Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 16:39

Pas très simple la remise en place du voyage à Kerkennah, mais nous finirons bien par y arriver et à partir en octobre 2015 !

En attendant voici quelques photos souvenirs du voyage que nous y avions fait en 2005.

Voici le Grand Hôtel au bord de la plage. Le paysage est superbe depuis les fenêtres de l'hôtel et invite à un bain avant le petit déjeuner. L'eau reste peu profonde jusque bien loin, aller le vérifier est une excellente façon de se réveiller.

Les voyages de Saoû chante Mozart

Le port d'un des villages que l'on découvre au cours de la visite des îles ... Heureusement que nous allons y retourner, ça me permettra d'être plus précise dans mes informations !

Les voyages de Saoû chante Mozart

Nous irons ensuite à Lucerne, en Suisse du 25 au 27 novembre 2015, pour le festival de piano où des interprètes de renommée internationale nous ferons entendre des œuvres depuis l'époque baroque jusqu'au début du 20ème siècle, de Bach à Szymanowski et Bartok en passant bien sûr par Mozart.

Nous en profiterons pour visiter la ville et sa région.

photo wikipedia

photo wikipedia

Puis nous irons à Londres écouter le 11 février 2016 une Flûte enchantée de Mozart autour de laquelle nous bâtirons un séjour de découverte de la ville du 21ème siècle qui me fascine tant par son dynamisme, mais aussi par son absence de schéma directeur qui fait côtoyer et presque engloutir des immeubles historiques à la belle architecture classique de Wren ou des néogothiques de la reine Victoria par des tours aux formes les plus incroyables ...

Les voyages de Saoû chante Mozart

Toujours en 2016, nous irons voir le printemps de l’Europe centrale et écouter des œuvres de Mozart à Dresde, pour finir par un voyage à la saison des vendanges à Rovereto, la ville jumelle de Saoû où Mozart fit étape trois fois pendant ses voyages en Italie ...

Nous avons aussi des suggestions pour 2017. Mais il faut y mettre de l'ordre et attendre des programmes !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 18:18

14 Pratmiral 01Beau dimanche pour aller à Pratmiral, presque en haut des montagnes ardéchoises chez Teresa Llacuna et Philippe Andriot écouter Yuki Kondo, jeune pianiste virtuose qui remporta en 2012 le premier prix du Concours International de Piano Teresa Llacuna à Valence. 14 Pratmiral 03

Il faut présenter "Yuki Kondo la mystérieuse". Et c'est ce que fait Teresa alors qu'elle accueille avec Philippe les invités. Elle se rappelle son arrivée au concours, telle une ombre, sans aucun accompagnateur, juste son CV, et après son audition éblouissante de 20 minutes, la façon dont elle est repartie, sans bruit, avec sa valise. Personne ne la connaissait, ne savait d'où elle venait ... Philippe a pu la contacter par mail, et c'est seulement lors de son  concert de Saoû  chante Mozart en 2013 que l'on s'est aperçu qu'elle ne parlait pas français, mais que sa sensibilité très particulière en faisait une interprète de choix des oeuvres de Mozart.

Un an plus tard, et bien qu'elle séjourne fréquemment en France, ça n'a pas changé ; elle ne parle toujours pas en français, ni en anglais ! Son mystère reste entier. Et ses qualités de pianistes continuent à être récompensées par des premiers prix. Il y a une semaine elle recevait le 1er prix du concours international de piano de Kobé. Elle communique avec son piano. Perdrait-elle de ses qualités de pianiste, son génie si elle se mettait à parler et à être comme tout le monde se demande Teresa ?

Elle est juste revenue en France où l'attendait Maghy Bettini qui fut totalement séduite par son jeu lors du concert de janvier 2014 à Valence et décida de la sponsoriser.14 Pratmiral 02Deux récitals en Ardèche furent programmés pour l'entendre ou la réentendre, le 25 chez Maghy Bettini à Gluiras et ce dimanche 27 à Pratmiral, en attendant de l'emmener écouter quelques recitals à La Roque d'Antéron.14 Pratmiral 04Le programme varié comprend

 Mozart, sonate en si bémol KV 333,

Rachmaninov, vocalises opus 34 -n°14

Chopin, Andante Spianato

               Grande Polonaise brillante op. 22

 Stamaty, Sicilienne dans le genre ancien 

Moussorgski, Tableaux d'une exposition.

(S'il n'existe pas dans le commerce de disque professionnel  de cette pianiste, il y a de nombreux enregistrements sur Youtube dont trois que j'ai mis en lien.)

Elle nous a fait traverser deux siècles de musiques avec une aisance incroyable ! Quelques secondes pour recevoir les applaudissements du public et elle reprend après le classissisme de Mozart avec autant de virtuosité et de fluidité  les vocalises de Rachmaninov, complainte sereine et grave ...14 Pratmiral 05

Elle ne s'aide d'aucune partition, sa concentration est totale. Philippe me rassure, je ne la trouble pas en la photographiant, elle est totalement dans l'oeuvre qu'elle joue et l'extérieur ne l'atteint pas.14 Pratmiral 10
Teresa nous a présenté les Tableaux d'une exposition de Moussorgski, oeuvre qui demande beaucoup d'imagination de la part de l'interprète et aussi de l'auditeur, car elle n'est pas figurative mais relate les sentiments que le compositeur a ressentis à la vue de l'exposition, dramatique, attendri, drôle pour finir par l'évocation de la grande Russie avec le Grande Porte de Kiev.

Yuki en donne une interprétation pleine de nuances, tantôt ardente et puissante, tantôt toute en retenue et effleurements.14 Pratmiral 07

Elle nous a offert une pièce de Poulenc en bis, et nous aimerions bien que ça dure encore. Mais elle est sur scène depuis plus de deux heures et c'est déjà hors norme.

Teresa l'a beaucoup remerciée 14 Pratmiral 08et nous sommes passés au jardin partager un buffet très agréable et faire quelques photos.14 Pratmiral 09C'est une fin de journée très réussie dont nous devons la réalisation pratique à toute une équipe de jeunes gens : Sylvain Gaultier pour les invitations et la création des programmes, Juliette Gaultier, Manon Solet, Rémi Parat et Delphine Andriot pour l'accueil des invités, tous trop occupés pour se faire photographier !

Merci beaucoup à tous, y compris pour le disque du concert avec lequel nous avons pu repartir !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 22:01

Les valises sont presque fermées, voici notre dernière soirée de partage pour ce voyage en terre baroque et maltaise. C'est aussi le moment de nous acquitter de l'amende dont nous avons écopé Guy, Bob et moi pour notre retard de mardi.rd13 01 25 38

Kir maltais pour tout le monde ou presque,  à base de liqueur de figue de Barbarie d'une jolie couleur rose.

C'est aussi le moment de la photo de groupe, dans la salle obscure rd13 01 25 39 Je suis désolée, il manque Bertrand hors champ ...

Et enfin c'est surtout le moment de la causerie d'Alain Balsan, enfin tout à fait d'accord avec le qualificatif "baroque" pour la co-cathédrale où pas une parcelle n'est laissée nue, une merveille tout en courbes et en ors !

Baroque est aussi le concert de ce soir. Les Talens lyriques dirigés par Christophe Rousset, Sabina Puértolas soprano, Marianne Beate Kielland mezzo-soprano, Paul Crémazy ténor, Jussi Lehtipuu basse, et les danseurs de la Compagnie Fêtes galantes sur une chorégraphie de Béatrice Massin vont nous interpréter Terpsichore, un opéra-ballet que Haendel composa en 1734.

Le compositeur Jean Fery Rebel, pour mettre en valeur la virtuosité des danseurs de la Cour de France composa les premiers opéras-ballets dont un Terspichore. La plus célèbre des danseuses de ce corps de ballet, Marie Sallé, lors d'un de ses voyages à Londres éblouit tellement Haendel qu'il introduisit des ballets dans ses opéras et composa lui aussi un Terspichore ou la rencontre de la muse de la danse avec celle de la musique. Alain Balsan a cherché un peu plus de détails et est tombé sur un livret écrit par Henry Guichard d'Hérapine ... qu'il avait déjà "croisé" dans des archives lors de recherches pour l'un de ses ouvrages : il avait trouvé qu' Henry Guichard avait passé quelque temps à Valence pour éradiquer la réforme. Voici un autre aspect de la contre-réforme !

Nous avons donc vu un spectacle très singulier dont on a quelques images en double-cliquant sur le lien de Terspichore.

J'ai vraiment beaucoup aimé les chanteurs, et particulièrement la mezzo-soprano, mais j'ai été très dérangée par la robe aussi jaune que fluide de la déesse de la danse ...rd13 01 25 40

Bien sûr la chorégraphie façon 18ème ne m'a pas semblé novatrice, mais finalement j'ai plutôt "goûté" ce spectacle complètement nouveau pour moi !rd13 01 25 41Voilà, c'est ici que se termine notre session maltaise. Enfin pas tout à fait, je vais me plonger dans la lecture du thriller historique de Tim Willocks que dévore Marie-Jo, la Religion. C'est ainsi que les chevaliers désignaient leur communauté du temps du Grand Siège. OK, nous connaissons déjà la fin, mais il y aura beaucoup de détails sur la vie de ses personnages tout au long des 850 pages.

J'ai vu circuler aussi quelques livrets sur Le Caravage. Allez, au travail !

Et à bientôt à Saoû.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:15

rd13 01 25 00

Je crois que notre voyage a été minutieusement monté pour que nous terminions par l'excellence maltaise en matière d'art baroque, cet après-midi architecture avec la visite de la co-cathédrale Saint Jean et ce soir musique avec un opéra-ballet de Georg Friedrich Haendel. Mais n'anticipons pas !

L'extérieur de la co-cathédrale (Malte a deux cathédrales, celle de Mdina est antérieure à l'arrivée des chevaliers de l'ordre de saint Jean mais il lui a fallu partager ce statut avec l'ancienne église conventuelle des chevaliers de la Vallette en 1816) est presque austère de l'extérieur.

Aussi le choc est-il d'autant plus grand lorsqu'on arrive, après avoir acquitté le droit d'entrer, dans la grande nef dorée.rd13 01 25 31C'est tout simplement somptueux ! Enfin non, "tout simplement" est la plus mauvaise façon de définir cet endroit. Car tout y est extrêmement travaillé, décoré, recouvert d'argent, d'or, de marbres, de pierres semi-précieuses et de peintures ... de Mattia Preti.

Les chevaliers étaient organisés par "langue" et chaque langue a ici sa chapelle initialement séparée des autres. rd13 01 25 30Nous nous sommes arrêtés en face de la chapelle d'Allemagne. Murs recouverts de stucs, d'ors ainsi que les colonnes de l'autel où une Adoration des mages occupe tout le retable.rd13 01 25 33

Mais le sol ! C'est un pavement finement marqueté composé de 369 pierres tombales sous lesquelles reposent les chevaliers. Les dépouilles des grands maîtres sont déposées dans des sarcophages dans la crypte inaccessible au public ou dans des mausolées stupéfiants. rdNicola Cottoner - The Chapel of Aragon

Dans la chapelle de Castille et Portugal au pied du tombeau de Nicola Cotoner des barbares plient l'échine alors qu'un ange femme (enfin à une place d'honneur) sonne d'une trompette tellement longue qu'il a fallu creuser légèrement le pilier voisin pour la laisser passer !rd13 01 25 35

Les murs de la chapelle de France sont sombres et sobres : au début du 19ème siècle une "restauration" a entrepris d'y enlever tous les éléments baroques ... Quant au mausolée du grand maître Emmanuel de Rohan Polduc, vicomte de Beaujolais et frère du roi Louis Philippe, il est d'un "romantisme" tout à fait incroyable !rd13 01 25 32

Attention à ne pas relever trop vite la tête pour admirer les peintures en trompe l'oeil que Mattia Preti a offert à l'ordre. Oui, offert, il ne s'est pas fait payer pour cette oeuvre qu'il mit cinq ans à exécuter : la vie de Saint Jean Baptiste en de nombreux médaillons occupe l'ensemble de la voute, avec les chevaliers dont la croix est si souvent représentée.rd13 01 25 34

Coup d'oeil sur le choeur où le retable est une statue en marbre blanc représentant le baptême de Jésus.

Enfin, c'est dans l'oratoire réservé aux novices que les deux toiles du Caravage sont exposées :  Saint Jérome et la Décollation de saint Jean Baptiste spécialement réalisée pour ce lieu dont elle occupe idéalement un mur.rdMichelangelo Caravaggio 021Clair-obscur, réalisme des personnages, mais aussi composition très singulière de la scène où presque tous les protagonistes sont groupés dans le quart inférieur gauche et qui doit ainsi augmenter l'intensité dramatique.

 

Avant de revenir dans la vie nous sommes passés par le musée et la boutique ...

et quelques minutes plus tard nous étions au-dessus du Grand Port, rd13 01 25 36ayant déjà quitté les arts baroques et prêts à "plonger" ou à témoigner de l'activité industrielle et navale de Malte au 21ème siècle.rd13 01 25 37

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 13:25

Je ne suis pas très à l'aise pour parler de peinture en général, et baroque en particulier. Cette époque n'est vraiment pas ma tasse de thé, mais je vais essayer de faire la synthèse de ce que nous avons vu aujourd'hui.

Sylvie notre guide nous a parlé de Mattia Preti un peu tous les jours ... Nous savons que de nombreuses oeuvres de ce peintre sont conservées à Malte où il résida longtemps et allons passer une bonne partie de la matinée à aller les voir. carte 2

Première étape à Qormi, deuxième plus grande ville de malte avec 17000 habitants, sur la carte juste au dessus de la piste d'envol. Le maître autel de l''église Saint Georges (construite au 16ème siècle modifiée au 18ème, intérieur néo-classique du 19ème) est orné d'une grande toile représentant le martyr de Saint Georges.rd13 01 25 01

Mal éclairée,  encombrée par les six chandeliers réglementaires dont la fumée l'a salie pendant des siècles, elle n'est vraiment au mieux pour être admirée comme oeuvre d'art. Mais sont perceptibles le clair obscur baroque et les couleurs vives qui sont la marque du début de son activité à Malte où il resta et travailla pendant une quarantaine d'années (né en 1613 en Calabre il arriva à Malte en 1660 et y mourut en 1699).

 A Luqa l'église Saint André très endommagée pendant les bombardements (si près de l'aéroport !) a été entièrement refaite dans la deuxième partie du 20ème siècle. Le maître autel est décoré par un grand tableau du martyr de Saint André surmonté d'une représentation de Dieu accordant sa bénédiction.rd13 01 25 02C'est vraiment un portrait intéressant. L'influence de Caravage serait très nette : clair obscur, portrait réaliste et mains très soignées. Je n'ai pas pu prendre de photo, même passable de Saint André. Il faut aller le voir !

L'église de Zurrieq, très au sud de l'aéroport, proche de la mer, reconstruite après la guerre, décor totalement néo ..., est consacrée à Sainte Catherine.

rd13 01 25 03C'est encore le supplice de la sainte qui est placé au-dessus du maître autel et qu'il faut aller voir de plus près.rd13 01 25 04

Visage très doux de la sainte, vérité des corps de soldats tués par l'éclatement de la roue, lumière céleste, anges en clair-obscur.

Les putti-atlantes qui soutiennent les tribunes latérales ont vraiment une allure étrange.rd13 01 25 05Mais ce n'est pas eux que nous sommes venus voir, il y a d'autres toiles de Mattia Preti !rd13 01 25 08 Sur un pilier de la nef notre Dame de Grâce allaitante est d'un réalisme saisissant par rapport à celles des siècles précédents.

rd13 01 25 06rd13 01 25 07

Saint Etienne lapidé et Saint André sont aussi très beaux.

L'étape suivante de cette étude itinérante a été le Musée des Beaux Arts de La Vallette d'où je choisis un portrait sûrement très représentatifrd13 01 25 26et qui me fait dire que les oeuvres dans les églises gagneront beaucoup à être restaurées et éclairées convenablement.

Oui, je m'arrête pour l'instant, l'article est consacré à Mattia Prteti !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 13:00

 

Il pleut ce dernier jour à Malte, c'est même la tempête avec un vent qui retourne les parapluies. Nous allons vite jusqu'au Musée des Beaux Arts pour poursuivre notre regard sur l'oeuvre de Mattia Preti, mais pas que ...

Il y a aussi des vue : au carrefour des rues Nofs-in-Nihar et iz-Zekka il aurait été dommage de ne pas s'arrêter le temps d'un cliché !rd13 01 25 20Enfin la coupole de l'église du Mont Carmel toute entière !

Encore quelques pas et voici la singulière Trik Mikiela Vassallo qui commence par un escalier juste derrière la très british boite à lettre, pour se séparer ensuite en deux ... et permettre de porter le regard jusqu'à la mer.rd13 01 25 09Vers le Grand Port il y en avait peut-être d'autres des rues semblables.

Mais voici le musée des Beaux Arts qui occupe un des hôtels que les chevaliers s'étaient choisi comme résidence.rd13 01 25 21Belle allure !

Nous avons fait le tour du 1er étage, depuis les oeuvres de l'école florentine des 14ème et 15ème sièclesrd13 01 25 22en passant par les peintres baroques tels Valentin de Boulogne dont voici sa représentation de Judith et Holopherne très imprégnée du style du Caravage

rd13 01 25 24

et Matthias Stom dont le clair-obscur et la précision des personnagesrd13 01 25 25de cette décapitation de Saint Jean sont aussi sous influence du Caravage, et la salle spéciale Mattia Preti.

Nous sommes vite passés par les salles des 18ème et 19ème siècles où j'ai remarqué une toile de Hubert Robertrd13 01 25 27célèbre à Valence pour la collection de sanguines qu'a le musée,

et plusieurs de son contemporain le chevalier Antoine de Favray ,dont les oeuvres témoignent de la vie de l'époque.

Ici les portraits du grand maître Emmanuel Pinto de Fonseca et de madame Maria Amalia Grognet.

rd13 01 25 29rd13-01-25-28.jpg

 

Il présentait ses toiles aux concours et salons ! Finalement les chevaliers étaient des gens comme tous les autres !Mais ces deux derniers peintres n'étaient déjà plus des peintres baroques.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 22:39

rd13 01 24 000Nous avons déjeuné dans un restaurant collé aux remparts du quai German Curtain, en dessous du clocher de la cathédrale anglicane Saint Paul,rd13 01 24 25et juste en face de l'île Manoel et de son fort, l'hôpital où étaient soignés les malades contagieux a disparu au profit du yachting-club de La Vallette.rd13 01 24 26Du soleil, du vent, des clapotis, des nuages qui filent ... nous allons avoir beau temps pour flâner dans les rues du haut de la ville, que nous rejoignons par une porte du bastion San Salvatore ornée du blason de l'Ordre, une simple croix et de celui de Jean Parisot de la Valette, élu grand maître en 1557 : faucon maltais, lion et croix de l'ordre, maintenues par un ange, très masculin.rd13 01 24 27Le dôme de l'église du Mont Carmel domine la partie nord de la ville, et j'essaie de le saisir depuis notre arrivée. Le voici qui se dessine enfin dans la porte secondaire du palais présidentiel,rd13 01 24 281celle par laquelle on accède à l'armurerie et une très belle cour intérieure.rd13 01 24 29Je range mon appareil photo pour me livrer à un peu de lèche-vitrines : c'est encore le moment de profiter des soldes et des boutiques de produits locaux que nous n'aurons plus le temps d'acheter ensuite.

Les heurtoirs sont des objets réputés de l'artisanat local. Il y a quelques vitrines qui en regorgent.rd13 01 24 34Ceux que nous avons vus à Birgù

 

heurtoir 4heurtoir 1

ou à Mdina ont l'air assez anciens, bien patinés,  pas toujours bien  entretenus. 

heurtoir 6heurtoir 3Peut-être sont-ils sur les portes de maisons délaissées ?

Pour rentrer à l'hôtel à Sliema Sylvie nous a recommandé de prendre un bus 11 pour Tower Palace. Ne pas confondre le bus 11 avec le quai 11 ... il faut remonter jusqu'au quai 45 pour le trouver ! Je dois ajouter que Malte a vraiment changé d'image en 17 ans en changeant de bus ... Les vieux bus jaunes qui montaient en crabe les rares côtes de l'île on disparu. C'était assez impressionnant de voir les chauffeurs se signer avant de prendre la route. Nous nous disions que ces bus anglais avaient dû être réformés des Indes avant de prendre du service ici.

Les images pieuses de la Vierge et de Jésus devaient aider à la traversée de Malte sans encombre !

J'ai donc trouvé le bon bus et ai pu m'arrêter en chemin pour faire enfin la photo que je voulais !rd13 01 24 30

La causerie d'Alain Balsan était l'introduction à la grande journée de visites de demain : peinture et architecture baroques.

A tout seigneur tout honneur ! Deux oeuvres majeures de Caravaggio sont à la co-cathédrale Saint Jean. Caravaggio eut une vie scandaleuse. Vrai scélérat, il fut arrêté et emprisonné plusieurs fois dont une fois à Rome pour avoir assassiné un adversaire de jeu de paume. Il se réfugia à Malte en 1606 où il devint chevalier de Saint Jean. Il fut poursuivi pour une affaire de pédophilie (là l'inquisition est bien intervenue) et réussit à s'enfuir de la prison en 1608. Il fut retrouvé assassiné dans les environs de Rome ; il avait à peine 40 ans. Plusieurs auteurs comparent sa mort à celle de Pasolini.

Son oeuvre aussi fut scandaleuse ; c'est une des plus novatrices de l'histoire de la peinture, réactionnaire au maniérisme de ses aînés. Son style fut d'un réalisme dramatique. Il choisissait ses modèles parmi les gens de la rue, même pour les thèmes les plus sacrés. Après sa mort en 1610 son oeuvre disparut jusqu'en 1920, attribuée à d'autres peintres.

Mattia Preti né en Calabre en 1613, fit son tour d'Italie avant d'arriver à Malte en 1658. Il obtint le titre de "chevalier de Grâce", travailla beaucoup pour l'ordre et mourut en 1699. Nous pourrons découvrir demain plusieurs de ses tableaux très influencés par le style de Caravaggio.

Quant à la co-cathédrale, c'est le fleuron de l'architecture baroque qui nous a été gardé pour la fin de notre séjour !

Pour ce soir c'est le plus important compositeur baroque, Jean Sébastien Bach que nous allons entendre à l'église des Jésuites.rd13 01 24 31

La façade à trois niveaux est très travaillée. Décrochements, pilastres, corniches, frontons, oculi, niches, triglyphes, nombreux sont les éléments de décors qui brisent les lignes verticales.

rd13 01 24 32Le maître autel est étrange. Un tableau représentant le jugement de Salomon (décidément nous n'en avons jamais tant vus en si peu de temps) en occupe le centre, surmonté par un chérubin qui nous donne sa bénédiction. Oh, pardon ! C'est Jésus puisqu'il n'y a pas d'autre représentation divine ! Est-ce une particularité des églises jésuites ?

Quoi qu'il en soit la nef est immense, le son s'y perd, s'embrouille, du moins pour les auditeurs placés au milieu comme nous. Elle ne semble pas être le bon endroit pour donner un concert, et c'est aussi dommage pour nous que pour le Combattimento Consort Amsterdam et les solistes Ruth Ziesak, soprano et Thomas Olieman baryton !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 12:16

rd13 01 24 00"Jardins des grands maîtres" c'est peut-être beaucoup dire car ils ont dû subir, comme les palais, de nombreuses modifications depuis que l'Ordre de Saint Jean a été dissous par Bonaparte et obligé de quitter Malte.

Nous sommes d'abord allés à Naxxar visiter le palais Parisio et son jardin. Le grand maître Antonio Manoel Vilhena, celui à qui le "peuple" dut  "son bon divertissement" au théâtre de la Vallette,  le fit construire en 1733 pour en faire sa résidence d'été. Il devint celle de la famille Parisio au début du 19ème siècle, puis celle de la famille Scicluna qui fit procéder à des travaux d'embellissement en 1898.

Dans le hall d'entrée les symboles ont beaucoup changer en 3 siècles.rd13 01 24 02rd13 01 24 03

Mercure, dieu du commerce au plafond et le lion de la bière Cisk produite par la famille nous accueillent. Nous passons d'abord au jardin rd13 01 24 05

où le soleil de janvier fait miroiter le bassin rd13 01 24 061éclater la couleur d'agrumes oblongs qui sont presque les seules touches vives de l'hiver méditerranéen.rd13 01 24 07Nous revenons au palais pour visiter cette demeure de la noblesse maltesse.rd13 01 24 04Nous sommes très attentifs aux descriptions que  Sylvie nous en fait, surpris par l'histoire de l'énorme rampe d'escalier en une seule pièce de marbre de Carrare ... par celle  du ciel de lit matrimonial du marquis, par le talent des peintres qui ont habillé les murs de nombreuses pièces en trompe-l'oeil,rd13 01 24 10sauf ceux de la salle de musique revêtus de vraies tentures très dorées (hum, hum !) comme le reste de la pièce rd13 01 24 11qui jouxte la salle de bal dont les lustres de cristal se multiplient à l'envie grâce aux miroirs qui s'inspirent de Versailles et sa galerie des Glaces ...rd13 01 24 12De l'autre côté les messieurs pouvaient se retrouver dans la salle de billard dont les lampes sont soutenues par quatre anges féminins. Nous n'avions vu que des anges masculins jusqu'à présent. Me voici rassurée, si les anges sont sexués à Malte les Maltais ne sont pas sexistes !

Nous avons terminé par la pause-café dans des salons au décor contemporain. Ouf ! j'aime mieux l'Adam et Eve de Fernando Botero qui nous montrent les portes des toilettesrd13 01 24 13que l'allégorie du plafond du grand escalier !rd13 01 24 09

où le peintre a réussi à faire tenir dans une même image la synthèse de Malte :  depuis les origines les plus lointaines jusqu'à la marine à moteur en passant par les Phéniciens, Charles Quint, la reine Victoria et les autres ...

rd13 01 24 14rd13 01 24 15

A la recherche des origines ... ce fut aussi ce que fit Alain en traversant le village de Balzan où sa famille a des racines.

Quelques kilomètres plus au sud nous avons continué nos visites par les jardins de San Anton, résidence du président de la République. Il avait été construit en 1625 à la demande du grand maître  Antoine de Paulo. Je n'ai pas bien retenu si c'est lui ou un de ses successeurs qui avait aussi fait construire pour sa favorite la villa voisine qui porte aujourd'hui le joli nom de "villa Madame".

Au passage je crois ne pas avoir encore dit que pour rentrer dans l'Ordre de Saint Jean il fallait faire les trois voeux de pauvreté, chasteté et obéissance ... Et que faisait l'inquisition pour qui la "fornication" était aussi grave que la sorcellerie ?

Retour au 21ème siècle et au jardin de San Anton qui fut ouvert au public pendant la période britannique (1800-1964).rd13 01 24 16

Les giroflées sont encore timides mais bien en fleurs sur un fond de yuccas.rd13 01 24 18rd13 01 24 17

Il y a tout un bosquet de chorisias speciosas, ces arbres "bouteilles" au tronc hérissé d'épines, des cicas d'une taille très impressionnante et beaucoup d'autres arbres fort intéressants.

rd13 01 24 20rd13 01 24 21

Le jet d'eau d'un bassin nous fait un arc-en-ciel ; deux énormes ficus à  racines aériennes montent la garde de part et d'autre d'une allée par laquelle nous allons repartir après que Sylvie nous a eu longuement parlé des pouvoirs politiques de Malt, des anciennes alliances avec les pays du sud de la Méditerranée, oui la Lybie, avant l'adhésion à l'Europe ...

Et il est déjà bien temps de retourner vers La Vallette pour notre déjeuner et notre après-midi libre, tout en longeant à une partie de l'aqueduc que fit construire le grand maître Alof de Wignacourt au début du 17ème siècle afin de répondre aux besoins en eau de la nouvelle capitale, La Vallette.rd13 01 24 22

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 22:54

C'est une très belle soirée que nous venons de passer au palais des grands Maîtres ! Jugez-en plutôt.

Un opéra-bouffe de Télémann dans la salle du Grand Conseil c'est beaucoup d'attraits réunis.

Nous avons eu un peu de mal à nous retrouver au bon endroit pour entendre le concert. Ça nous a permis de visiter très rapidement quelques rues la nuit avant d'arriver dans cette grande salle décorée d'un cycle de douze fresques peintes entre 1577et 1581par Mattéo Perez d'Aleccio représentant les étapes les plus décisives du Grand Siège de Malte.Gd siège 27 05 1565

Le 18 mai 1565, 138 galères de Soliman le Magnifique et plus de 30 000 hommes (les chiffres divergent suivant les auteurs) arrivent en vue de Malte. Ils s'intallent sur la presqu'île de Sciberras, dont la pointe est est défendue par le fort Saint Elmeen face de Birgù. Le 27 mai, date représentée sur l'image, l'artillerie ottomane attaque le fort qu'occupent à peine 60 chevaliers et quelques centaines d'hommes. Les Turcs pensent le prendre en 5 jours grâce à leurs 50 canons, mais n'y arrivent que le 23 juin.

Leur objectif suivant est le fort Saint Ange, à la pointe de Birgù. Les forces alliées de l'Europe chrétienne à laquelle les chevaliers ont fait appel tardent et le siège se poursuit si longtemps que les vivres manquent encore plus chez les assiégeants que chez les assiégés.Gd siège 15 07 1565Les assauts par mer et par terre sont terriblement sanglants (ici le 15 juillet) ... jusqu'à ce qu'enfin le 7 septembre les voiles de bateaux alliés sèment la panique chez les forces ottomanes. A l'approche de l'automne et de ses tempêtes les Turcs préfèrent se retirer et le 8 septembre, à la pointe du jour les navires turcs ont levé le siège. Un 8 septembre, c'est bien sûr un miracle de la Vierge !

 

Mais ce soir c'est un programme musical léger que nous allons entendre dans cette salle chargée d'histoire ! Pimpimone, un "intermezzo" de Télémann dont Alain Balsan nous avait rappelé lors de sa causerie qu'il avait été un compositeur très fécond ayant produit quelques 6 000 oeuvres pendant sa longue vie (1681-1767) parmi lesquelles nombre d'opéras dont seulement une dizaine est arrivée jusqu'à nous.  Le sens d'intermezzo a changé suivant les siècles et au début du 18ème il est proche d'"opéra bouffe".

 

La mise en scène l'a rendu encore plus drôle en faisant le choix de quelques anachronismes et d'un peu d'audace ( faire cuire des spaghettis et une sauce tomate dans ce vénérable salon à savourer par des spectateurs ) tout en respectant les traditions puisque il y avait même les marionnettes. Humour, bonne humeur et belles voies.

Vraiment je ne m'attendais pas à trouver un opéra de Télémann drôle. J'adore être surprise de cette façon !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 22:25

rd13-01-22-57.jpg

Un saut dans la baignoire pour se débarrasser de la poussière préhistorique des temples de mégalithes ça semble banal et évident, et pourtant ça ne l'est pas à Malte, caillou calcaire semi-désertique aux sources insuffisantes où on commence juste à récupérer l'eau de pluie ...

En tournant le robinet on obtient l'eau produite par une (des) usine(s) de désalinisation de l'eau de mer dont la pression plutôt faible ne permet pas une utilisation satisfaisante des chasses d'eau ... quant à se  préparer un thé dans la chambre ( le mini-bar est vide, par contre, à la façon british, nous avons tout ce qu'il faut pour préparer un thé ou un café), attention au sable qui restera au mieux au fond de la bouilloire si on utilise l'eau d'un robinet : l'eau minérale est là indispensable !

Donc je disais passage par la salle de bain, changement de tenue et changement d'ambiance : nous retrouvons salle Shakespeare ou Walter Scott de notre hôtel Victoria notre orateur Alain Balsan, passionné d'art baroque, chargé des causeries d'avant-concert. Nous sommes quelques uns à avoir gardé un excellent souvenir de sa conférence à Varajdin en Croatie baroque, il y a quelques années, avant l'arrivée de l'appareil photo numérique et du blog dans nos vies ...

rd13-01-22-50.jpg 

Nous assistons aux concerts de la dernière semaine du Festival Baroque International de La Vallette, premier voyage organisé par Henry Fuoc depuis qu'il a quitté la présidence de notre association.

 

Baroque ? A La Vallette, née à la fin du 16ème siècle le mouvement baroque touche tous les arts : l'architecture, les arts plastiques et la musique. Cependant Malte ne figure pas dans "l'inventaire" que fait Dominque Fernandez (référence majeure pour Alain Balsan) de l'Europe baroque dans son ouvrage La Perle ou le Croissant.

Mais d'abord quelle est la définition de "baroque" ? Irrégulier, bizarre, choquant, excentrique ? Oui, mais c'est aussi "un style qui s'est développé dans des pays catholiques du 16ème au 18ème siècles caractérisé par la liberté des formes et la profusion des ornements" (Le Petit Robert).

Pour Germain Bazin, historien de l'art ce mouvement est né dans la société catholique et monarchique à l'origine de la contre-réforme. Le concile de Trente (1545-1563) engage la création artistique à devenir support de dévotion et outil d'enseignement. Il fonde la compagnie de Jésus qui devient le fer de lance du renouveau de l'église catholique. Elle privilégie  les arts théâtraux qui exaltent la fantaisie et les sentiments généreux et dramatiques.

Pour D. Fernandez le classicisme est l'expression d'un esprit petit bourgeois alors que le baroque est noble, somptueux, royal !

 

La salle ? Le théâtre Manoel que le grand maître de l'Ordre Antonio Manoel de Vilhena a fait construire sur sa cassette personnelle en 1731 "pour l'honnête divertissement du peuple". Partiellement détruit par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale il a été minutieusement restauré.  Les loges de bois portent des cartouches peints, les ors du plafond brillent sous les feux des cristaux du grand lustre, et le fond de scène semble droit venu du 18ème siècle.rd13 01 22 53

 

 

La musique ? Bien sûr nous n'allons pas découvrir Bach (1685-1750), Haendel (1685-1759) Vivaldi (1678-1741) et Telemann (1681-1767) mais nous sommes plusieurs à n'avoir encore rien entendu de compositeurs tels que Guiseppe Antonio Brescianello, Leonardo Vinci, Giovanni Battista Bononcini et  Riccardo Broschi qui composa beaucoup pour son frère le castrat Farinelli.

 

Les interprêtes ? Ce soir l'Orchestre Philharmonique de Malte dirigé par Michael Laus accompagne le contre-ténor David Hansen qui chante des airs interprètes par des castrats à l'époque de leur composition.

Quel plaisir ! J'ai mis sur son nom un lien qui permet d'entendre deux des airs qu'il nous a donnés dont Se in fiorito de Jules César (Giulio Cesare) de Haendel, le si beau duo avec le violon, et quelques autres.

Il porte aussi bien l'habit du 18ème siècle que la veste à paillettes et les chaussettes rouges qu'il avait sur scène ce soir !rd13-01-22-55.jpg

Je me suis demandé un instant lorsqu'il a enlevé sa cravate s'il allait, comme une "idole des jeunes" la jeter au public. Non, seulement aux pieds des violonistes ! rd13-01-22-56.jpg

Il chante d'évidence avec beaucoup de bonheur, et sans aucune affectation. Il a remporté un vrai triomphe et nous a gratifiés de bis généreux.

Lorsque nous sommes ressortis enchantés du théâtre une Vierge à l'enfant auréolés de bleu dominaient la rue.rd13-01-22-54.jpg

Mais il est temps de rentrer à Sliema pour dîner et échanger sur notre heureuse soirée.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article