Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 19:28

Dès la frontière passée et la zone Euros retrouvée, Camille éprouve le besoin d'une étape technique. La petite ville d'Husum devrait faire l'affaire. En effet, mais avec une attente de 24 heures. Voici un délai qui nous permettra de découvrir un peu cette Allemagne du nord dont nous ne soupçonnions même pas l'existence : car la presqu'île où nous sommes n'est pas entièrement danoise, la région allemande de Schleswig Holstein en occupe le sud.
Et alors que les rares villes danoises traversées nous semblaient si récentes, nous voici tous surpris dans une ville de la renaissance flamande, ou plutôt hollandaise.


La Place du Marché est entourée de maisons à pignon, qui affichent en grand leur année de construction sur la façade.


en briques, peintes ou nues,

Nous avons flané malgré le temps dans les anciennes ruelles populaires bordées de maisons basses qui se protègent du vent,

dans des rues plus urbaines


qui conduisaient au pavillon de garde du château


lui aussi construit de briques, et encore entouré de ses douves.


Nous sommes revenus vers le port, y avons dîné de beignets de crevettes et de bière locale pour un prix si doux après ceux pratiqués dans les pays scandinaves !


Et après 24 heures d'attente bien remplies un allongement de délai nous en accorde quelques unes en plus !
A l'ouest il y a d'étranges plages de sable blanc, ponctuées de sièges de rotin sensés abriter du vent, comme on en voit dans  les tableaux des peintres impressionnistes, mais des vrais, au 21ème siècle ! et les bateaux sur la mer, si près des plagistes ne sont pas des voiliers ou des bartques, mais des tankers et des porte-conteneurs ! Hallucinant !
link
et à quelques kilomètres, au milieu des pacages voisins qui rendent les bovins très présents par l'odeur qui s'étend lourdement sur tout Husum,  enserrée dans un quadrillage de canaux la petite ville historique de Friedrichstadt offre une alternative aux charmes moins dépaysants


Nous flanons sur la Place du Marché entourée ici aussi de grandes maisons flamandes à pignons et de canaux.


Les demeures historiques se suivent, et les maisons des marchands du 16ème siècle sont toujours occupées par des commerces. Si la nature des marchandises a changé, c'est parce que les besoins des clients sont différents ! Et quoiqu'en dise le Routard, les boutiques pour touristes répondent aussi à la demande présente.
Une galerie d'art superbe nous fait regretter d'habiter si loin link


et il n'est pas possible d'emporter des fleurs ou des plantes en camping-car où nous devons vérifier à chaque départ que chaque chose est à sa place, et chaque place verrouillée si nous ne voulons pas quelques renversements au premier virage !


Les entrepôts anciens sont eux aussi reconvertis en boutiques.


La maison du Pasteur conserve son habitant principal depuis des siècles. On comprend qu'il ne veuille pas partir lorsqu'on en voit la magnificence.


Je n'ai pas encore parlé des belles portes d'entrée de toutes ces maisons de Friedrichstradt et Husum. Elles seules justifiraient une étape dans ces deux villes, tellement elles sont richement décorées : en bois, très travaillées elles doivent représenter l'art des menuisiers régionaux du 17ème siècle à nos jours.



Nous savourons notre café en jetant un regard circulaire sur la Grand'Place et en nous promettant de revenir dans cette partie de l'Allemagne à qui nous n'avons découvert qu'un inconvénient : celui de ne pas accepter les cartes Visas ! Ca a failli nous mettre dans des situations délicates ... Camille a eu très peur que les bateliers du ferry que le GPS nous a fait prendre pour traverser l'Elbe nous jettent par dessus bord comme passagers clandestins. Heureusement qu'il nous restait encore quelques €uros d'avant Oslo et la disparition de mon portefeuille !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Camping-car
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens