Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 12:22
26 et 27 Septembre 2009
En camping-car ou à pied nous sommes partis pour une courte visite dans notre département voisin, l'Ardèche. Trois étapes importantes durant ce week-end ; soit que nous n'y soyons pas passés depuis longtemps, soit que nous ayons tout à y découvrir.
Les ruines du château de Boulogne ont changé depuis qu'elles ont un nouveau propriétaire. On ne peut plus approcher de très près la grande porte baroque dont l'élégance surprend beaucoup en pleine nature et pour un château dont l'origine remonte aux comtes de Poitiers Valentinois du 11ème siècle !




Cette forteresse du Moyen-Age fut maintes fois remaniée, transformée en résidence Renaissance au 16ème siècle, et le portail transformé au 17ème, suivant le style maniériste flanqué de deux corps de garde.
Aujourd'hui une tour carrée est habitée par la nouvelle propriétaire, les ruines ont été consolidées, des concerts et des spectacles sont donnés dans la cour, et on pouvait y accéder pendant les journées du patrimoine, la semaine dernière.




Nous avons passé la nuit sur la place de l'église de Saint Michel de Boulogne, et avons ainsi pu admirer le château qui domine  l'ancien village fortifié restauré et la vallée de la Boulogne dans le soleil levant.


Saint Michel est entouré de chemins de randonnée qui permettent de parcourir les montagnes du Nord du bassin d'Aubenas.

Samedi matin direction Les Vans et les Cévennes ardéchoises pour aller enfin découvrir l'église de Thines. Une grande nouvelle route permet un contournement rapide d'Aubenas ; le samedi est jour de marché animé aux Vans. Et enfin nous prenons la route qui longe les gorges du Chassezac.
Nous avions déjà emprunté cette route, grace aux surprises que nous réserve "la blonde du GPS" alors que nous lui avions demandé l'itinéraire le plus court pour aller de Ruoms à Saint Circq La Popie ... Nous sommes rarement décus par les solutions qu'elle nous concocte, et que nous n'aurions jamais pu imaginer seuls ! Il suffit de bien comprendre que "plus court" ne veut jamais dire "plus rapide", pour ne pas s'énerver et jouir du spectacle ...
Je me demandais si un camping-car pouvait emprunter la route qui monte vers Thines. Eh bien oui ! C'est un peu juste par endroit, et c'est sûrement plus facile avec un véhicule assez court de passer les ponts qui enjambent les ruisseaux dans le courbes des lacets.


Il faut garder son calme et on finit par arriver après les 11 kilomètres des gorges de la rivière Thines jusqu'au parking où nous devons laisser les véhicules. Seuls sont autorisés à poursuivre les habitants et les véhicules de secours car le village fut  conçu et construit sur un promontoire étroit à une époque où la circulation automobile ne pouvait être anticipée.


C'est sûrement pour cet emplacement enclavé et sauvage que les Bénédictins du 12ème siècle ont choisi de construire ici une abbaye où l'on accéde encore par un sentier muletier


qui rejoint une ancienne voie romaine.
 Il semble  y avoir finalement beaucoup plus d'habitants dans le village que ce que nous aurions imaginé.
Maisons de schiste aux toits de lauzes, treilles et glycines, terrasses ombragées par des tilleuls et des platanes : sans avoir encore vu son l'église, on ne peut être que sensible au charme du village.
Il faut emprunter la calade de gauche pour accéder à l'église au sommet des trois volées du grand escalier des pèlerins.

L'entrée latérale est richement décorée de statues colonnes des prophètes encadrant le portail, et de la représentation de la semaine pascale sur le linteau, de l'entrée dans Jérusalem à gauche, à la trahison de Judas à droite.


Les historiens disposent de peu de documents pour dater avec précision tout ce qui concerne cette exceptionnelle église romane. Les mutilations seraient dues aux guerres de religion.
Camille se fond presque avec les bandes horizontales de grès rouge et gris de l'abside en cul de four !


Des Vierges à l'Enfant modernes, en bois essaient de remplacer celle qui fut volée en 1973, mais elles ne sont plus l'objet de la vénération populaire.
Le chevet circulaire décoré de bandes lombardes, de pilastres, d'une corniche, de sculptures rustiques, de modillons fait un grand contraste avec le mur clocher refait au 19ème siècle qui domine la vallée.


Belle vue en enfilade des excaliers, de la croix et de la vallée en sortant de l'église.

On se retourne sur l'entrée avant de redescendre.

Les voies cheminant sous les chataigneraies invitent à la promenade.


Sur le flanc ouest de la montagne les fruits sont encore bien fermés alors qu'ils ont commencé à s'ouvrir de l'autre côté de la vallée qui reçoit le soleil dès le matin. Des grands filtes sont installés autour des arbres pour faciliter la récolte.


Nous allons jusqu'au hameau de Garidel qui garde le souvenir des résistants trahis et des neuf personnes exécutées par les Allemands en 1943.







Nous avons passé la nuit sur le parking (est-ce vraiment le bon mot ?), à côté du pont et du petit ruisseau qui descend de Tastevin pour grossir la Thines ;



avant de repartir vers la vallée de l'Ardèche, la plage de Pont d'Arc, et les gorges jusqu'à Saint Montan où nous sommes arrivés au soleil déclinant.



Nous sommes arrivés par les calades fleuries jusqu'au pied du château entouré de longs murs crenelés.

La vue sur les toits de tuiles romaines depuis le haut du village est superbe !


Quel travail de restauration a été fait en 30 ans par l'association des amis de St Montan,  la municipalité et quelques propriétaires !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens