Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 21:43

Frise-2-22-09--214-.jpgEn rentrant nous sommes passés par le rond-point de l'Arc de Triomphe, un des monuments emblématiques de l'attrait français : il est fortement inspiré de l'arc de Triomphe de l'Etoile.Rd 22 09 (205)Il a été construit en 1935 pour commémorer la réunification de la Roumanie. Un premier monument avait été élévé en 1922 dans la précipitation pour célébrer la Grande Roumanie et l'entrée triomphale du roi Ferdinand dans la ville. Mais il été tel que George Enescu aurait écrit au maire de Bucarest pour lui demander la construction d'un "vrai" arc de triomphe que voici !

Rd--22-09--268--copie-1.jpgJ'ai lu pendant notre retour de Sinaïa les pages que j'avais subtilisées au magazine que Tarom fait éditer à l'intention des passagers de ses avions. Nous participons à la vingtième édition du festival George Enescu qui serait classé par les experts parmi les trois plus importants du monde. Il a commencé en 1958 avec la création roumaine de l'opéra d'Enescu "Oedipe", a lieu tous les deux ans, a été suspendu pendant la période communiste pour reprendre après la Révolution. Il a commencé cette année le 1er septembre et se termine le 25. Il y a jusqu'à cinq concerts par jour ! On y entend de la musique très classique, mais aussi de la musique moderne, post-moderne (?) et contemporaine, et de la World Music, enfin tous les types de musique. Il semble donc que nos organisateurs ont soigneusement choisi notre programme qui ne comprend pas d'oeuvre postérieure à 1954 (la Symphonie pour 13 instruments op. 33 d'Enesco que nous avons entendue ce soir) !

L'intérêt que manifeste le public du monde entier croît à chaque édition, et lui permet de découvrir une Roumanie inattendue. Et c'est bien notre cas !

 

Nous avons entendu ce soir un concert éblouissant avec sur la scène l'Orchestra dell'Accademia Nazionale di Santa Cecilia, l'orchestre national italien créé au début du 20ème siècle, dirigé par Antonio Pappano, son chef depuis longtemps avec le jeune pianiste Denis Matsuev (dans le lien cliquez sur les titres d'oeuvres soulignées par entendre ce fantastique pianiste, et baladez-vous dans son site officiel, c'est impressionnant. OK, c'est écrit en anglais, mais il y a la version en russe si vous préférez !)

 Les oeuvres au programme, outre la Symphonie op. 33 d'Enesco étaient le Concerto n°2 pour piano er orchestre en ut mineur op.18 de Rachmaninov et la Suite symphonique "Shéhérazade op 35 de Rimski-Korsakov.

Philippe Andriot nous avait briefés ce matin avant de partir. J'en avais surtout retenu que l'oeuvre d'Enescu, sa dernière composition nécessitait plusieurs écoutes avant de plaire ; que le 2ème concerto de Rachmaninov, composé au tournant du siècle passé comportait une partie de piano éblouissante, et enfin que Séhérazade de Rimski-Korsakov était un kaléidoscope d'images fabuleuses tirées des contes de Mille et une Nuits.Rd 22 09 (211)

Dire que Denis Matsuev a soulevé un enthousiasme extraordinaire est peu dire. De plus il a su choisir des bis qui nous ont montré quelques autres facettes de son jeu : le premier toute sa sensibilité, le second son brio, et le troisième sa capacité d'improvisation sur un thème de jazz, et sa capacité de jouer jazzy ! Les acclamations montaient un peu plus chaque fois. Au troisième bis la salle clamait debout son enthousiasme et son plaisir !

C'était vraiment une grande découverte pour notre groupe qui n'avait pas eu l'occasion de l'entendre en France au cours de ses concerts parisiens ou de grands festivals à la Roque d'Antéron ou à Orange.

 

Ce n'est peut-être pas très facile pour l'orchestre de reprendre le cours du programme après un tel artiste ! C'est sûrement là qu'on voit les très grands ! Le succès de Séhérazade a été grand, le public a su l'exprimer et l'orchestre nous a gratifiés de deux bis.

Imaginez la durée d'un concert semblable ! Trois oeuvres importantes, l'entracte, les acclamations du public, et tous ces bis. Nous ne sentons pas le temps passer mais il est bien tard lorsque nous rentrons pour dîner dans une ambiance de bonheur !

Pas le temps de m'étendre, ce soir il faut faire les valises, nous partons demain matin pour la Transylvanie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires