Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 22:02

28 11 39Après les salles Egon Schiele Romana nous a emmenés au 4ème étage du musée Leopold dans les salles consacrées à Vienne 1900 et Klimt.

J'essaierai de parler de ces extraordinaires périodes Jugendstil et Sécession des années 1900 de Vienne dans un article spécial, et de Klimt lorsque nous visiterons le Belvédère, musée où il est très représenté.

Nous avons trop peu de temps pour aller comme bon nous semble. Camille et moi l'avons consacré à Kokoschka, autre artiste autrichien "moderniste" dont une exposition temporaire dévoile quelques facettes de son oeuvre. Et pour ceux qui la connaissent déjà deux cents photos le montrent dans ses activités tout au long de sa vie, de Vienne en Suisse.

Voici quelques uns des tableaux réalisés sur commande, qui lui ont valu le surnom de "portraitiste des villes ".Kokoschka FlorenceFlorence, 1948Kokoschka Opera de Vienne

L'opéra de Vienne peint en 1955 pour sa réouverture après les travaux de remise en état nécessités par la guerre.Kokoschka HambourgHambourg, 1958

Kokoschka BerlinBerlin peint pour le cinquième anniversaire du mur qui est représenté, séparant la ville en deux, de gauche à droite.

Il fut aussi dramaturge et créateurs de costumes, dont voici ceux qu'il avait dessinés pour une Flûte enchantée.Kokoschka Flûte enchantéeRassemblement sans passer par la boutique encore une fois, pour un déjeuner sympathique dans le quartier des musées28 11 40puis nous avons pris notre car à côté du palais présidentiel28 11 41pour rejoindre le quartier Hundertwasser qu'Henry nous a ainsi présenté : "Maison étonnante de ce peintre artiste inclassable marqué par un immense amour de la nature et l'un des grands pionniers d'une architecture humaniste, écologique et d'un design moderne et particulier." avec tous les liens pour théoriser sur ce que nous allions voir. J'en ai ajouté un autre, c'est un travail fait par des élèves de collège, plutôt sympathique et d'accès facile et ludique.28 11 42Une maison toute en couleurs, que dis-je un immeuble de toutes les couleurs, en courbes, avec d'étranges ouvertures, au sol des reliefs tout en courbes, des arbres sur les balcons et sur les terrasses, des escaliers couverts, des colonnes bigarrées qui supportent une terrasse28 11 43et même de superbes bulbes, symboles de bonheur, de fertilité, de richesse pour Hundertwasser, qu'on a la chance de pouvoir voir puisque les arbres des terrasses et des balcons n'ont pas de feuilles en ce froid jour de novembre. Cet immeuble appartient à la ville de Vienne et comprend une cinquantaine d'appartements HLM. 28 11 44que nous avons traversé rapidement afin de respecter la vie privée des habitants. Je comprends bien, mais ça ne m'empêche pas de regretter d'être passée si vite.

C'est au musée qu'il a créé dans un ancien et grand atelier de menuiserie du quartier que nous allons voir quelques unes de ses autres réalisations.28 11 45Peu de photos, elles sont interdites dès que nous quittons l'accueil. Alors avant de monter à l'étage voici Nicole sur le bord du bassin du monde entier.28 11 46Les pierres avec lequel il a été bâti viennent de tous les continents.

Le musée est un festival de couleurs et de courbes. Pour Hundertwasser "la ligne droite est un danger créé par l'homme car elle est étrangère à la nature de l'homme, de la vie, de toute création."

Pour un peu on penserait que ce monsieur influencé par Gaudi, par le facteur Cheval, par les peintres viennois des années 1900 était un doux dingue rêveur, mais non. Il a su mettre ses manifestes écologique, artistique et architectural en application dans plusieurs pays. Beaucoup en Autriche et en Allemagne mais aussi au Japon, aux Etats Unis et même jusqu'en Nouvelle Zélande où il a émigré à la fin de sa vie. Il a beaucoup travaillé en architecture et peinture, mais aussi en design où il a modifié quelques objets de la vie quotidienne ... Curieux personnage !

Je vais ressortir l'essai que Pierre Restany a écrit sur sa théorie des "cinq peaux" : l'épiderme, le vêtement, la maison de l'homme, l'environnement social et l'identité et enfin l'environnement global-écologie et humanité puisque Hundertwasser a fait beaucoup plus que des discours à tendance baba-cool, au cours desquelles il développait aidé par deux jeunes et belles assistantes aussi nues que lui sa haine du rationalisme dans tous les domaines y compris dans la détermination de son genre de vie ...

L'après-midi est déjà passée. Conférence de Philippe Andriot. Nous arrivons maintenant sans difficulté à la salle de réunion, sans nous tromper d'ascenseur, en utilisant les bons boutons, les cartes quand il le faut et les bonnes clefs pour ouvrir les portes. Ça n'a l'air de rien, mais ça a exigé un effort de plusieurs jours. Dommage que ce soit la dernière causerie !

J'ai bien besoin d'une préparation pour entendre des airs des Maîtres Chanteurs de Wagner chantés par Robert Hall, célèbre basse. Heureusement il y a le plaisir d'entendre ce concert dans la grande salle du Musikverein28 11 47celle d'où est donné tous les ans le concert du 1er de l'an par le Wiener Symphoniker que nous entendrons dès ce soir !28 11 49L'ent'acte nous permet de mieux voir cette salle mythique immense et elle aussi remplie. Incroyable toutes ces grandes salles pleines tous les soirs ! Il doit vraiment venir du monde du monde entier pour entendre les concerts viennois.28 11 50L'orchestre est dirigé ce soir d'une main talentueuse par le jeune chef Philippe Jordan, fils d'Amin auquel Saoû chante Mozart doit quelques concerts mémorables de son festival ...

Confidentiellement, je persiste, je n'aime pas Wagner !

Anne et Henry s'attachent à prendre leurs repas avec tous les nouveaux du groupe afin de les accueillir personnellement et de faire connaissance réciproquement. 28 11 52Ce soir ils ont presque fini et ils vont aussi partager le repas d'anciens dont nous sommes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens