut sur notre droite le col de la Batie, qu'Alféo a gravi depuis bien longtemps.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

J'ai écrit, il y a quelques semaines, qu'il avait franchi 700 cols drômois ... J'étais loin du compte, maintenant il ne lui en manque que 7 pour arriver à 800 ! C'est fou le nombre de passages qu'il y a entre deux montagnes en Drôme. C'est également fou le nombre de montagnes que nous avons !

Pour le moment Alféo nous dit qu'il y a deux mines de calamine sur les pentes de cette montagne que nous montons. Des mines de calamines ? J'ai vraiment eu l'impression que nous pensions tous que c'était seulement dans les moteurs encrassés qu'on trouvait ça ... Eh bien, non ! Mes recherches m'ont appris que la calamine est du silicate hydraté naturel de zinc ... il y a bien longtemps que ce type de mots ne me dit rien, mais voici une information plus compréhensible : c'est un minerai de zinc ! Et voilà, je ne pouvais garder ça pour moi seule !

Tout en devisant nous voici arrivés au col de la Batie, un passage qui était, il y a fort longtemps, tenu et contrôlé par un fortin dont il ne reste plus rien.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Nous avons quitté la piste et pris un sentier face à la Servelle, célèbre sommet du Diois, là, juste en face de nous devant le soleil. Il dégringole rapidement; avec des pommes de pin sèches qui s'alignent en chapelet dans son creux. Attention, il faut les éviter car elles roulent sous les pieds et nous entraîneraient.

Nous arrivons à un grand champ de céréales qui coupe l'itinéraire qu'Alféo a enregistré sur son GPS. Un poteau porte une flèche vers la gauche, il faut la suivre et respecter le paysan et son champ ...

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Suivons Francine qui a encore pris de l'avance.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

En contournons les champs nous finissons par retrouver l'itinéraire initial (dans les temps anciens du 20ème siècle, alors qu'on fonctionnait avec des cartes et des fiches papier, et des itinéraires identifiés par des numéros, nous avons démarré sur celui qui portait le n° 56, puis pris le n° 102 que nous allons suivre pendant encore quelques kilomètres), pas pour longtemps, des arbres abattus au milieu de la liste nous égarent un peu et enfin le récupérons ...

En face de nous une ferme est juchée au sommet d'un mamelon. Elle doit être exposée à tous les vents, et en particulier aujourd'hui alors que le mistral poussent des nuages, petites et gros, blancs et gris foncés, là-haut dans le ciel. Mais entre eux il y a de grands lambeaux de ciel bleu.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Tout au fond nous apercevons, entre les arbres un ruisseau, la Brette.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

et c'est vraiment la belle découverte de ce jour, ce ruisseau qui file, saute et jaillit dans des cuvettes là où il prend cette si belle couleur verte des rivières sauvages de la Drôme., Des truites et des truitelles surprises par notre approche un peu bruyante se cachent rapidement sous des rochers.

En voici un que les messieurs jugent parfait pour la photo de groupe.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Oh, Michel, c'est à peine si on te voit derrière moi. Heureusement que tu l'avais prévu.

Un passage à gué un peu plus loin, l'eau dans les chaussettes c'est sur option et finalement beaucoup ne l'ont pas choisie

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Marcher le long de cette rivière, entre les deux falaises dodues qui la borde est si agréable que nous aurions pu continuer longtemps. nous voici déjà au gour, Des cuvettes avec d'étroits goulets d'où l'eau jaillit dans une autre, de grandes pierres plates, plus nombreuses sont celles en pente, le soleil qui brille ... quel est l'endroit assez grand et plat qui va plaire à tous ?

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Sous des arbres, les pieds à fleur d'eau nous voici bien installés pour le pique-nique.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

C'est sûrement parce qu'il est encore trop tôt pour mettre les pieds dans l'eau que nous sommes repartis assez vite.

Il faut traverser la route, prendre le chemin vertical qui est bien marqué de flèches jaunes, c'est juste deux mètres d'escalade !

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Le chemin coupe les lacets de la D135 que nous rejoignons juste un peu avant le col des Guillens.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Et maintenant il ne reste plus qu'à redescendre aux carrières des Suzettes en passant par Pied Leytra et BlaÏ.

Nous avons sans trop de peine, grimpé un dénivelé de 200 mètres après le déjeuner, descendu assez vite et sommes revenus aux voitures tôt, ce qui nous a donné tout le temps souhaité pour savourer le gâteau de Nadine et Michel, en l'honneur de leur petite fille Elaïa déjà âgée de 8 jours !

Dernier paysage de la commune de Saint Nazaire le Désert, avec coquelicots.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Des fleurs ? Oui, il y en a eues, qui feront l'objet d'un article flore spécial.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 15:03

Marianne assure l’intérim de Josette. Cet accord a été scellé une semaine plus tôt, ça lui a laissé le temps nécessaire à la consultation de ses notes et au choix d’une destination : Mornans et le Serre Antoine, tout près du flanc sud du massif de la Forêt de Saoû. Je n’y suis jamais allée, donc ça me va parfaitement !

Attention, le parking des randonneurs est en-dessous du village. Si, comme nous, vous ne l’avez pas vu et que vous êtes montés jusqu’à la mairie, là où les parkings sont privés, vous trouverez sans doute quelqu’un pour vous expliquer avec force détails ce qu’est un parking privé et où est celui qui nous est destiné. Pas d’objection qui tienne !

MGM - Mornans, Serre Antoine

Les chauffeurs ont repris leurs voitures, les passagers le chemin préconisé. Et c’était très bien car sur les pelouses sèches que nous avons longées j’ai trouvé mon premier orchis pyramidal et des fleurs de salsifis. Parmi les huit espèces aux fleurs jaunes, roses et rouges je pense que ce sont des salsifis blancs à capitule (oui, ce que l’on nomme couramment fleur mais qui en est tout un ensemble) rose et pour le jaunes, des salsifis des près. Je me rappelle que ma mère nous faisait des omelettes avec les boutons : vieux souvenirs !

MGM - Mornans, Serre AntoineMGM - Mornans, Serre Antoine
MGM - Mornans, Serre Antoine

Nous avons pris la petite route goudronnée très ensoleillée, pendant longtemps, jusqu’à la dernière maison presque dans la montagne.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Passé cet endroit habité le chemin n'a pas dû changer depuis longtemps, empierré et bordé d’arbres qui nous donnent l’ombre souhaitée.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Nous passons les ruines d’une ferme et descendons jusqu’au ruisseau qui chante au creux de la combe. Quelques ancolies fleurissent sur ses rives.

MGM - Mornans, Serre Antoine

On saute et on remonte dans la forêt sombre. Il faut observer attentivement les feuillages pour découvrir quelques listères ovales en parfaite tenue de camouflage, et les néotties nid-d’oiseau, étranges fleurs de la famille des orchidées pour lesquelles je ferai une chronique flore.

Les yeux tellement rivés au sol pour y voir toutes les orchidées possibles, et qu'il y en a, je n'ai pas vu le marronnier ni les lilas à côté des ruines d'une ferme. Les ruines, oui, je les ai vues ainsi que des iris superbes.

Au dessus de la forêt dans la prairie nous trouvons des céphalanthères de Damas et surtout la chaîne sud de la Forêt de Saoû, du grand Pomerolle jusqu'au Pas de Jossau.

Nous arrivons à un carrefour de chemins que je connais. En allant aux Trois Becs depuis le Barry on passe ici ! Et le Serre Antoine est lmaintenant derrière nous. Le contourner comme nous l'avons fait change tout !

MGM - Mornans, Serre Antoine

Nous continuons jusqu'au gite de Fonderesse, et trouvons au-dessus un bel endroit pour pique-niquer à l'ombre de sapins dans une prairie ceinte d'une clôture électrique. La porte est fermée, refermonslà après notre passage.

Quelques souffles d'air font naître et s'envoler de petits nuages de pollen des fleurs de sapin. Quatre chevaux arrivent peu à peu vers nous. Un est carrément curieux et arrive jusqu'à nous, accepte des caresses, inspectent nos sacs et nos boites, ne veut pas manger de pain ni de biscuits. L'herbe doit être si bonne par là !

MGM - Mornans, Serre Antoine

Leurs naseaux sont jaunes de pollen, et ils éternuent de temps en temps. Combien sont-ils ? Quatre, six, plus ceux qui sont cachés par les arbres, et que l'on n'aperçoit que maintenant, c'est un vrai troupeau animé des meilleures intentions. Mais qui se demandent ce que nous faisons chez eux ... Ils s'approchent plus nombreux, nous examinent mine de rien.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Des photos, encore une, à plat ventre pour voir la montagne de Gourdon entre les pattes.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Mais à vrai dire, certaines d'entre nous les trouvent un peu trop présents. Alors nous nous disons qu'ils sont chez eux, et pas nous ... ils nous ont courtoisement raccompagnés jusqu'à la porte et nous sommes repartis sur le versant très ensoleillé du Serre Antoine, par le chemin marqué en jaune sur la carte.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Nous marchons au-dessus de marnes, ces terres blanches très enchevêtrées à nos pieds. Je trouve que c'est très impressionnant. Ça me semble être assez instable, presque mouvant, travaillé par les eaux et le vent.

MGM - Mornans, Serre Antoine

La montagne de Gourdon se fond avec le Grand Delmas. Derrière nous la Roche Rousse et le Veyou dominent le paysage de leurs 1432 et 1589 mètres d'altitude.

Et en face la Tour de Bézaudun est un repère aussi incontournable que les sommets autour de nous.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Ici a commencé une grande promenade botanique dans des champs d'orchidées de différentes variétés, chacune ayant son territoire.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Ça a donné des ailes à Francine que nous n'avons plus vue jusqu'à un carrefour au choix multiple. Donc pas de Francine sur la photo collective.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Maintenant nous sommes descendus jusqu'à la combe de la Garde, où nous avons marqué une pause avant de continuer par la petite route.

MGM - Mornans, Serre Antoine

et avons rejoint rapidement la place centrale de Mornans. Les messieurs du matin y étaient un peu plus accueillants, et même prêts à nous montrer tous les charmes de leur village, des gites et des bungalows très agréable pour y passer un été !

C'est trop pour nous, une belle journée nous va parfaitement.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 14:56

La randonnée de Pontaix à Vachères en Quint s'est terminée sur la plate-forme du château de Pontaix qui domine la vallée de la Drôme.

MGM - visite de Pontaix

Et là a commencé la visite des lieux les plus emblématiques de l'histoire de ce village.

D'abord le château.

Depuis le 12ème siècle qu'il en impose sur son rocher, il ne reste plus que les ruines du donjon. Perché en haut d'un endroit stratégique, le passage resserré de la Drôme il contrôlait la route du Diois. Son histoire a dû être belliqueuse mais je n'ai pas retrouvé d'archives.

L'habitat dispersé dans la vallée depuis l'époque gallo-romaine s'est regroupé autour du château, à l'abri de son enceinte dès la construction de la forteresse.

MGM - visite de Pontaix

Le calvinisme s'y introduisit dès son élaboration au 16ème siècle. Les guerres de religion n'épargnèrent pas le village qui fut pris par les protestants dès 1574.

C'est aussi au 16ème siècle que le château commença a tomber en ruine. Corrélation ?

MGM - visite de Pontaix

En fait, nous grillons d'impatience d'aller voir la cascade que nous avons découverte à l'émission de TV Des racines et des ailes et qui ressemblait si peu au souvenir que j'avais gardé. Nous quittons le château par un sentier qui descend jusque dans le village.

Il faut alors passer dans une étroite ruelle entre deux maisons qui n'ont plus d'âge depuis longtemps (12ème siècle ?), franchir une porte de pierre, longer de vieux jardins pour voir une cascade assez haute puis entre des rochers couler le ruisseau qu'il nous faut sauter ... même Claudie avec sa hanche toute neuve.

MGM - visite de Pontaix

Et on continue ... Ah ! parce que ce n'est pas ça la cascade ?

On prend le chemin qui monte vers la falaise en face de nous, on arrive sur une étroite corniche creusée dans le rocher. Il faut bien se courber pour passer, attention de l'eau goutte du plafond et ça glisse. Heureusement il y a une rampe métallique pour se tenir.

MGM - visite de Pontaix

On commence à apercevoir une double cascade un peu en amont. Avec de belles vasques où tombe une eau très claire, verte comme l'eau de la Drôme. Elles sont merveilleuses nos rivières !

MGM - visite de Pontaix

Attention Michel, ça glisse les pierres humides, et même si l'eau est tentante, elle doit encore être froide !

MGM - visite de Pontaix

Une baignade ici doit être une façon séduisante de terminer une rando d'été. Il nous faudra donc attendre quelques mois.

Pour le moment ce qui nous attend c'est la visite du temple, le bâtiment qui a une si belle façade sur la Drôme avec ses deux fenêtres à bretèches (logettes à mâchicoulis).

photo wikipedia

photo wikipedia

C'était la chapelle funéraire des seigneurs du château,construite dans le mur de défense du village.la rive droite de la seule rivière européenne libre de tout barrage depuis le 12ème siècle.

Lorsque le village et sa forteresse furent pris par les calvinistes elle devint temple, et assez rapidement le pasteur ordonna de cacher toutes les fresques si peu protestantes ! Trop de dessins, trop de couleurs, et la Vierge ...

MGM - visite de Pontaix

Sur le mur derrière l'autel une grande crucifixion à seulement trois personnages date du 14ème siècle.

L'arc qui l'encadre est décoré de quatre anges dans des médaillons.

MGM - visite de PontaixMGM - visite de Pontaix

A droite de l'autel un austère Christ rayonnant date du 13ème siècle. Austère ? Peut-être pas, mais rare sûrement.

MGM - visite de Pontaix

Enfin une litre funéraire fait le tour de l'église. C'est la large bande noire qui porte les blasons des seigneurs défunts. Elle participe à la solennité des funérailles. La plupart des armoiries ont été effacées, mais il en reste quelques unes, mieux cachées à l'époque de l'effaçage ?

MGM - visite de Pontaix
MGM - visite de Pontaix
MGM - visite de Pontaix

L'histoire du temple est tumultueuse, tantôt église ou temple, il l'est resté depuis le concordat de 1803. Elle est l'illustration des conflits qui meurtrirent le Dauphiné depuis le 16ème siècle, combats, exils, emprisonnements, exécutions ... dont les cicatrices sont parfois encore sensibles. Dans notre groupe, l'apaisement semble avoir été atteint et ces évènements passés rangés dans la catégorie Histoire.

Et le gâteau de Martine scelle l'union des randonneurs ... après avoir traversé le village aux ruelles médiévales où elle retrouve ici ou là une personne qui a aussi quelque trésor à montrer parfois beaucoup plus vieux. Une pierre romaine par exemple incluse dans une façade !

MGM - visite de Pontaix

Merci à Martine et Alain et à vos amis Pontaisons pour cette journée !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 20:36

Martine et Alain nous ont organisé une grande journée à Pontaix, le pays de Martine. Ils vont nous montrer leur pays, accompagnée de quelques membres de leur famille et d'amis marcheurs qui vont nous guider dans la randonnée puis dans la visite du village.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Départ de la rive droite de la Drôme, après avoir traversé le village aux rues encore médiévales.

C'est à dire pas vraiment adaptées à la circulation du 21ème siècle. D'ailleurs des volets sont tous griffés par les rétroviseurs de camions qui arrivent à passer malgré tout.

Nous partons du Colombier vers le collet des Croisières. Peu à peu le chemin qui monte à travers les vignes nous permet d'embrasser la vue de la vallée.

A l'Ouest le village que nous avons laissé et dont nous apercevons les toits de tuiles romaines,

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

à l'est au premier plan les montagnes qui nous cachent l'abbaye de Sainte Croix dont nous pourrons visiter le jardin en revenant, puis celles qui entourent Die.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Nous sommes dans un pays de cabanes des vignes qui plaisent tant à Josette. Elle décide aujourd'hui de voir celles qui lui vont le mieux ! Au teint ou au cœur ?

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé
MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé
MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Je crois que la première, parfaitement entretenue, a un compteur électrique et une boite à lettres anachroniques. La seconde n'a sûrement pas ce défaut, mais pas beaucoup de qualités non plus. Quant à la troisième elle semble être un coup de foudre ... mais ce n'est pas vraiment un cabanon !

Au cours de cette recherche de l'idéal nous sommes entrés, au collet des Croisières dans la forêt de Saint Genix.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Il y en a tant des lieux qui s'appellent Saint Genix, ici une forêt, bien au-dessus de nous le But de Saint Genix assez pelé, très minéral, mais qui nous fait rêver de performances, et la semaine dernière un vallon à l'est de Rochefort-Samson, c'est à dire bien loin d'ici. Ont-ils tous appartenu à une abbaye dédiée à un saint Genix ? Pour quelles raisons portent-ils tous ce même nom ? Et la brioche aux pralines que vient-elle faire dans tout ça ? Pas de réponse possible aujourd'hui ...

Direction Col de Vachères. Ça monte bien, et à priori nous allons faire un dénivelé supérieur aux 200 mètres que Martine et Josette nous ont annoncés.

On souffle au col de Vachères, et on pose pour une ou deux photos. Claudie et Michel sont délicieusement assortis au vert des bois et des fourrés et se voient de loin.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Il y a des orchidées tout au long de notre itinéraire ... Je ne reviendrai pas sur les ophrys petites araignées et mouches, sur les orchis pourpres, hommes pendus, et militaires développés la semaine dernière.

Mais voici un orchis militaire hypochrome, tout blanc, qui mérite qu'on s'arrête un peu devant lui, au bord du chemin et que je le nomme dans mon article.

Derrière, on en aperçoit un normalement rose.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Entre les montagnes le Ruisseau de Vachères a creusé un vallon profond qui oblige à un long détour vers l'ouest avant d'arriver au village, une toute petite commune rurale et montagnarde de 30 habitants que l'on aperçoit longtemps avant d'y arriver.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Les habitants y pratiquent l'élevage de bovins, caprins et ovins pour leur viande et pour la fabrication de fromages. Ils produisent également des plantes aromatiques pour la fabrication d'huiles essentielles si prisées par les laboratoires.

Nous avons pique-niqué devant la mairie, entre la fontaine et la table des marcheurs, en face de la fromagerie de Jean-Lou et Danièle où nous avons pu acheter des petits fromages de lait de brebis "rainurés" ...

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Nous sommes repartis sur l'autre versant du vallon par le Prat des Rots et Sauvagnon jusqu'au Champ du Seigneur. Là nous avons laissé la direction Saint Croix (ne marcherions-nous pas assez vite pour tout le programme annoncé ?) pour prendre à droite un chemin des autochtones, non balisé.

Heureusement car voici une petite nouvelle qui deviendra grande, une céphalanthère blanche qui s'ouvre juste. Inflorescence lâche de 4 à 12 fleurs en forme de clochettes, et des feuilles le long de la tige.

Michel trouve qu'elle mérite qu'on se mette à plat ventre à travers le sentier pour la photographier correctement. Tant pis pour ceux qui sont derrière !

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de déniveléMGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

C'est encore une orchidée, bien que très différente de celles que nous avons vues depuis le début de la saison. Le labelle est petit et orangé caché par le casque formé par les sépales externes.

Michel me dit ses déceptions lorsqu'il regarde ses photos de plantes, quand seul le fond est net ... Je connais bien le problème, il me faut prendre tant de clichés pour avoir le réglage souhaité ... Mais pourtant tu as une fonction macro ; regarde bien ton écran, lorsque tu y vois une fleur clique droit et le réglage est bon. On recommence ? Non, on rattrape les autres.

Après avoir rejoint le groupe, c'est en haut d'un talus devant un ophrys petite araignée que nous avons renouvelé nos essais ... Et Alféo regardant mon appareil y a découvert la fonction macro. Allez, on essaie, et on recommence, encore et encore ... Et il nous a fallu plus d'un quart d'heure pour recoller avec les autres. Mais nous sommes plutôt satisfaits de ce que nous sommes arrivés à trouver à trois sur ces petites machines automatiques ! Finalement, c'est comme les ordinateurs, on a toujours quelques chose à prendre et à apporter aux personnes à côté de nous !

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Juste avant le village de Pontaix, voici une vigne de muscat ou de clairette au premier et derrière, l'abbaye de Sainte Croix que nous avons presque visitée avec l'émission des Racines et des Ailes à la TV fin mars.

Nous nous séparons de quelques uns des Pontaissous qui nous ont accompagnés en les remerciant bien et filons vers les ruines du château médiéval pour commencer la visite guidée de Pontaix, qui fut un village perché au-dessus de la Drôme..

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 13:53

Le trajet pour aller jusqu'à Eyroles est déjà une très belle promenade : on passe Crest, Saoû et son massif montagneux, le long du Roubion par Bourdeau et Bouvières, le col de la Sausse, le défilé de Trente Pas, Saint-Ferréol où il faut prendre à gauche et monter par une petite route toute en lacets sur le plateau jusqu'à Eyroles. C'est un petit village des Baronnies. Il compte 28 habitants au dernier recensement, ce qui permet d'affirmer que la population est depuis 1999 en forte hausse ...

Mais le village est si petit qu'on ne peut se garer que bien à l'extérieur. Nous nous sommes arrêtés au carrefour de la route de Sahune puisqu'un fléchage nous permettait de trouver ici un sentier pour démarrer notre randonnée de 11 kilomètres et 500 mètres de dénivelé ...

Une piste sur le versant de la Côte Bédouin file vers la montagne Ségala dans des terres blanches qui collent bien aux chaussures après les pluies abondantes des derniers jours.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Nous avons suivi un balisage rouge-bleu qui nous a bientôt fait quitter ces collines, traverser le vallon et passer par la ferme de Sigala où le maître de maison préparait le feu pour cuire ses terrines de pâté de lapin. Nous sommes arrivés beaucoup trop tôt : elles ne seront cuites que deux heures et demie plus tard, et nécessitent 40 jours de repos ...

Des brebis bêlaient dans une grande étable alors que des chèvres broutaient dans l'enclos voisin.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Un peu plus loin nous avons longé un village de maisonnettes de bois aménagées avec tout le confort (ventilateurs et toilettes au bord du ruisseau) et ce qu'il faut pour des moments de recueillement et méditation.

MGM - Eyroles et la montagne SigalaMGM - Eyroles et la montagne Sigala

Lieu de tranquillité au-dessus d'un paysage de marnes et au loin les célèbres vergers d'abricotiers de la région de Nyons. ...

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Au col de Brus nous nous sommes rendu compte que nous nous étions trompés sur notre itinéraire. Non, nous ne pouvons pas maintenant, en trouver un de substitution en allant vers Sahune, il n'y a pas de boucle. Alors nous avons pris à droite vers la Camade. Je commence à trouver que ces montagnes manquent de fleurs et en particulier d'orchidées. A peine ai-je fini de prononcer ces mots que des ophrys petite araignée étaient sous nos yeux !

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Et en assez grand nombre ! Les photographier avec un appareil complètement automatique dont je n'ai toujours pas trouvé la fonction macro est délicat ... J'ai souvent seulement les herbes derrière magnifiquement nettes !

Et à la croisée des chemins suivante le rose de quelques orchis pourpres illuminait la pelouse encore sèche et grise.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Des hélianthèmes des Apennins et des saponaires de Montpellier offrent leurs corolles s'étalent au soleil. Des thyms fleuris embaument du parfum que l'on connait bien, mais aussi de parfums citronnés et d'un autre qui ne tentent surtout pas Alféo, ni Michel.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala
MGM - Eyroles et la montagne Sigala

A un carrefour où le fléchage nous indique de tourner à droite nous décidons de rester sur la crête pour prolonger notre tour et remplacer les kilomètres que nous avons escamotés au démarrage.

De temps en temps un champ fraîchement labouré nous permet d'apercevoir la plaine de l'Ouvèze, le village de Sahune et les montagnes à l'est..

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Nous continuons vers le sud au sommet de la Camade ... Mais le ravin que nous découvrons à notre droite dans lequel il nous faudrait descendre pour remonter sur la montagne en face ne nous incite pas à poursuivre. Décidément nous ne sommes pas très courageux aujourd'hui et rebroussons chemin.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Une clairière à l'abri du vent est un emplacement parfait pour notre pique-nique avant de revenir vers le chemin que nous avions dédaigné.

Dire que nous avons descendu rapidement jusqu'au ruisseau qui coule au creux du vallon est faible. La pente est telle que nous pouvons dire que nous avons dégringolé ...

Photo de groupe au bord du ruisseau.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Sur ses rives herbeuses nous avons trouvé des ophrys bourdons ; belle trouvaille.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Le ruisseau est ravissant, et le chemin suit son lit jusqu'au deuxième pont.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Le thym en fleur est trop tentant pour qu'on lui résiste plus longtemps, c'est le moment cueillette.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Et nous sommes ensuite arrivés assez rapidement aux voitures, même après une nouvelle halte botanique pour des orchis pourpres ! Ne nous serions-nous pas encore trompés à un carrefour ? Une moitié du groupe décide de reprendre le chemin depuis le début de l'itinéraire jusqu'au col de Fabre.

Il nous aurait fallu nous arrêter ce matin au chemin qui monte vers l'antenne, avant le village pour monter au sommet de la Côte Bédouin. Nous l'aurions tous fait facilement en début de course. Paysage superbe.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Le chemin suit la crête, à gauche Saint-Ferréol Trente Pas, à droite devant nous la montagne Sigala.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Un peu plus loin la Côte Bédouin a été défrichée et est maintenant couverte de thym, en fleur, c'est la saison ! Avec quelques arbustes d'ajoncs le contraste des couleurs est plaisant.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala
MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Après le col Fabre nous sommes revenus le long des vergers d'abricotiers et des vignes, entourés de clôtures électriques au ras du sol contre les sangliers et plus haut contre les chevreuils. Avec 3 habitants au kilomètre carré, les animaux sauvages doivent être rois dans ces montagnes.

MGM - Eyroles et la montagne Sigala

Pendant que nous marchions l'équipe qui visitait le village a trouvé sur un talus une famille nombreuse d'ophrys bourdons. Je vais consacrer une rubrique spéciale aux orchidées du jour !

MGM - Eyroles et la montagne Sigala
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 15:48

Depuis la plaine de Valence on arrive à Savel en prenant la route vers Die ; au pont d'Espenel on traverse la Drôme et on remonte la vallée de la Roanne, on passe à côté de Saint Benoit, joli village perché sur les falaises dominant un méandre de la rivière, puis une gorge jusqu'à une route à gauche marquée Rimon et Savel. On s'arrête dans le premier village, au parking à gauche et les personnes qui viennent là pour la première fois expriment leur enthousiasme pour les paysages qui se sont succédés depuis notre départ de Montmeyran.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Aujourd'hui c'est Alféo qui nous mène à la demande de Josette. On le voit plus souvent parcourir les voies drômoises sur son vélo qu'à pied. Il doit bien maintenant avoir franchi 700 des cols de nos montagnes ; depuis ceux des grandes routes, mais surtout ceux qui ne furent fréquentés que par les chevriers accompagnant leurs troupeaux, ou par les colporteurs piémontais avec leurs baluchons ou leurs mallettes de petits trésors sur le dos et maintenant par les randonneurs et les cyclistes téméraires.

Après le café de Marie-claire, il est temps de vérifier les appareils photos et le réglage des GPS, trois aujourd'hui, ce n'est pas que nous ayons peur de nous perdre, c'est qu'il faut régler celui de Josette un peu récalcitrant.

Nous prenons la rue entre les belles maisons de pierre vers Pennes le Sec et les Blaches.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Vers le sud les montagnes à la pente assez raide sont découpées par le profond sillon de la Roanne.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Derrière nous l'Aiguille, arête rocheuse qui pointe une crête gigantesque vers le ciel. Les roches sont nues et nous voyons les circonvolutions, les strates courbes qui décrivent toutes les figures imaginables entre les lignes horizontale et verticales. Des dents isolées ou en groupe, des tranches, des crêtes et des rochers qui se sont détachés ; quel chaos ! Ça a dû chahuter ici lors des poussées telluriques !

La végétation est très variée suivant l'orientation : des forêts de sapins où fleurissent des violettes, des primevères, des hépatiques vers le nord ; des buis, des petits chênes et de rares fleurs vers le sud. Voici une orchidée en boutons qui sera la seule du jour, peut-être bien un orchis pourpre ?

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Au creux du vallon un ruisseau court en chantant et dépose sur chaque relief un peu du calcaire dont il s'est chargé dans les sous-sols. On dirait du travertin en formation. Allez, on saute de pierre en pierre !

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Maintenant nous montons jusqu'aux Gravelles. L'itinéraire est fléché chaque fois que pourrait se poser une question sur la direction à prendre. Un vrai plaisir en Drôme.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Nous allons pique-niquer au Pas des Blaches entre les rochers des Blaches, mais Alféo ne résiste pas au plaisir de faire découvrir sur la droite, en direction de Pennes le Sec le pas de Savel. C'est un effort largement compensé par le paysage que nous découvrons. Cette porte plutôt étroite entre le vallon de Savel et le plateau de Pennes le Sec est l'endroit idéal pour la photo de groupe, rapidement assise dans le thym après avoir appuyé sur le bouton de l'appareil photo posé sur une pierre auprès du précipice ...

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Nous revenons sur nos pas pour gagner le Pas des Blaches. Le sentier va bien plus à l'est, décrit un grand virage avant de remonter sous la falaise. Le point visé, c'est la grande porte tout en haut, à l'ouest.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Après, ça grimpe raide. Alféo dit "qu'il faut donner un petit coup de cul" pour monter les lacets serrés qui passent entre la haute dent où des pitons d'escalade scintillent

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

et les lames de roche qui forment le groupe qu'on croyait compact vu d'en bas.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Nous nous mettons à l'aise. T-shirts secs car nous avons mouillé nos chemises en montant, option doigts de pieds à l'air possible, et un bel emplacement au soleil radieux, face au Mont Ventoux tout au sud, au dessus de la tête de Marie-Claire.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.
MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Pas trop de vin de chicorée sous un soleil qui tape si fort ... Michel a dans son sac une bouteille de vin, et je n'ose pas dire ce qu'a Line dans le sien ! Il va falloir choisir car le sentier est aussi raide à la descente qu'à la montée ... Avec quelques lacets en devers, des traversées de marnes. Et surtout avec un paysage sublime.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

On redescend par Bramevache, en admirant le paysage que nous avions derrière nous ce matin. A l'arrière plan, au centre les Trois Becs sous un angle assez rare pour nous.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.

Des randonnées prochaines sont suggérées : aux Trois Becs, mais c'est un peu tôt, il faut laisser les fleurs s'épanouir ; au col de l'Aiguille, dans le massif juste en face : totalement nouveau pour tous, OK Alféo, parles-en à Josette !

Un peu de hors-piste à travers bois et champs pour éviter la route à la fin nous ont permis de voir des polygalas bleus, des lotiers jaunes, des vesces roses et des sédums. Des sédums, j'en parlerai dans une autre chronique, un bien autre sujet ...

Le gâteau de Nadine mangé à l'ombre d'un gros tilleul, en face de l'Aiguille a été très apprécié. Moment agréable où chacun a exprimé son enthousiasme les paysages parcourus aujourd'hui.

Et avec un dénivelé de ...? 650 mètres, mais le problème de réglage du GPS de Josette n'est pas résolu.

MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.
MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.
MGM - Savel et Bramevache 12.4 km et dénivelé de 650 mètres.
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article

Recherche

Liens