Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 15:11

La Flûte enchantée coproduite avec le festival d’art lyrique d’Aix en Provence et dirigée par Mark Wigglesworth est le spectacle autour duquel j'ai construit le voyage à Londres que j'ai proposé aux adhérents de Saoû chante Mozart.

Ce vendredi matin 19 février Yves Jaffrès nous en a présenté le livret et la psychologie des personnages, particulièrement celle de la Reine. Autant d'informations auxquelles je n'avais pas prêté assez d'attention lors de mes auditions précédentes, même sublime, comme celle entendue à Salzbourg en 2011. J'aurais sûrement dû lire une traduction en français du livret conçu en allemand depuis bien longtemps. Mais à l'English National Opera tous les textes sont en anglais : entre l'introduction d'Yves et les surtitrages en anglais, ça a été beaucoup plus facile !

La journée a été placée sous le signe de la Reine de la Nuit, entre la déesse mésopotamienne vue le matin au British Museum et celle du soir, curieusement en fauteuil roulant ...

Saoû chante Mozart à Londres - La Flûte enchantée

Journée également jalonnée d'étapes maçonniques ! J'ai montré à Camille quelques endroits que j'aime bien dans Londres. Et pour ça nous sommes passés par Great Queen street où la Grande Loge Maçonnique de Londres a son impressionnant siège.

Saoû chante Mozart à Londres - La Flûte enchantée

En face, des écoles et des établissements de commerce affichent également bien haut leur lien avec la Grande Loge, berceau de la maçonnerie mondiale fondée par deux pasteurs.

Nous sommes allés jusqu'à Lincoln Inn, où la bibliothèque des juristes (avocats et magistrats) occupe un authentique bâtiment gothique. Situé à l’extrême ouest de la City, il a pu échapper au Grand Incendie de 1666.

Saoû chante Mozart à Londres - La Flûte enchantée

L'après-midi libre est passée trop vite pour tous, nous avions rendez-vous devant l'église de Saint Martin in the Fields, pour dîner au "Café in the Crypt"avant le spectacle. C'est à 50 mètres du théâtre du Coliseum où nous avons vu et entendu une version rare (pour nous) de la Flûte enchanté, car en anglais ... Mise en scène minimaliste, costumes étranges, et sublime Lucy Crowe dans le rôle de Pamina !

Finalement, malgré et à cause de la traduction en anglais, ce fut pour nombre de participants au voyage une version très plaisante du dernier opéra de Mozart, chargé de symboles et messages maçonniques.

Saoû chante Mozart à Londres - La Flûte enchantée
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 18:53
Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée

Le British Museum voisin de l'hôtel n'ouvre qu'à 10H, alors Caroline m'a proposé d'aller voir le Bedford Square, une place qui a parfaitement conservé son harmonieux style géorgien. Les maisons sont construites sur le même plan en bande, au rez-de-chaussée une porte à imposte et deux grandes fenêtres. Au premier étage les salles de réception, les salles familiales au second, et les chambres de bonnes au-dessus. Au centre de la bande un grand immeuble blanc décoré de pilastres où sont aménagés les appartements les plus huppés. En regardant un peu mieux on voit que la symétrie n'est pas parfaite, que les mascarons ne sont pas les mêmes et qu'il a même était ajouté au 19ème siècle quelques balcons pour rompre la "monotonie" ...

Au centre un jardin privé est toujours réservé aux familles qui habitent autour. Privilège, on peut avoir un oeil sur les enfants en restant dans l'appartement.

Il fait encore un temps splendide ; les arbres et le ciel bleu se reflètent dans les hautes fenêtres.

Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée
Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée

Les groupes ont accès au musée par une porte spéciale sur l'arrière sur Montague Place qui nous permet de voir le siège de l'Université de Londres, immeuble art-déco, un rien stalinien, sous le soleil.

Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée

Rendez-vous dans la cour sous la grande coupole de Norman Foster à la fin de la visite pendant laquelle Caroline va nous montrer ses pièces préférées, et quelques unes des miennes,

Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée

La pierre de Rosette est accessible à cette heure-ci. Elle est à Londres ce que la Joconde est à Paris : très vite une foule compacte s'agglutine autour de la vitrine et il est alors impossible de l'apercevoir ... Pas très photogénique cette pierre noire qui permit à Champollion de décoder le langage des hiéroglyphes d'après des relevés ! Incroyable, il ne l'a jamais vue en vrai.

Nous sommes passés par la salle réservée à ce qui reste du gigantesque et somptueux mausolée d'Halikarnasse (maintenant Bodrum) ; la tête d'un des chevaux du quadrige du sommet et deux des statues de la dynastie.

Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée
Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée

Découvrir les sculptures du Parthénon dans une grande salle du British Museum qui leur est dédiée avait été pour moi un grand moment que je tenais à partager. Au fond le fronton représentant l'aube, et tout le long les métopes représentant le peuple venant rendre hommage aux dieux.

Polémique sur la légitimité de la possession de toutes les œuvres et les pièces qui se trouvent dans les musées : pillage ou protection ? Récupérer des pierres livrées à l'abandon et les sauver peut justifier leur présence dans nos musées.

Et la polémique devient échange dans la salle des bas-reliefs assyriens où nous admirons une merveilleuse chasse au lion.

Là le rôle de protection est évident. Que seraient-ils devenus s'ils n'étaient pas à l'abri de l'obscurantisme des hommes ?

Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée

Et nous avons grimpé au 3ème étage pour y voir quelques unes des pièces les plus emblématiques du musée.

D'abord les jeux d'échecs médiévaux trouvés dans les îles Lewis faits d'ivoire de morse. Les détails des sculptures sont superbes : les reines se demandent ce qu'elles font là en se tenant la tête, l’évêque tient sa crosse, les fauteuils royaux sont très décorés et les chevaliers ont l'air solides sur leur monture.

Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée
Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée
Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée

Nous sommes ensuite passés le long des vitrines de la tombe (royale ?) de Sutton Hoo, du 6ème siècle, la plus riche du Royaume Uni avant d'atteindre les collections de la Mésopotamie, vraiment très riches.

Mon article serait trop lourd si je ne me limitais pas à ne montrer que les instruments de musique de 2500 ans av JC en provenance de Mesopotamie, des lyres d'argent richement décorées de pierres et de bois précieux.trouvées dans des tombes de reines d'Ur

La musique occupait une place importante dans les cérémonies et les banquets royaux. Instruments à cordes, luths, harpes et lyres ; instruments à vent, percussions retrouvés dans les tombes en témoignent.

Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée
Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée
Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée
Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée

Je vais finir par une Reine de la Nuit en préfiguration de notre concert du soir !

Saou chante Mozart à Londres - British Museum et Flûte enchantée

Est-ce Ishtar déesse de l'amour et de la guerre ou sa sœur et rivale ? Elle porte les signes de sa divinité : coiffe et bijoux. Qui qu'elle fût elle devait être très impressionnante, peinte en rouge, debout, ses pieds semblables à ceux des chouettes à ses côtés bien posés sur le dos de deux lions.

Mais elle ne doit avoir en commun avec celle que nous entendrons ce soir dans la Flûte enchantée que le nom !

J'ai découvert aujourd'hui des peintures prélevées (?) dans des tombeaux égyptiens absolument superbes. Il me faudra revenir les revoir lors d'un autre voyage !

Car pour le moment il est l'heure d'aller déjeuner.

Déjà l’après-midi libre sera très courte puisque nous aurons rendez-vous à 18H devant l'entrée du Café dans la Crypte de Saint Martin in the Fields !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 16:12
Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Le jeudi 18 février est une journée qui commence bien ! En traversant le jardin de l'hôtel nous avons le plaisir de constater que le ciel est bleu ... la météo. nous avait accablés en prévoyant de la neige pour notre croisière.

Mais d'abord la conférence dans la véranda. Yves Jaffrès nous a longuement parlé de Debussy et de Ravel, de leur personnalité et de leur musique. Pour moi cette introduction au concert du soir était nécessaire car je sais bien peu de choses sur les musiciens français du 20ème siècle ... et peut-être ne suis-je pas la seule !

Le programme très original que nous entendrons ce soir sera composé de

Maurice Ravel: Ma mère l'oye
Claude Debussy: La mer
Wolfgang Amadeus Mozart: Piano Concerto No.24 en do mineur, KV491
Maurice Ravel: La valse

Par le London Philharmonia Orchestra dirigé par Alain Altinoglu et David Fray au piano.

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise
Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

La conférence finie nous nous rendons Victoria Embankment pour embarquer. Mais pas au dessous de l'Aiguille de Cléopâtre, l'obélisque offert en 1819 au gouvernement britannique, mais près de Westminster Bridge, au pied de la statue de Boadicée reine des Icenis qui souleva son peuple contre l'envahisseur romain.

La croisière commence par un détour devant Houses of Parliament qui sont particulièrement belles sous le soleil doré du matin. Les ors de la tour scintillent.

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Et à partir de là c'est une succession de cartes postales qui défilent sous nos yeux, sur les deux rives du fleuve.

Le London Eye avec ses cabines d'une capacité de 25 personnes, entièrement "made in France" et même mieux, en Isère. Elles sont venues par transports spéciaux, préalablement montées. Cocorico !

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Sur North Bank la ligne d'horizon composée de flèches du 17ème siècle, de grues du 21ème, de la coupole de Saint Paul qui domina longtemps Londres, puis d'un amas de tours dont la "Rape à fromages" qui cache "Gherkin", le cornichon et le "Talkie-Walkie" très massif.

L'histoire de Gherkin est intéressante, voici un lien qui en dévoile quelques péripéties.

https://fr.wikipedia.org/wiki/30_St_Mary_Axe

Je trouve que ce quartier symbolise l'énergie de la ville, et sa verticalité toute nouvelle la volonté de ne pas s'encombrer de carcans gênants.

En face voici la Tate Modern installée dans une ancienne centrale thermique, et tout de suite après le théâtre de shakespeare à contre-jour.

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Nous passons maintenant sous la passerelle 'Millennium Bridge" qui relie la City classique au 21ème siècle.

A sa livraison elle fut animée d'un balancement tel qu'il retarda sa mise en service. Plus de problème maintenant.

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Au Nord, un immeuble de verre est en tenue de camouflage, il reflète le ciel bleu et on pourrait presque ne pas le voir. Derrière, la tour "Talkie-Walkie" qui permit de prendre conscience qu'il peut faire très chaud à Londres. Peu après sa construction les rayons de soleil qu'elle réfléchissait dans la rue ont sérieusement endommagé une voiture de grand luxe ... Une solution a été trouvée pour éviter ce réfléchissement.

La forme de cette tour me fait penser qu'à force de vouloir faire différent on arrive à des limites, presque des "accidents" d'architecture.

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Rive Sud ce sont maintenant le Shard, la tour toute de transparence et devant la Hay's Galleria, anciens entrepôts et brasserie du 17ème siècle. 80% des produits secs importés au 19ème siècle, en provenance de tout l'empire, sont passés par là. On appelait alors ce quartier le "garde-manger". Mais en juin 1861 le Grand Feu de Southwark l'a bien endommagé. Cependant ce ne sont que les bombardements de 1940 qui ont arrêté son activité.

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

En face, la Tour de Londres. Guillaume le Conquérant la fit bâtir pour en faire son palais royal qui lui permettait aussi de contrôler la Tamise. Avec les siècles elle connut de multiples emplois dont celui de prison et la dernière exécution y eut lieu en 1941 ... Maintenant c'est là que sont gardés les bijoux de la couronne.

Nous passons le Tower Bridge ...

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

et arrivons vers les Sainte Katharine Docks, ancien bassin marchand transformé en marina. Il semble avoir beaucoup de charme.

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Les docks, entrepôts, ateliers anciens transformés en appartement de rêve se succèdent, jusqu'à Canary Wharf, nouveau centre d'affaires. Et enfin voici le terme de notre croisière, Greenwich.

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Au premier plan l'ancien hôpital maritime qui devint collège royal de la Marine a été conçut par Christopher Wren.

Derrière, au centre la Queen's House de style Renaissance ;

Et tout là-haut le Royal Observatory.

Février n'est pas le meilleur moment pour visiter cet endroit, et nous n'y restons pas plus longtemps. Nous avons traversé la Tamise par le passage souterrain, qui commence juste à côté du Cutty Sark, clipper qui fit la route du thé à grande vitesse jusqu'en 1952.

La vue sur Greenwich depuis les jardins de Isle of dogs est peut-être bien la raison pour laquelle j'ai voulu venir jusqu'ici !

Il nous plaît de penser que la statue qui se dresse la-haut, tout à côté de l'observatoire est sur la ligne du méridien, celui qui partage la Terre en hémisphère est et hémisphère ouest.

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise
Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Le rechargement des 20 cartes de transport, les Oyster cards, nous a pris un temps certain, et pourtant nous faisions ça à la chaîne : Alain appuyait sur les bons boutons, je payais, Frédérique passait les cartes. Et les Londoniens derrière nous souriaient en attendant que nous ayons fini ...

Déjeuner chez Fish ! à Borough Market que nous avons trouvé tellement vite que nous n'avons pas eu la possibilité de voir ce beau marché.

Et en sortant il nous a fallu filer vite jusqu'au Globe, le théâtre reconstitué de Shakespeare. Nous avons eu une visite tout en anglais, assez pénible pour beaucoup. En effet, notre guide, haute en couleurs, a un peu trop développé les problèmes d'odeurs corporelles et de parasites pour nous expliquer ce théâtre à ciel ouvert ...

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

La Tate Modern est différente à chacune de mes visites. J'ai beaucoup regretté que le bar soit fermé car sa grande fenêtre offre la plus belle vue sur Saint Paul de tout Londres qui était particulièrement ensoleillé à ce moment là.

Visite libre au gré de chacun.

Il faisait nuit noire lorsque nous sommes sortis sur la rive où scintillaient toutes les lumières de Londres-la-nuit !

Saoû chante Mozart à Londres - Le long de la Tamise

Trop drôle ! La marée ne détruit pas tous les jours le canapé qu'un constructeur de châteaux de sable avait déjà installé là en juin 2014 ? Mais il est parti ailleurs se reposer.

Nous avons notre concert du jour au Royal Festival Hall tout proche, où nous pourrons nous reposer un peu de cette journée bien remplie.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 16:10

Mercredi 17 février, 9 heures, après la causerie animée par Yves Jaffrès nous sommes partis accompagnés de notre guide Caroline voir les principaux monuments témoignant des grandes étapes de l'évolution architecturale de Londres.

J'avais juste posé les deux limites, à l'ouest le Royal Hospital, à l'est la Thames Barrier ... Caroline avait trouvé le projet très ambitieux, mais avec notre chauffeur ils ont choisi les itinéraires pour y arriver tout juste !

Première étape à Westminster Abbey, où eut lieu le 25 décembre 1066 le couronnement du conquérant Guillaume, duc de Normandie. Depuis tous les couronnements ont lieu ici. C'est aussi le panthéon anglais où reposent à côté de rois, de leurs épouses et du soldat inconnu quelques 3300 personnalités, des hommes d'état, des poètes, des scientifiques, des musiciens ... Mais c'est l'extérieur qui nous a retenus, et particulièrement une façade qui réunit le gothique primitif du 13ème siècle tout à gauche de la photo, et le gothique perpendiculaire du 15ème, un style exclusivement anglais : plus de courbes, seulement des lignes droites, verticales et horizontales qui forment des quadrillages et permettent un évidement presque total des murs remplacés par un maximum de fenêtres.

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Et juste en face le néo-gothique victorien et vertical de Houses of Parliament et de ses tours Victoria et Elizabeth au sommet de laquelle la grosse cloche Big Ben a sonné juste pour nous ! A côté un ministère de la fin du 20ème siècle et derrière la grande roue, le "London Eye" construite pour le passage à l'an 2000 et qui est restée.

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

En repartant nous avons jeté un coup d’œil à la façade ouest de la cathédrale, à ses tours gothiques qui n'ont été finies qu'au 18ème siècle, en témoignent les décors baroques au dessus des cadrans. La grande porte n'est ouverte que pour les mariages, et encore seulement les mariages princiers !

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Parliament Square rend hommage à quelquesgrands hommes de l'histoire britannique. Un peu à l'écart de Winston Churchill, Mahatma Gandhi et Nelson Mandela dans leurs tenues légères affrontent les rigueurs de février.

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Nous avons traversé la Tamise pour rejoindre Lambeth Palace. Avec ses briques rouges et ses tours crénelées c'est un bel exemple de l'architecture médiévale Tudor qui succéda au gothique perpendiculaire. Juste en face de Houses of Parliament, il était à sa construction en face du palais royal. C'est encore la résidence des archevêques de Canterbury.

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Et nous sommes partis pour le "far west", les quartiers gagnés par Londres après le grand incendie de la City de 1666. Nous sommes arrivés jusqu'au Royal Hospital de Chelsea, maison de retraite des militaires fondée au 17ème siècle. Il a été construit par le grand architecte de l'époque classique, Wren, sur le modèle des Invalides de Paris. Brique rouge, pierre blanche et symétrie caractérisent ce grand bâtiment.

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Nous avons traversé les beaux quartiers de Kensington, Belgravia et Chelsea, le Londres des beaux quartiers résidentiels et des ambassades. En longeant la Tamise nous avons admiré les demeures georgiennes construites entre 1720 et 1840.

Celles à peine cachées derrière le Chelsea Physic Garden sont particulièrement belles ...

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Au nord de Chelsea, nous arrivons dans le quartier victorien où triomphe le néo-gothique. Le Science Museum ressemble à une cathédrale, et peut-être n'est-ce pas un hasard car on célèbre ici tous les aspects des sciences.

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Royal Albert Hall, où je n'ai pas trouvé de concert pour notre séjour est juste en face du mémorial au prince Albert qui disparut dans sa quarantaine. Ce décès prématuré transforma la reine Victoria en veuve noire jusqu'à la fin de ses jours.

Saoû chante Mozart - la traversée de LondresSaoû chante Mozart - la traversée de Londres

Nous sommes revenus vers le centre en passant par la quartier Knightbridge et ses boutiques de luxe dont Harrods, célèbre grand magasin où on pourrait trouver de tout "de l'épingle à l'éléphant".

Nous avons déjeuné dans un pub de Trafalgar Square, l'Admiralty, de pies (les traditionnelles tourtes anglaises), très bonnes quoique un peu lourdes pour une après-midi en bus.

En direction de l'est et des quartiers d'affaires l'ambiance change radicalement. La City n'a pas vraiment fini de panser ses plaies du blitz. Des tours surgissent un peu partout, engloutissant des églises baroques dont les dômes ont bien du mal maintenant à attirer les regards malgré leurs caractéristiques remarquables ... C'est le même sort qui attend Monument, la colonne élevée pour commémorer le Grand Incendie dont on ne verra bientôt plus le sommet doré ...

Traversée par London Bridge pour aller vers le quartier le plus contemporain de Londres, celui qui entoure City Hall, la mairie. Tous les immeubles ici seraient-ils des réalisations des équipes de Norman Forter ?

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

C'est le lieu de contrastes (juste à côté du Tower Bridge, pont suspendu néo-gothique) et surtout des transparences, des jeux de lumière et des reflets .... L'effet de séduction est rès fort.

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Nous avons tous trouvé que l'esplanade au bord de la Tamise était le lieu idéal pour la photo de groupe !

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Merci Caroline pour cette étape dans le quartier "More London Riverside" !

Mais il faut continuer vers l'est, là où Londres se développe à grande vitesse depuis que le port de commerce a été obligé de déménager en aval pour pouvoir accueillir les cargos et porte-conteneurs actuels. Les entrepôts sont transformés en appartements de luxe, les quais et bassins en ports de plaisance. Nous verrons ces transformations bien mieux demain lors de notre croisière. Pour le moment nous poursuivons jusqu'à la Thames Barrier, cette installation qui doit permettre de protéger Londres d'inondations en provenance de la Mer du Nord.

Saoû chante Mozart - la traversée de Londres

Peut-être plus clair voici un article de blog qui explique très bien la nécessité et le fonctionnement de la Barrière de la Tamise !

http://londrescalling.canalblog.com/archives/2014/02/20/29239406.html#c68790290

Il ne nous restait plus qu'à rentrer en traversant les docks convertis en résidences et les embouteillages de fin de journée pour rentrer à l'hôtel. Car notre promenade de Trafalgar Square à Covent Garden était tombée à l'eau : une petite pluie fine s'est mise à tomber en fin d'après-midi et ne nous a quittés que pendant la nuit.

Pluie pour aller voir Charlie et la Chocolaterie, superbe comédie musicale comme n'en font que les Britanniques et les Américains, et pluie pour aller à Masala Zone, un restaurant indien, autre spécificité de la cuisine anglaise !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 15:23

Nous avons proposé ce voyage à Londres pour partager l'enthousiasme que je ressens à chacune de mes visites. La gentillesse et la courtoisie des Londoniens ajoutent du charme à cette ville au dynamisme incroyable qui est le terrain de jeu ou de joutes des plus grands architectes contemporains. S'y ajoutent des atouts déterminants pour Saoû chante Mozart, les orchestres de la ville, parmi les meilleurs du monde, et les salles de concert à l'acoustique parfaite que j'ai eu le bonheur de pouvoir programmer.

Nous n'avons pas commencé nos visites par l'ensemble architectural le plus facile en choisissant Barbican Centre ... Mais sûrement par un des plus attachants. J'ai toujours des difficultés à arriver où je veux aller dans ce domaine tant il y a de niveaux, d'escaliers, de passages autour des jardins et des bassins, de passerelles entre chaque bâtiment, avec si peu de passants ... Mais nous avons fini par arriver à l'accueil et à retrouver Pierre, notre guide !

Saoû chante Mozart à Londres - Barbican Centre

La construction de ce complexe est un choix politique des élus de la City qui ont voulu conservé à ce quartier le statut spécial dont il bénéficie en enrayant la diminution de la population. Le Blitz avait laissé là, à la place des ateliers artisanaux et industriels textiles des hectares de ruines qui sont restés intactes, et interdites au public pendant presque 20 ans. Même l'église médiévale Saint Giles qui avait échappé au Grand Incendie de 1666 avait été sévèrement endommagée en août 1940.

Les choix architecturaux semblent avoir toujours été faits à Londres en faveur des tendances les plus actuelles. Après la guerre et jusqu'aux années 70 c'était le "brutalisme" qui était au goût du jour. Étrange mot ... qui désigne l'architecture de béton brut, mais le bois, l'acier et le verre y ont été ajoutés qui adoucissent l'ensemble en jouant, à l'heure de notre visite avec des jeux de lumières et les reflets dans les bassins.

Saoû chante Mozart à Londres - Barbican Centre

C'est une forteresse au nord du quartier, à la place qu'occupaient le mur romain et sa tour, barbacane (racine latine de Barbican), avec ses créneaux pour surveiller l'arrivée d'envahisseurs, ses dédales pour les perdre (moi, à chacune de mes visites), ses donjons, trois tours triangulaires qui semblent différentes seulement parce qu'elles n'offrent jamais le même angle et changent constamment de forme dès que l'on se déplace.

Saoû chante Mozart à Londres - Barbican Centre
Saoû chante Mozart à Londres - Barbican Centre
Saoû chante Mozart à Londres - Barbican Centre

Dans les cours intérieures voici des places, des terrains de jeux, des bassins, des jets d'eau dont le bruissement cache les roulements souterrains du métro, des plantes exotiques côtoient les appartements résidentiels conçus dans l'esprit de la Cité radieuse de Le Corbusier à Marseille, le parvis de l'église Saint Giles restaurée selon les plans de 1545, la Guildhall School of Music and Drama,école supérieure de musique et d'art dramatique célèbre dans le monde entier, une bibliothèque, un théâtre, une salle d'expositions et aussi la salle de concert du London Symphony Orchestra.

Saoû chante Mozart à Londres - Barbican Centre

Et c'est ici que nous avons entendu après notre visite un concert dédié à Shakespeare dont on célèbre cette année le 400ème anniversaire de sa mort : musique de Mendelssohn interprétée par

le London Symphony Orchestra dirigé par Sir John Eliot Gardiner

- Symphonie No 1 composée en 1824. Mendelssohn avait alors 15 ans. Contrairement à ce que pourrait laisser croire son titre, elle était sa 13ème symphonie, mais les 12 précédentes étaient pour orchestre à cordes seulement ... Sir John Eliot Gardiner tint à nous faire entendre les quatre mouvements définitifs et aussi celui qui fut remplacé.

Saoû chante Mozart à Londres - Barbican Centre

Dans le Songe d'une Nuit d'été le Monteverdi choir interprétait les chants et les chœurs des fées

Saoû chante Mozart à Londres - Barbican Centre

et trois comédiens les rôles principaux retenus dans cette version.

Superbes interprétations d’œuvres de ce musicien hyper doué en tout que fut Mendelssohn par un chef exceptionnel, Sir John Eliot Gardiner et un orchestre époustouflant le London Symphony Orchestra. Tempi de Gardiner démentiels qui ont scotché le public !

Pour tout dire heureusement qu'Yves Jaffrès nous a expliqué le lendemain matin quel était le rôle de chacun des comédiens dans cette adaptation de la pièce de Shakespeare où nous (j') étions (étais) un peu perdus (e). Peut-être pas tous ...

Saoû chante Mozart à Londres - Barbican Centre

Dîner au restaurant de l'étage supérieur, l'Osteria et retour à l'hôtel White Hall après un détour jusqu'à Liverpool Station (excusez-moi encore !) en bus à deux étages. Les rues de Londres étaient alors aussi calmes que celles de Valence ou Roman le sont à la même heure, minuit !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 17:02

Organiser des voyages de Saoû chante Mozart à la suite d'Anne et Henry Fuoc, et en particulier le premier, a été un long apprentissage et une série de défis à relever ...

L'un d'eux fut de couvrir notre besoin en conférencier-musicologue, poste qu'avait tenu Philippe Andriot jusqu'en 2013.

C'est grâce à nos amis Irène et Roger Bégnini, membres de l'association Saoû chante Mozart que nous avons trouvé l'homme qu'il nous fallait !

Début 2015, au cours d'une discussion, Roger, qui est également administrateur de Université inter-âge Drôme-Ardèche nous a parlé d'une conférence qui serait donnée sur Mozart à l'Agora de Guilherand-Granges. Et pourquoi pas rencontrer le conférencier ?

C'est ainsi que j'ai fait la connaissance de monsieur Yves Jaffrès. Président du Mozarteum de France, professeur agrégé d’Éducation musicale en retraite, il est docteur en musicologie, organiste titulaire de l'église Saint-Denis de la Croix-Rousse à Lyon et l'auteur d'un ouvrage "Wolfgang-Amadeus Mozart" paru dans la collection "Horizons" chez "Bleu nuit éditeur". L'homme idéal, n'est-ce pas ?

Saoû chante Mozart et Yves Jaffrès : un musicologue pour nos voyages !

C'est ainsi que les voyageurs de Saoû chante Mozart ont retrouvé avec grand plaisir leur conférence quotidienne préparatoire au concert du soir ou de restitution de celui de la veille.

Et ceci dans la véranda de l'hôtel, installée dans le jardin qui jouxte le British Museum : un endroit privilégié pour le petit déjeuner et cette réunion.

Saoû chante Mozart et Yves Jaffrès : un musicologue pour nos voyages !

Nous avons tellement aimé retrouver ce moment que nous avons poursuivi dans le train qui nous ramenait à Valence à parler de la Flûte enchantée coproduite avec le festival d’art lyrique d’Aix en Provence, et dirigée par Mark Wigglesworth que nous avions vue et entendue la veille, vendredi soir.

Saoû chante Mozart et Yves Jaffrès : un musicologue pour nos voyages !

Ce fut un vrai privilège car le salon où ça se passait ne comprenait que 8 sièges, plus quelques personnes debout ou à genoux ! Échange animé dans la bonne humeur !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 16:22

A Barsac, les vignes qui sortaient de l'ombre du matin étaient encore givrées lorsque nous sommes arrivés au parking du centre de tri du village. Au loin les Trois Becs que je n'avais encore jamais vus de cette façon !

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Barsac est un village vigneron du Diois. Il est merveilleusement placé au soleil du matin, et sûrement de celui de la journée, enchâssé dans les montagnes et la forêt de l'Aup. A l'est des marnes si favorables à la culture des cépages qui entrent dans la composition des célèbres Clairette et Crémant de Die.

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Et au-dessus des marnes, les hautes falaises que nous découvrons sont notre objectif du jour : pique-nique sur le sommet à droite, à 1006 mètres d'altitude ! C'est loin et haut !

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Nous avons pris tout d'abord un grand chemin forestier qui montait tranquillement. Geneviève, là à droite, qui mène ce jour-là la randonnée, nous a tout de suite rassurés. C'est après avoir quitté ce chemin que nous allions vraiment monter !

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

En effet, le sentier monte avec une pente très marquée à l'assaut de la montagne Combau en serpentant sous les chênes rabougris. Les conversations sont devenues plus rares, et le groupe s'est étiré. En un peu plus d'une heure nous sommes passés de l'altitude 557 à 969.

Enfin nous sommes arrivés au col, le Pas de Lovas. Quelques centaines de mètres plans sont un vrai plaisir après toute cette montée. Et entre les arbres les panoramas sont superbes. A l'Ouest, la vallée de la Drôme, Vercheny, les montagnes du château du Barry, Les Trois Becs et tout au fond le mont Mézenc, point culminant de l'Ardèche.

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

A l'Est, entre les branchages encore nus, le Grand Veymont, point culminant du Vercors (dans le département de l'Isère) semble couvert d'une belle couche de neige.

A la vitesse à laquelle le printemps arrive, dans quelques semaines non seulement il n'y aura plus de neige, mais les jeunes feuilles nous empêcheront de le constater.

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Le fléchage de cette randonnée est inexistant ... Seuls quelques cairns sont là pour dire qu'il faut changer de direction, mais ne disent pas laquelle prendre. Heureusement Geneviève et Jean François sont venus en repérage pour rafraîchir leurs souvenirs de sorties avec Robert et Jean Pierre. Un peu de nettoyage autour de celui où il faut laisser le chemin pour prendre un nouveau sentier au sommet des falaises.

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Ce n'est pas un plateau qu'il y a au-dessus des falaises, la montagne présente vers l'est une pente à peine moins raide que celle des falaises. Mais elle est couverte de forêt. Le sentier de crête se faufile entre les touffes de thym qui dégagent un puissant parfum et les buissons de buis qui nous griffent et nous giflent si nous marchons trop près les uns des autres.

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Le sommet vers lequel nous marchons s'appelle But de l'Aiglette. Tiens, il y en a donc plusieurs des But de l'Aiglette dans le Diois ? Passés un col et arrivés sur les flancs du But de l'Aiglette du jour où de la neige givrée blanchit le sol, nous nous sommes un peu perdus, pas longtemps, juste assez pour apprécier le sens du repérage de nos guides ! Bravo !

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Au sommet le panorama du pas de Lobas est sublimé. Au nord le massif du Vercors avec les Buts de Saint Genys et de l'Aiglette (l'autre !), à l'est la vallée de la Drôme, Die et le Glandasse.

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Nous avons eu une incroyable chance : non seulement le ciel est à peine taché de quelques nuages blancs, mais en plus ils passent très vite. Le vent qui nous épargne doit souffler bien au-dessus de nos têtes.

Au-dessus de nos têtes sont également passés, et ont tournoyé maintes fois quelques uns des vautours fauves du col du Rousset. Que le vol de ces oiseaux est impressionnant, et les oiseaux superbes !

Après le pique-nique, photo de groupe sans le photographe.

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Et nous reprenons le chemin de crête jusqu'au Pas de Lovas où nous changeons d'itinéraire, choisissant de passer de l'autre côté de la montagne de Combau, par le col de Barsac.

GREB - Barsac, pas de Lovas. 13 kilomètres, dénivelé 700 mètres

Nous sommes arrivés aux voitures alors que quelques gouttes de pluie commençaient à tomber. Et presque rentrés, lorsque nous n'avons pas vu derrière nous les Trois Becs et tout le massif du Diois, nous nous sommes dit qu'il devait y neiger, suivant les prévisions météo du jour !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 16:45

Le planning des jeudis du GREB prévoyait pour ce 28 janvier une excursion moyenne au volcan de Chirouze. Pas terrible le temps, mais intéressante la rando !

D’autant que nous l’avons démarrée depuis le Sablas, hameau de la vallée cachée de l’Auzène. On y accède en remontant la vallée de l’Eyrieux jusqu’au Moulinon de Saint Sauveur de Montagut, presque en face des laboratoires des très gourmandes glaces de Terre Adélice. Il faut se faufiler à gauche par la D261 qui remonte l’étroite et profonde vallée. De belles vieilles maisons ardéchoises, d’anciens ateliers de moulinages, de ravissants ponts nous font pousser des exclamations de plaisir. C’est un endroit à redécouvrir par beau temps.

GREB - Volcan des Chirouses, 14 kilomètres, dénivelé 600 mètres

Nous avons passé le ruisseau sur un de ces ponts de pierre, et avons monté jusqu’à la Place par un grand chemin qui serpente sous des châtaigniers témoins du passé vivrier des terrasses écroulées qui le bordent. Sur notre droite le hameau de Magerouan, où nous passerons à un moment ou un autre. Sur notre gauche une profonde vallée … au fond de laquelle il nous faut descendre pour traverser un ruisseau au pont Merlet.

GREB - Volcan des Chirouses, 14 kilomètres, dénivelé 600 mètres

Remonter jusqu’à La Pizette avec une charge sur le dos nous fait souffler. Il y a quelques décennies les habitants du hameau devaient le faire très fréquemment pour le besoin de l’exploitation de leurs terres. La Pizette est un hameau médiéval dont non seulement presque toutes les maisons sont restaurées, mais aussi les terrasses les plus proches des habitations !

GREB - Volcan des Chirouses, 14 kilomètres, dénivelé 600 mètres
GREB - Volcan des Chirouses, 14 kilomètres, dénivelé 600 mètres

On ne flâne pas ! Direction plein sud, vers la montagne qui culmine à 767 mètres. En fait, ce sommet n’est pas notre objectif, c’est le pierrier de basalte juste au-dessous. Immense, long de 9 kilomètres, large de 1, épais d’une centaine de mètres, il résulte de l’érosion qui fait tomber par pans entiers des orgues basaltiques formés lors de la deuxième période d’activité de ce volcan (les panneaux didactiques n’en donnent pas l’âge). Les pierres descendent jusqu’au creux des montagnes, dans le ruisseau de Charbonnouze.

GREB - Volcan des Chirouses, 14 kilomètres, dénivelé 600 mètres

C’est sur ces roches singulières, irrégulières, que nous avons pique-niqué . Nous en avons trouvé d’assez grosses pour nous asseoir, fait attention à ne rien perdre dans les anfractuosités qui les entourent, et sommes repartis dès les boissons chaudes finies. La grande traversée s’est bien passée, pas de chutes sur ces pierres où nous avons fait attention à ne pas nous « poser » trop longtemps.

GREB - Volcan des Chirouses, 14 kilomètres, dénivelé 600 mètres

L’endroit est superbe, impressionnant.

GREB - Volcan des Chirouses, 14 kilomètres, dénivelé 600 mètres

Tout comme moi Edgar aimerait bien savoir comment les géologues expliquent la formation des orgues basaltiques que l’on retrouve si souvent dans les coulées volcaniques. Problème posé vers Magerouan, résolu sur wikipedia !

A Magerouan le cimetière privé protestant semble regrouper toutes les familles du hameau, et même plus.

GREB - Volcan des Chirouses, 14 kilomètres, dénivelé 600 mètres

Après une halte devant ce lieu de souvenirs nous sommes redescendus directement vers le Sablas et avons pris le temps de regarder les ponts sur l’Auzène en rentrant.

GREB - Volcan des Chirouses, 14 kilomètres, dénivelé 600 mètres
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 17:13

Surprenantes les performances que l'on peut accomplir lorsqu'on va pique-niquer dans le village voisin ... C'est beaucoup plus loin que ce que j'imaginais !

Et nous n'avons pas été surpris que par l'aspect performances, nous avons aussi découvert des quartiers jamais, presque jamais, visités par une bonne partie du groupe dont moi.

Par contre très familiers à d'autres.

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

C'est le cas de la vieille école des Dinas que fréquentait la petite Josette ... Elle est fermée depuis que Mr Roger Marty, maire de 1965 à 1977 a fait construire un grand groupe scolaire public qui rassemble les élèves du primaire de tous les quartiers de la commune. Ce n'est pas si vieux ...

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Le quartier des Rorivas a été entièrement racheté par la SNCF lors de la construction du TGV, et depuis sa population s'est renouvelée. C'est un très agréable hameau ... enfin, bruyant lorsque les trains passent. Et il y en a beaucoup.

Nous avons passé la voie de chemin de fer, la Paillette, commencé à monter les collines. Le regard portait alors loin vers le nord, bien au-delà de la tour de Barcelonne, point au sommet d'une montagne.

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Montmeyran est un endroit plein de spiritualité, avec le très bien situé centre de vacances des Chênes de Mamré qui serait l'émanation d'une église d'obédience américaine, et plusieurs cimetières privés protestants qui accueillent toujours ceux qui le souhaitent.

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Nous sommes passés par le lac de retenue d'un barrage d'irrigation. Entièrement fermé, ce n'est pas un endroit de baignade. Par contre des guêpiers d'Europe sont venus nidifier sur ses rives. Jetez un coup d’œil ou passez un moment sur le lien, ce sont des oiseaux superbes !

Nous sommes montés presque jusqu'au sommet de la colline au sud-est du lac (c'est là que nous avons fait une bonne partie de notre dénivelé du jour) et redescendus très rapidement.

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Là, au pied des montagnes, nous entrons dans la partie de Montmeyran qui semble consacrée aux chevaux. Élevages, pension, maison de retraite, centre équestre, cette partie du village est hippo-active !

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres
MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Tout doucement nous sommes arrivés à La Baume Cornillane, centre de la Pangée ...

J'ai l'impression qu'il a fallu de très bonnes lunettes et des instruments de travail exceptionnels à l'équipe qui a pu situer ici, en toute impartialité, le centre de ce supercontinent formé au Carbonifère de la collision de la Laurussia et du Protogondwana et regroupant l'ensemble des terres émergées. Vous n'avez pas repéré ce qui est devenu la France ? Seriez-vous de mauvaise foi ?

Cliquez sur "supercontinent" pour avoir une illustration de la dérive des continents vue depuis le centre de la Pangée ...

Beaucoup plus calmement, à l'abri des polémiques, en toute certitude et quiétude , aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Martine que nous célébrons en partageant ces filets de canard fumé (qu'elle a ramenés de son sud-ouest) sur des chips et le vin rouge qu'a porté Gérard. Merci beaucoup à tous les deux et à Claudie qui participe au service.

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Il fait beau, mais pas assez chaud pour que nous prolongions notre halte au-delà de la photo collective pour laquelle il semblerait que deux personnes ont prié. Que ça ne prenne pas trop de temps, que personne n'aille coller son nez sur l'objectif, que je n'aie pas oublié d'appuyer sur les bons boutons, ou quoi encore ? Quelles sont les incantations secrètes de Josette et Claudie ?

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Nous avons quitté La Baume, son terrain de boules, son temple, ses rochers en lames, son donjon en ruine, et son superbe emplacement au pied de la Raille pour rentrer à Montmeyran par des chemins devenus petites routes, ou des chemins de champs dans lesquels les laboureurs s'activent.

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Ce mois de janvier ne sait pas très bien s'il est l'hiver ou déjà le printemps. Les amandiers sont en fleur depuis bien longtemps déjà et on peut se poser la question de savoir ce que sera la récolte cette année. Celle des amandes est sûrement maintenant marginale, mais celle des abricots et des pêches dont les bourgeons vont bientôt éclater, base de l'arboriculture drômoise, a encore beaucoup à craindre d'éventuelles gelées.

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Avant de rentrer dans notre village où nous attendent les galettes préparées par Martine, nous nous retournons pour jouir du panorama du village voisin. C'est à peu près celui qu'ont les enfants qui fréquentent l'école et la périscolaire.

MGM - Pique-nique à la Baume Cornillane, 17.7 km, dénivelé 234 mètres

Dommage que l'entêtement de nos élus ait privé les bébés et petits bambins de cette perspective en lui préférant celle de la rue Jean Malosse !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 14:41

C'est moi qui rends hommage à de chers disparus ... En revisitant mes souvenirs du Musée d'Art Contemporain Espagnol de Valladolid que nous avons découvert l'automne dernier.

Ce musée occupe une partie du vaste monastère de San Benito el Real. C'est plutôt un réemploi intéressant.

Valladolid, hommage à de chers disparus

Les salles du musée n'occupent qu'une partie de ce bâtiment municipal appuyé contre les anciennes murailles de la ville, et voisin d'une église baroque maintenant délaissée. Elles s'enroulent autour de cours, de cloîtres où le roi et la reine sont honorés.

Valladolid, hommage à de chers disparus

J'ai trouvé le fonds très intéressant, mais aujourd'hui je remercie tout particulièrement la personne en charge de l'étage où était présentée une exposition de pochettes de disques des années 1960-70 que je ne m'attendais pas à voir dans un musée d'art contemporain.

Valladolid, hommage à de chers disparus

Plongée dans l'époque psychédélique, mais pas seulement ... La collaboration solidaire entre les peintres espagnols et les chanteurs engagés contre Franco est largement illustrée. Sont exposés des pochettes et des projets de Miro, Picasso et Dali pour ne parler que des plus connus.

Valladolid, hommage à de chers disparus
Valladolid, hommage à de chers disparus
Valladolid, hommage à de chers disparus
Valladolid, hommage à de chers disparus

Entre tous ces peintres espagnols Andy Warhol apportait la note américaine Pop'Art. Très bien représenté dans de nombreux grands musées en cette fin de 2015, Andy Warhol ...

Valladolid, hommage à de chers disparus

C'est pour la présentation des basses œuvres de la censure franquiste sur les pochettes que cette dame m'a été indispensable ...

Les nus, le sexe, les drogues alors très présents ont été corrigés, voire éliminés. Il faut regarder cette démonstration sur deux colonnes, à gauche les illustrations originales, à droite ce que la censure en a fait après correction pour le public espagnol.

Valladolid, hommage à de chers disparus
Valladolid, hommage à de chers disparus

Ma séquence David Bowie est mon pur "Hommage à Christian" qui fut un grand admirateur de cet artiste.

Valladolid, hommage à de chers disparus

Promis, Kiki, je vais regarder de beaucoup plus près les pochettes des disques que tu nous as offerts dans les années 70. Je vais sûrement y voir beaucoup de choses que je n'avais même pas encore aperçues ...

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Europe
commenter cet article

Recherche

Liens